Lu, vu, entendu : un bilan culturel et voyages de 2019

Bilan culture et voyages blog de mathilde

2019 fut tumultueux à bien des égards ! J’ai moins bloguer que d’habitude, mais j’aime retrouver mon petit coin d’internet (ici !) où je partage mes voyages, lectures, et tous ces moments culturels qui rendent la vie plus riche.

Voici ce qui m’a donc nourri culturellement et voyageusement cette année :

Les séries :

Pen15

Pen15 : si vous dites Pen15 à un Américain qui a grandi dans les années 90 il trouvera sûrement ça assez puéril : c’est la façon « codée » de dire Penis. Cette série a été mon gros coup de coeur du début de l’année, à tel point que je l’ai revue en partie avec une amie. La série raconte les déboires de deux copines qui entrent au collège au début des années 2000. A priori, rien d’original, sauf que les deux héroïnes sont jouées par les créatrices de la série – des actrices qui ont donc 30 ans – le reste des acteurs sont des enfants de 13 ans. Le décalage est drôle et touchant, ça met de l’humour dans une période de la vie qui est souvent gênante.
Ma scène préférée : dans l’épisode 4, quand Maya propose son interprétation personnelle en jouant des percussions pendant le concert de son collège. De l’hybris à l’état pur.

Chernobyl

Chernobyl : une mini-série qui présente les événements de la catastrophe de 1986 et ses conséquences immédiates. C’est glaçant et passionnant. La série commence par l’explosion du réacteur 4 de la centrale, vue à travers la fenêtre d’un appartement depuis la ville d’à côté. On n’entend rien, mais on voit un feu d’artifices brillant, magique presque, puis c’est le calme. C’est traité comme un film d’horreur réaliste, qui m’a fait me dire à la fin de chaque épisode, omg, on n’y a échappé de peu…
Ma scène préférée : quand des ouvriers se portent volontaires pour descendre dans des scaphandres de fortune dans le dédale de l’usine pour fermer des valves. Effrayant.
A écouter aussi : le podcast en lien avec la série, qui permet d’en apprendre plus sur les intentions de l’auteur et ses choix artistiques

Succsion

Successions : je n’avais pas vraiment envie de regarder une série qui parle de la vie d’une minorité d’ultra-riches, mais les journalistes du podcast Pop Culture Radio Hour m’ont convaincue que c’était à voir. J’ai rapidement accroché à l’histoire : le patriarche d’une famille surpuissante dans les médias américains (vaguement inspiré de la famille Murdoch, donc des conservateurs) va annoncer sa retraite et son successeur, probablement son cadet est en première ligne. Bien sûr, ça ne va pas se passer comme ça, ce serait trop simple…
Ma scène préférée : dur de choisir, je crois que j’aime toutes les scènes avec Jeremy Strong, qui joue le rôle du cadet – Kendall

Fleabag

Fleabag, saison 2. J’avais adoré la saison 1, vue en un éclair – à peine 6 épisodes d’une petite trentaine de minutes (j’en avais parlé dans un Monday Morning en 2016). Phoebe Waller-Bridge est devenue depuis une véritable sensation, et parait-il que cette série a été adaptée en version française. La saison 2 raconte toujours la suite de cette famille, Fleabag, sa soeur et son père qui se remettent comme ils peuvent du décès de leur mère. Dis comme ça, ça a l’air lugubre, sauf que c’est drôle.
Ma scène préférée : quand la soeur de Fleabag sort du coiffeur en espérant que sa nouvelle coiffure a résolu sa crise existentielle.

Mention spéciale des séries que j’ai aussi bien aimées : Years and Years (déprimant, sur un futur proche potentiel en Angleterre avec un traitement de plus en plus inhumain des réfugiés climatiques), Euphoria, The Deuce et la dernière saison de Orange is the New Black (c’est comme dire au revoir à des amies qu’on aime bien et qu’on ne va pas revoir pendant un moment)

J’aurais pu m’en passer : Big Little Lies, Peaky Blinders... des séries qui s’essouflent au fil des saisons même si elles sont toujours bien faites. Je n’ai pas été aussi affectée que certains par la fin de Game of thrones, le seul truc qui me rend triste, c’est que c’était devenu une tradition de le voir avec des amis le dimanche soir, rendant ce soir de la semaine joyeux.

Plaisir coupable télé : le Great British Baking Show. Rien de tel que de regarder des candidats gentils à l’accent so british préparer 12 crumpets pour me sentir complètement relaxée.

Sur Youtube :

Les films :

  • Pain and Glory : Dolor y gloria de Pedro Almodovar, je ne suis d’habitude pas trop fan de ses films, mais celui-ci m’a beaucoup touchée. On suit un réalisateur qui s’isole, écrit sans terminer d’oeuvre. Il fait face aux « démons de son passé » pour être cliché – sans que ce film ne le soit du tout.
  • Paris is burning : ce documentaire de 1989 présente la culture des bals à New York à la fin des années 80, je n’en avais jamais entendu parler, et en bonne fan du drag queen Ru Paul, j’avais envie de découvrir la source de cette culture.
  • Spiderman, into the Spider Verse : je n’ai vu aucun des Spiderman, donc ne saurais dire si c’est mieux ou moins bien, mais cette version dessin animé de Spiderman m’a beaucoup plu. C’est beau, la musique est super, l’histoire avec plein de Spiderman alternatifs est top.
  • The Wife avec Glen Close, c’est un film de 2017 qui était en sélection lors d’un trajet en avion, et outre le fait d’être parfaitement adapté à un petit écran d’avion – c’est un huis-clos, le sujet était passionnant, sur un auteur célèbre qui obtient le Prix Nobel de littérature ; on sent que sa femme bout pendant un moment à cette annonce : quel a été son rôle dans le succès de son mari ? Génial.
Painglory poster 1 800x1131
Paris is burning
The wife
This cool spider man into the spider verse poster art from matt ferguson glows in the dark1

Tout le monde a aimé mais j’aurais pu m’en passer : Bohemian Rapsody

J’ai bien aimé aussi :

Parasite, le film coréen sur une famille de travailleurs qui s’incruste dans la maison d’une famille de riches (ça semble très caricatural présenté comme ça, le film est caricatural mais en même temps, surprenant),

The Hate you Give, c’est un film sorti fin 2018, j’avais lu le livre mais il ne m’avait pas beaucoup plu – c’était de la littérature jeunesse, et l’écriture me semblait trop simpliste pour une fois. Le film par contre me semble être à voir absolument, sur une partie des dynamiques raciales contemporaines aux Etats-Unis.

Knives Out, en français A couteaux tirés, une sorte de Agatha Christie contemporain.

Les livres :

  • Mon livre préféré de 2019, parce qu’il m’a le plus passionné, interrogé, c’est celui dont j’ai le plus parlé : c’est une collection d’essais sur « notre temps » (on ne peut pas être plus vague, désolée), Trick Mirror: Reflections on Self-Delusion, de Jia Tolentino

Côté fiction, j’ai lu et bien aimé The Translator, de Leila Aboulela, A woman is no man de Etaf Rum, The Immortalists de Chloé Benjamin, Moi Tituba sorcière de Maryse Condé, Very Nice de Marcy Dermansky ; j’ai enfin lu la série de livres My brilliant Friend, L’amie prodigieuse en français d’Elena Ferrante – j’avais beaucoup aimé passer du temps à Naples quand j’avais 23-24 ans, et retrouver la ville m’a fait plaisir.

Jia tolentino book 2019
Beauté fatale book 2019
The translator book 2019
The immortalists book 2019
Shrill book 2019
Nickel boys book 2019
Maryse conde book 2019
The female persuasion book 2019

J’ai lu beaucoup en 2019, une petite cinquantaine de livres (romans et non fiction confondus),on me dit parfois – et je suis encore surprise tant que je pense que tout le monde est pareil – « tu lis beaucoup » – j’ai juste tout le temps un livre avec moi « au cas où ». C’est nouveau en 2019 – et pas vraiment le fruit d’une résolution consciente :

  • J’ai pris l’habitude de laisser tomber des livres au bout de 50-100 pages quand ils me tombaient des mains – soit parce que c’est écrit col il culo comme on dit en italien, ou que le sujet n’arrivait vraiment pas à me captiver.
  • Pour la première fois cette année, j’ai relu des livres déjà lus ! Chose que je ne faisais jamais avant. J’ai été inspirée par mon amie Marjorie, grande relectrice.
  • Je me suis mise aussi à lire beaucoup plus de non-fiction qu’avant (à part quand j’étais étudiante), je le faisais occasionnellement (et tout le temps quand j’étais étudiante), et c’est plus régulier, notalmment
  • Je suis pour la première année aller à un book club en personne où j’ai rencontré des gens super sympas, et je me suis fait une nouvelle amie (hi Brooke!), mais hélas ce groupe est déjà dissous !

Les spectacles :

J’ai toujours l’impression de ne pas voir assez de spectacles ! En reparcourant mon agenda de 2019, j’ai noté les spectacles les plus marquants de l’année :

  • Passagers : un grand merci à la lectrice du blog qui m’a recommandée il y a quelques années d’aller voir cette compagnie québécoise – les 7 fingers, les 7 doigts de la main en français. Depuis, j’ai vu 3 de leurs spectacles ; Passagers était présentée en avant-première à Boston. C’est du cirque contemporain – qui mélange donc des numéros de cirque, de la musique, de la danse, de la poésie.
  • The End of TV : une sorte de spectacle  de marionnettes contemporaines qui se construit sous nos yeux. C’est super original !
  • Le concert de Lizzo : je l’ai ratée une première fois en mai, elle est revenue en septembre à Boston et j’ai acheté mon billet… 5 minutes avant le début du concert ! Bien sûr, l’energie, la joie, le self love de Lizzo en font une personne incontournable, et sa musique est juste joyeuse. J’ai parlé de ce concert dans ce Monday Morning.
  • Le concert de Céline Dion : ringarde Céline ? nooo, elle est iconique ! Son concert au TD Garden était à son image : généreux, puissant, et excentrique. C’était super… même si elle n’a pas chanté en français.
  • Help me I’m dying, by Katya : un ami m’a invitée à voir cette célèbre drag queen en spectacle à Boston et c’était drôle ! Du cabaret comme j’en vois rarement.
Gisele ballet boston
Katya spectacle boston
Lizzo. concerrt boston
Celine dion td garden

Les podcasts :

  • LifeKit : un podcast court, des sujets variés, plein de conseils pratiques sur la vie de tous les jours – le sommeil, les finances, l’alimentation. J’ai bien aimé récemment le sujet sur comment gérer les fêtes de famille.
  • Hidden Brain : un podcast sur les ressorts de certains comportements vus sous l’angle du cerveau.
  • Pop Culture Radio Hour : une grande source d’idées culturelles. Ce que j’aime, c’est la bienveillance et le respect des journalistes, aux profils variés, on n’a pas les opinions culturelles du même sempiternel présenteur.
  • Les couilles sur la table : un podcast sur les masculinités – recommandé par ma chère amie Léonore. Les épisodes avec Virginie Despentes sont une écoute indispensables à mon avis. J’ai particulièrement aimé qu’elle dise ne pas être capable de répondre à certaines questions, car elle ne se sentait plus compétente et que d’autres personnes plus jeunes l’étaient sans doute plus. C’est tellement rare d’entendre des personnes reconnues qui se taisent et laissent la parole. L’expérience qui vient avec l’âge doit être valorisée, mais parfois, il faut savoir reconnaître qu’on ne sait pas, et que certaines choses nous dépassent. Bravo Virginie. Ce n’est qu’un détail parmi tout ce qu’elle raconte de passionnant sur le féminisme et les masculinités.

Les voyages :

Je termine ce bilan par la partie la plus flashy du blog : les voyages !

Quirpon island newfoundland terre neuve 9

Le voyage marquant de cette année, ça aura été Terre Neuve au Canada bien sûr !

En début d’année, quand je me remettais tout juste d’une entorse, je suis allée passer 1 semaine chez une amie à Los Angeles, c’est une nouvelle tradition ensemble depuis qu’elle est partie de Boston… On est allé, entre autres, visiter les studios Warner.

Warner bros studios 1 2

On est aussi allé quelques jours en Floride avant que Manu ne change de boulot. Je ne suis pas super fan de cette région, j’ai tout de même apprécié découvrir St Augustine et passer une journée chez Disney

Après ça… il y a eu de nombreux week-ends et journée en Nouvelle Angleterre, autour de Boston, qui font qu’on aime toujours autant vivre ici.

Mathilde cape ann
Coffee boston le blog de mathilde
Secret swimming hole
Raw bar cape cod
North end boston
Beach cape ann
Plum island
Fall in maine
Bouquet bonne annee

Je vous souhaite une belle année 2020 riches en découvertes culturelles et en voyages !

Facebook
Pinterest
Twitter
Email
Mathilde

Mathilde

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise Boston le nez en l'air. Je suis aussi auteure de nombreux guides de voyages, de livres de yoga et de jeux chez des éditeurs français. Suivez-moi sur Instagram, Facebook ou Pinterest.

4 réflexions au sujet de “Lu, vu, entendu : un bilan culturel et voyages de 2019

  1. Merci Mathilde, j’adore tes recommandations culture, generalement nous avons les memes gouts!
    All the best for 2020

  2. Quel super article. J’aime beaucoup tes suggestions de livres, mille merci c’est noté ! En plus c’est très « en avance » sur les avis en français, le temps que les bouquins mettent pour traverser l’atlantique, en 2020, c’est fou…..

    En 2019 j’ai vraiment beaucoup aimé : Butler N Retour à Little wing , Cognetti, Paolo Les huit montagnes , De Vigan les loyautés , Hope, Anna la salle de bal , Coe J le cœur de l’Angleterre , Jensen, Flemming Imaqa , Whitehead Colson Underground railroad , Chevalier, Tracy A l’orée du verger , Picoult Jodie 1000 petits riens , Gary, Romain La vie devant soi , Op de Beeck, Griet Bien des ciels au-dessus du septième , Bello, Antoine Mateo , Grisham le cas Fitzgerald , Mathieu Nicolas leurs enfants après eux , Toibin, Colm le Bateau-Phare de Blackwater ,Tyler, Anne Une bobine de fil bleu , Alder Olsen Jussi l’unité Alphabet , Bello Antoine Ada , Op de Beeck, Griet Viens ici que je t’embrasse (****) Certains d’entre eux ont été écrits en anglais mais les autres tu ne peux les trouver qu’en version numérique évidement

    et quelques essais dont Naomi Alderman le pouvoir , Obama Michèle Devenir et De Wael Frans la dernière étreinte

    Je te souhaites une heureuse année 2020, riche en découvertes de toutes sortes

  3. Merci pour cet article le. Malheureusement, je n’ai trouvé aucune des séries que tu cites sur Netflix Canada.
    Par contre, il y a quelques semaines, j’ai lu The hate you give et je suis très vite rentrée dans l’histoire. Il va falloir que je vois le film.
    Merci pour tes suggestions de podcast, ça va me faire pratiquer mon anglais. 😉

  4. Bonjour Mathilde et très bonne année !
    J’ai adoré Parasites, la sensation de malaise palpable pendant tout le film, c’est du génie !
    Je trouve toujours surprenant d’apprendre que quelqu’un ne relit pas les livres qu’il a aimés. Je pense que j’ai tourné certaines pages une bonne dizaine de fois, et que j’y reviendrais sans doute. Si la première lecture est concentrée sur l’histoire, le destin des personnages, les suivantes me servent à apprécier les descriptions, les indices laissés ça et là par l’auteur, ou alors juste d’apprécier encore plus mes passages préférés, de la même façon que pour les films que j’ai déjà vus pleins de fois.
    En tout cas c’est toujours un plaisir de te lire, et ce peu importe le sujet, alors merci de continuer à écrire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.