J’ai passé 5 jours à La Nouvelle-Orléans : visite de la ville et des alentours en Louisiane

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 37

Début décembre j’ai passé 5 jours à la Nouvelle-Orléans. J’attendais cette semaine avec impatience. L’hiver est ma « slow season », j’ai moins de travail dehors, moins de visites, plus de travail de bureau à organiser comme je l’entends, mais aussi, pour la facette super positive : plus de voyages possibles.

Il se trouve que mon cher et tendre époux avait une conférence prévue à New Orleans et j’avais bien l’intention de l’accompagner.

Je suis déjà allée à la Nouvelle-Orléans en 2012, la toute première année où je vivais aux Etats-Unis. La Nouvelle-Orléans faisait partie de ces villes que je voulais absolument visiter et j’avais été complètement sous le charme. J’en avais parlé dans trois articles : 2 jours à la Nouvelle-Orléans, une vidéo, et une visite du bayou et de la plantation Oak Alley. 

Je me demandais si la magie allait opérer de nouveau, maintenant que la nouveauté n’était plus au rendez-vous. Le week-end passé là-bas avait été idéal, festif, joyeux et j’étais allée de surprise en surprise, entre les alligators, les belles maisons du quartier français, les beignets, la musique jazz le soir…

La ville me rappelle le Sud de l’Europe, la douce folie de ses habitants qui te parlent dans la rue, l’air doux, les mauvaises odeurs des lendemains de fêtes et des petites allées, les façaces décrépites de toutes les couleurs, l’histoire à tous les coins de rue, la cuisine gourmande. C’est vivant, j’adore.

Avec cinq jours sur place, je me disais que j’aurais le temps de bien découvrir la ville, même si mon but était aussi de laziner (enfin paresser si je ne franglish pas), de prendre le temps, de marcher, d’aller dans des petits restos. Et je savais que Manu serait occupé les premiers jours par son job donc ce serait en grande partie en solo, pour la première partie du voyage, que je me promènerai.

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 27
Coucher de soleil le long des ponts de la route 55

Cet article est très long, et organisé en deux parties principales, le récit de voyage suivi des conseils pratiques. Si vous êtes là pour des infos, cliquez sur le sommaire ci-dessous pour accéder directement à la partie qui vous intéresse. Cet article contient des liens affiliés, ce qui signifie que je touche une commission si vous réservez des logements et des activités via le blog, merci de votre business qui me permet de faire vivre ce blog :

Une partie plus pratique avec des infos faciles à trouver : 

L’arrivée à l’aéroport de la Nouvelle-Orléans me fait l’effet d’un dépaysement instantané : à peine dehors, la chaleur me réchauffe de l’univers climatisé que je viens de quitter. En seulement trois heures de vol, me voilà dans un autre coin du pays, le Sud-Est, pas très loin du Texas et du golfe du Mexique. Sur la route pour arriver à New Orleans, il y a beaucoup, beaucoup de ponts.

Downtown New Orleans

On rejoint notre hôtel en Lyft (l’autre Uber), dans le quartier américain, le downtown, qui ressemble à n’importe quel downtown américain, si ce n’est le tramway qui passe au milieu des rues rectilignes. On l’entend de loin, il fait un bruit de ferraille.

L’hôtel s’avère plus être un appartement qu’une chambre dans un immeuble, c’est spacieux, joliment décoré comme dans n’importe quel hôtel hipsterisé standard.

On cherche un endroit où manger un morceau, le quartier a l’air plutôt mort pour un dimanche après-midi mais un endroit est ouvert pas très loin : Willa Jean*. Le resto/café a cette vibe bois clair – long bar – serveur en tablier à la cool – qu’on trouve maintenant dans n’importe quelle grande ville. Ça me désole cette gentrification même si j’en suis un des agents. Le menu promet plein de spécialités du Sud, c’est aussi cher qu’à Boston, et c’est délicieux. Les vacances peuvent commencer – surtout pour moi.

*on appréciera tellement les plats du brunch de Willa Jean qu’on reviendra pour chaque petit déjeuner tant qu’on sera dans ce quartier. Leur banana pudding est une tuerie. 

Soirée très tranquille… Manu doit bosser.

Banques et hauts immeubles du downtown, aussi appelé le CDB, le Central Business District
Canal Street : c’est la grande rue qui divise le centre des affaires du quartier français historique. On voit encore des colliers accrochés dans les branches, restes des parades du carnaval

Promenade dans le French Quarter, le quartier français

Le lendemain de mon arrivée, je pars en solo explorer la ville. La météo promet du 25°, j’ai mis mes sandalettes et je suis ravie que mes pieds revoient le soleil.

J’ai réservé une visite de la ville à pied avec un guide américain. Le guide est en retard et j’attends dans la cour d’un café, au pied de statues de musiciens et d’une danseuse célébre. Des musiciens jouent, une dame balaie les feuilles mortes.

Le guide arrive, il s’avère que je suis la seule participante en ce lundi matin, à 10h30. La promenade commence. Au programme : le French Quarter. New Orleans a été fondée en 1718 par des Français, grâce à son emplacement idéal à l’embouchure du Mississippi. Pendant un peu moins de 100 ans, la ville sera tantôt française, espagnole, puis française à nouveau, avant de devenir américaine. Les cultures créoles, cajuns, caribéennes, espagnoles, françaises vont créer ce mélange unique.

Frank, le guide, me parle des rambardes en fonte, de l’histoire des Espagnols, des chanteuses de cabaret, on passe voir la maison de Faulkner, de Truman Capote, le balcon d’où Marlon Brando criait Stella dans un Tramway nommé désire. On entre dans des petites cours intérieures, elles sont légion. J’adore. La visite se termine un peu plus de deux heures plus tard, j’étais captivée par ce qu’il me disait et je n’ai pas pris de photos ni de notes pendant qu’il me parlait, maintenant je veux tout refaire par moi-même. Mais d’abord, je retourne dans un resto qu’il a indiqué pendant la visite : Napoleon House. 

Il m’a prévenue : c’est touristique, mais le décor à l’intérieur m’a plu, on se croirait dans un vieux bistro parisien, avec, là encore, une petite cour intérieure. En entrant dans le resto, l’hôtesse me remet un collier avec une clochette  « c’est pour les fêtes ! » Sur les conseils du serveur, je savoure la spécialité de la maison : une muffaletta, un sandwich jambon olives. Les gens boivent de l’alcool le midi – ce qui est rare aux Etats-Unis, mais la Nouvelle Orléans est une ville de la fête, un peu comme Las Vegas, les gens y viennent pour se relaxer, ce qui implique apparemment un cocktail à 13h. Je commande un Sazerac. Fuck it. 

Je passe l’après-midi à me promener dans le quartier. Je m’assieds au bord du fleuve et puis quand il commence à faire noir, je rentre. Il fait super bon.

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 43
Les magnifiques balcons en fonte – autrefois en fer forgé
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 36
St Louis Street
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 42
Début décembre, les balcons sont encore fleuris
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 40
Autour de Jackson square
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 35
La cour intérieure de l’hôtel Royal Sonesta

Deux musées historiques du French Quarter : le Cabildo et le Presbytère

Pendant la semaine, je retournerai souvent dans le French Quarter, et j’ai l’occasion de visiter deux musées installés dans des bâtiments historiques de Jackson Square, la place centrale : le Cabildo et le Presbytère. Je n’ai trouvé quasiment aucune info en ligne sur ces deux musées, et comme j’aime connaître l’histoire des lieux que je visite, ça semblait être le bon endroit à visiter. On a visités ces deux musées en deux matinées. L’entrée est abordable, 9$ 

  • Cabildo : c’est le musée d’Etat de la Louisiane avec plusieurs expositions temporaires sur trois étages. Le Cabildo était le lieu de gouvernement espagnol, construit en 1799. C’est là que l’achat de la Louisiane à la France a été signé.
  • Presbytère : le bâtiment a été construit pour contrebalancer architecturalement le Cabildo construit à côté de l’église : ça équilibre mieux la place. On y trouve deux expositions permanentes, une sur la résilience des habitants suite à l’ouragan Katrina et les innondations qui ont recouverts 80% de la ville – l’exposition est très émouvante, et la seconde, à l’étage, est une expo sur le Mardi Gras et le Carnaval, une célébration très suivie au milieu de l’hiver à New Orleans, c’est une expo beaucoup plus joyeuse par son thème et intéressante – on y voit des costumes, l’existence de clubs, des vidéos des participants…
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 39
Le Cabildo derrière la végétation
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 41
Jackson square, dominé par la cathédrale St Louis, et de part et d’autre le Cabildo et le Presbytère

Les belles maisons du Garden District… décorées pour Noël

Les journées sont courtes en hiver, la nuit arrive vite. On se rend en fin d’après-midi dans le Garden District, à l’ouest du downtown, alors que la nuit tombe déjà.

On était passé en vélo dans ce quartier lors de notre premier séjour, je gardais un souvenir de très grandes maisons blanches extravagantes. Eh bien quelques années, pas de surprise, c’est toujours comme ça !

Cette fois, on se promène à pied en suivant les indications du guide papier en anglais, le Fodor. qui décrit les plus grandes et belles maisons du quartier, celles aussi qui ont un truc historique en plus. Je suis surprise de tomber sur une plaque indiquant la maison du premier et seul président de la Confédération, pendant la Guerre Civile américaine.

C’est aussi dans ce quartier que vit Benjamin Button – alias Brad Pitt – dans le film du même nom, que j’ai regardé après mon séjour à la Nouvelle Orléans. Toujours sympa de revoir les lieux sur grand écran (en l’occurence, sur écran minuscule dans mon cas, c’était dans l’avion)

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 45
Noël en grandes pompes
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 50
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 49
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 48
Portillons chics
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 46
St Charles Avenue, la grande avenue où passe le streetcar, au nord du quartier
Lampadaires au gaz et poteaux tête de cheval

Frenchmen Street vs Bourbon Street

New Orleans est une ville festive où sortir écouter de la musique, assister à des shows de drag queens et des strip teas, boire des cocktails dans les clubs ou dans la rue (c’est autorisé !) fait partie du deal de la ville.

Il y a deux écoles pour sortir à la Nouvelle Orléans : Bourbon Street dans le French District, et Frenchmen Street dans Faubourg-Marigny.

Bourbon street est la rue historique de la fête, où se trouvaient la plupart des clubs à l’origine. Aujourd’hui, c’est devenu touristico-crado, avec de nombreuses boutiques de tee-shirts et de souvenirs cheap. C’est l’endroit où aller entre « bro » entre potes et entre potesses : on voit en effet cette rue représentée dans le film Girls Trip sorti en 2017, pas du meilleur goût, c’est typiquement un « film à voir dans l’avion ».

Frenchmen Street a aussi un côté brouillon, de jour, mais de nuit, ça se transforme en endroit idéal où passer de clubs en clubs pour profiter de la musique. La Nouvelle-Orléans est le lieu de naissance du jazz, et la tradition de la musique live est bien vivante.

L’entrée de la plupart des clubs est gratuite, sous condition de consommer et de laisser des pourboires aux musiciens. J’avais pris des petites billets, 1$, 5$, 10$, pour les « tips » à donner aux musiciens entre chaque set.

C’est un plaisir de voir les groupes sur scène, tantôt rejoint par une cliente qui entre dans le bar, murmure un mot à l’oreille du trompettiste, et au titre suivant, elle monte sur scène, les rejoint pour chanter.

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 34
Le nez en l’air, de jour, Bourbon Street est plutôt très jolie !

Sortie hors de la Nouvelle-Orléans #1 : dans le bayou

Une fois la conférence de Manu terminée, on est parti en mini road trip dans la région. Lors du premier voyage à la Nouvelle Orléans, on avait pris un package de visite à la journée plantation + bayou en mini-bus. Couchés très tard dans la nuit, c’était pratique d’avoir un chauffeur pour nous emmener à plus d’une heure de route de la ville (c’est raconté dans cet article sur Oak Alley + bayou).

Cette fois-ci, on prend les choses en main et on loue notre propre voiture pour se déplacer.

En regardant une carte de la région, on constate à quel point la zone ressemble à de la dentelle : c’est le delta du Mississipi et ses innombrables découpes. Manu a repéré le parc Jean Laffitte, et plus précisément la réserve Barataria.

A la location de voiture, on explique qu’on est deux, on nous demande si on a des bagages .Non, seulement un sac à dos. On nous apporte alors un coupé cabriolet (j’avais posté la photo sur Instagram @mathildepit). C’est une première. Je trouve ça amusant… et très inconfortable, mais ça fera l’affaire pour la journée.

On sort de la ville, encadrée par des ponts gigantesques, c’est très impressionnant. La route est moche, c’est plat, rempli de malls, des centres commerciaux sans caractère. Et les limitations de vitesse rendent tout ça très ennuyeux…

Mais quand on arrive près de la réserve, l’ambiance change, nous voilà dans une forêt/jungle. C’est sans doute moins luxuriant car on est en hiver mais j’adore voir la lumière filtrée avec ce qui reste de végétation.

Une fois à la réserve, on choisit de faire le sentier qui traverse le bayou entièrement sur un chemin en bois surrélevé, un boardwalk en anglais. Le chemin s’appelle le palmetto trail et comme son nom l’indique, il est bordé de petits palmiers aux feuilles longues et tranchantes, disposées en étoiles. On en verra dans les maisons plus tard à la Nouvelle Orléans, séchées et installées dans le foyer de cheminées.

On n’est pas embêté par les moustiques à cette saison mais j’imagine que ça doit être l’enfer quand il fait plus chaud. Les arbres, des cyprès, ont les pieds dans l’eau, des orchidées aux arbres et de la « barbe espagnole » qui pend un peu partout. On avance sans bruit, mais on ne croisera aucun animal, à part quelques oiseaux.

→ Plus d’infos sur la Barataria Preserve.

→ Si vous voulez faire une visite en bateau du bayou, vous pouvez réserver vos places sur ce site sécurisé en français

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 12
Multi-ponts
Road trip kéké, avec une voiture décapotable
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 2
Le « Palmetto trail » dans la réserve Barataria
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 3
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 5
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 4
La végétation nous entoure
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 8
Pour rentrer à la Nouvelle-Orléans, on prend notre temps. Quand on sort de la route principale, on tombe sur ces quartiers au bord de canaux
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 9
Les bateaux de pêche
Le restaurant des familles, au bord d’un marécage où la pancarte dit : ne pas nourrir les alligators

Sortie hors de la Nouvelle-Orléans #2 : La visite de la plantation Laura

Pour se rendre à la plantation Laura, on ne prend pas la route la plus rapide, ce serait trop facile ! On évite l’autoroute pour suivre en quelque sorte « l’itinéraire bis », mais façon américain : pas de petites routes étroites de campagne où on peut rouler à 90 (ou 80 il me semble désormais) : la route passe encore au-dessus de ponts gigantesques, d’où on surplombe le fleuve bordé d’usines pétrochimiques (mot dur à recaser, j’en profite). Il y a aussi des cargos sur les berges : bien qu’immenses, ils ont l’air plutôt petits vus de là haut.

On long ensuite le fleuve Mississipi…. qu’on ne voit pas depuis la route : il est protégé par des digues. De l’autre côté de la route, des plantations de canne à sucre s’étendent à perte de vue.

Oak alley le blog de mathilde 1

Sous les arbres centenaires avec mon copain JB

Quelle plantation visiter : Oak Alley ou Laura ? 

J’étais déjà allée à Oak Alley, choisie complètement par hasard lors de mon premier séjour à la Nouvelle Orléans (lire l’article sur Oak Alley). Laura et Oak Alley sont les deux plantations les plus connues, et difficile de faire un choix…

  • Oak Alley, célébre pour son allée de chênes centenaires recouverts de mousse espagnole. C’est absolument magnifique. La visite de la maison par contre est assez anecdotique et s’attarde sur de nombreux objets ayant appartenu à la famille dont il est difficile de vraiment s’y intéresser. Il n’est pas du tout question (du moins à l’époque quand je l’ai visitée en 2012) de la vie des esclaves. Vous pouvez réserver votre billet pour Oak Alley sur ce site sécurisé en français.
  • Laura Plantation est moins impressionnante architecturalement, c’est une belle maison de type caribéenne très colorée, qu’on visite quasiment en intégralité, la visite inclut le jardin et une maison d’esclaves, ainsi qu’un petit musée intéressant sur la vie de ces derniers. Il y a des bâtiments sur la propriété très abimés, en cours de restauration. Il y a la possibilité d’avoir une brochure en français lors de la visite guidée, qui a lieu en anglais.

Si vous avez plus de temps et d’autres intérêts, il y a une autre plantation le long de cette River Road à considérer (on la garde pour la prochaine fois à la Nouvelle Orléans) : la Whitney Plantation, dont le tour est centré principalement sur l’esclavage.

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 14
C’est parti pour la visite guidée !
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 16
L’arrière de la plantation Laura
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 15
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 17
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 18
Sur le porche, et dans le jardin à l’arrière de la maison
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 19
Les anciennes maisons d’esclaves. L’une d’entre elle a été habitée jusque dans les années 1970
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 13

Sortie hors de la Nouvelle-Orléans #3 : Cajun Country

Cajun, créole, caribéens, espagnols, français, américains… les cultures sont multiples à la Nouvelle-Orléans.

Les Cajuns sont le peuple acadien originaire de l’Est du Québec et de la Nouvelle-Angleterre qui ont été déplacés dans la campagne en Louisiane par les Anglais qui craignaient que cette population francophile/française se rallie contre eux au milieu du 18è siècle.

Aujourd’hui, les Cajuns se trouvent plutôt dans les régions agricoles à l’ouest de la Louisiane, à plusieurs heures de route de New Orleans, vers Lafayette – on a eu l’occasion d’en apprendre plus sur cette population au musée Cabrillo mentionné ci-dessus.

Dans la culture populaire, j’ai l’impression qu’on parle surtout de la cuisine cajun quand on se réfère aux cajuns ! Une cuisine rustique à base de produits simples comme le riz et les haricots, des sandwichs aux fruits de mer frits, des plats en sauce.

On a eu un tout petit aperçu du pays cajun le long de la route 22 :

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 24
Les canaux du « cajun country », ambiance True Detective premier volet
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 25
Promenade au Tickfaw State Park
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 23
Au Cajun village, un ensemble de boutiques de souvenirs d’un goût… spécial
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 21
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 22
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 20
Un excellent goûter : des beignets tout frais et du café au lait, pas un latte comme on dit d’habitude en anglais, mais bel et bien un « café au lait »

Le mot de la fin sur ces 5 jours à la Nouvelle Orléans : J’ai beaucoup aimé revenir à la Nouvelle-Orléans et prendre le temps d’explorer les environs. La vie semble douce et festive, quand on y est en touriste, j’aime beaucoup ça. C’est le genre d’endroits où on peut revenir souvent je suppose, en se laissant porter par la ville pour savoir quoi faire. Le billet d’avion et l’hôtel sont abordables. Les environs ne m’ont pas particulièrement plu par contre et je ne me verrais pas vivre là-bas pour autant, même si la ville est géniale.

→ Bon à savoir : Cet article a été publié sans sponsor ni partenariat, j’utilise des liens affiliés pour la réalisation et financement de ce blog. L’affiliation, ça veut dire que si vous réservez un hôtel ou une activité via le blog, je touche une commission. Le prix est le même pour vous. Si vous souhaitez réserver par ce biais, ça fait vivre le blog, et je vous en remercie d’avance !

Aéroport : on a pris un Lyft depuis l’aéroport pour rejoindre le centre. Le trajet a duré 30 minutes et a coûté environ 35$ +tip. Il y aussi un bus (2$) qui va dans le downtown (toutes les infos sur le site des transports publics de la ville).  Il y a aussi la possibilité de réserver une navette entre l’aéroport et votre hôtel, place à réserver via ce site sécurisé en français.  

Logements et quartiers : J’ai logé à deux endroits pendant ces cinq jours :

  • tout d’abord dans le « downtown », à l’allure américaine (hauts immeubles, de nombreux avec une touche Art Déco). J’étais dans un appart-hôtel ; un matin, je suis allée boire un café dans le hall de l’hôtel Ace, et il était tout simplement magnifique, là encore dans un style Art Déco. C’était très facile de circuler dans le reste de la ville à pied à partir du downtown.
  • J’ai ensuite pris un Airbnb dans le quartier Faubourg-Marigny, je voulais être à proximité de la rue Frenchmen où il y a de la musique live le soir. Là encore, très facile de circuler en journée et le soir, à pied ou en vélo. Je recommande le quartier, mais pas spécialement la chambre où on était. On m’a parfois dit que ça pouvait être dangereux comme quartier, je n’ai pas vraiment ressenti le danger, tant que les règles de prudence en tant que touristes sont appliquées (pas de caméra apparente, etc.)

Circulation : La première fois à la Nouvelle-Orléans, on s’était promené en vélo, j’adore ça. Il y a de nombreuses pistes cyclables. Marcher à pied est également assez facile, les quartiers à visiter se pratiquent bien à pied. C’est aussi pour certains incontournables de prendre le tramway à la Nouvelle-Orléans, qu’on appelle streetcar ici.

A quelle saison aller à la Nouvelle Orléans ? Les deux fois où je suis allée à la Nouvelle-Orléans, c’était pendant l’automne, où les températures étaient encore douces, voire chaudes (de 15° à 25° en journée). La saison des ouragans dans cette région des Etats-Unis s’étend de début juin à fin novembre. Il vaut mieux éviter l’été, et on me la redit plusieurs fois pendant ce voyage : l’été est brutal, chaud et surtout très humide, c’est, apparemment, insupportable.
Le carnaval de la Nouvelle-Orléans a lieu en général de début janvier à début mars.

Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 29
New orleans

  • Le French Quarter est un incontournable, à découvrir à pied et/ou en vélo, tout comme le Garden District. Vous aurez alors un aperçu de la Nouvelle-Orléans coloniale avec le French quarter, et de la Nouvelle-Orléans antebellum, avant la guerre de Sécession, quand les riches américains se sont installés ici
  • Pas de Nouvelle Orléans sans musique : passez une soirée dans les clubs de jazz de Frenchmen Street
  • Une visite de plantation au bord du fleuve Mississippi, comme celle de Oak Alley, dont vous pouvez acheter les billets sur ce site sécurisé en français avec un départ en navette depuis New Orleans pour simplifier les choses
  • Une découverte du bayou et de ses alligators qui « parlent français ». Vous pouvez aussi réserver votre visite dans les bayous au départ de la Nouvelle-Orléans en achetant vos billets sur ce site sécurisé en français
  • Participer au carnaval en début d’année, ou si vous n’y êtes pas au bon moment, visiter le musée dit « le Presbytère » pour en avoir un aperçu

Bonus : un tour voodoo de la ville, un passage dans la librairie Faulkner, un tour des cimetières, un tour sur le Mississippi en bateau à roue à aube…

City Pass : vous pouvez aussi acheter le City Pass de la ville avec de nombreuses activités (tour en bus, croisière, visite de plantation au départ de New Orleans, musée historiques comme le Cabildo). Bon rapport qualité prix, et site sécurisé en français.

Cocktail new orleans

  • Un beignet avec du café au lait, pour les amateurs de sucré. Le café le plus connu est Café du Monde, c’est une vraie usine, ouvert 24/24 ! J’avais gardé un souvenir excellent des beignets là-bas, et je ne sais pas… cette fois-ci j’ai été un peu déçue. A goûter et re-goûter pour être bien sûre.
  • De la soupe gumbo à l’andouille : le gumbo est une soupe soit façon bouillon soit plus épaisse avec du riz et de la saucisse épicée (= l’andouille), avec parfois le choix de l’avoir aux écrevisses (crawfish)
  • Une muffaletta : un sandwich aux olives et au jambon. J’en ai mangé un quart (et c’était déjà énorme) à la Napoleon House.
  • Le jambalaya, une sorte de paella, qui est servie en plat complet ou en side.
  • Le po boy : un sandwich à la viande ou aux fruits de mer frits.

Bonus : les cocktails de la ville ! le Hurricane est le cocktail signature de la ville, à base de rhume, mais aussi le Sazerac, à base d’absinthe.

La cuisine de la Nouvelle-Orléans m’a semblé riche, avec beaucoup de friture et de plats en sauce, et toujours bien relevée et épicée. On a aussi testé quelques restaurants contemporains qui revisitent des plats classiques. Enorme plaisir à Compère Lapin et Bywater American Bistro, où on a eu droit au même serveur dans les deux restaurants ! J’ai trouvé ces deux adresses via Eater New Orleans dans leur sélection des restaurants incontournables du moment.

Gumbo new orleans
Gumbo à l’andouille au restaurant des familles


Biscuit for brunch new orleans
Biscuit au boudin et aux « collard greens » chez Willa Jean
Beignets cafe du monde
3 beignets de Café du Monde
Visiter la nouvelle orleans le blog de mathilde 38

La bibliothèque Faulkner à New Orleans, un bouquiniste très sympa. J’ai acheté une belle édition de Sula de Toni Morrison

  • La BD sur la naturaliste et illustrateur Audubon qui a peint les oiseaux des Etats-Unis, dont de très nombreux en Louisiane, au 19è siècle : Sur les ailes du Monde
  • Le classique Un tramway nommé désir, le film adapté de la pièce de Tennesse Williams, avec Marlon Brando et Vivien Leigh
  • L’Etrange histoire de Benjamin Button, dont j’ai parlé plus haut, où Benjamin Button vit dans le Garden District
  • Entretien avec un vampire, de Ann Rice, le livre et le film tourné en partie à Oak Alley. Pour l’ambiance gothique.
  • La série Treme que je n’ai toujours pas regardée… mais qui est systématiquement mentionnée – à raison j’en suis sûre – par mon amie L quand je parle de la Nouvelle Orléans. Promis, je vais aller au-delà du premier épisode de cette série qui raconte la vie de musiciens dans le quartier de Treme, très affecté par l’ouragan Katrina.

→ Tous mes city guides aux Etats-Unis sont réunis sur cette page

→ Suivez mes aventure sur Instagram @mathildepit et Facebook

→ Quelque chose à ajouter ? Une histoire sur la Nouvelle-Orléans, un souvenir de voyage, une recommandation de lecture/film/musique, les commentaires ci-dessous sont là pour ça :

Facebook
Pinterest
Twitter
Email
Mathilde

Mathilde

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise Boston le nez en l'air. Je suis aussi auteure de nombreux guides de voyages, de livres de yoga et de jeux chez des éditeurs français. Suivez-moi sur Instagram, Facebook ou Pinterest.

37 réflexions au sujet de “J’ai passé 5 jours à La Nouvelle-Orléans : visite de la ville et des alentours en Louisiane

  1. Merci pour ce bel article intéressant et les belles photos! ça me donne super envie!
    Merci de me faire voyager 🙂

  2. Merci Mathilde pour ce superbe article publié juste a temps pour peaufiner notre programme ! Nous revenons tout juste de notre weekend a Nola, 3 soirees de musique Jazz entre Frenchmen et Bourbon St et deux journées a découvrir les différents quartiers … L’ambiance est mythique, la magie opère, c’est un voyage dans le temps assuré !

    J’en profite pour te dire a quel point j’aime ton blog. Arrivée a Boston en avril dernier, tes articles toujours très bien écrits, sont une grande source d’inspiration !

  3. Bonjour Mathilde,
    Ça faisait un petit moment que je n’étais pas venue sur le blog et la bonne pioche.
    La Nouvelle Orléans m’a toujours fait rêver, et par une journée bien grisouille c’est le combo idéal.
    Ton article est comme toujours très bien écrit et documenté. Merci ?
    Maintenant que je suis reconnectee je me rattrape.
    Bonne continuation.
    Virginie

  4. Sympa cet article! j’y vais seule (contrairement à d’habitude où on voyage tjs à 4) avec mon ainée (17 ans) en mai…j’atterris à Houston, j’ai élaboré mon circuit en passant pas mal de temps en pays cajun (6 nuits en tout dt 3 à la Nouvelle Orleans) je vais m’arrêter aussi au Lake Charles qui est un peu plus à l’Ouest. J’ai hâte!

  5. Merci pour ce billet super détaillé que je vais lire attentivement ainsi que les précédents puisque je pars avec toute ma petite famille aux vacances de Pâques. Nous sommes un peu à la bourre pour tout préparer mais j’ai déjà hate de me plonger dans les guides. Bonne soirée

    • 3 mois de préparatifs, ça devrait le faire !
      Si vous utilisez le blog comme ressource de préparation, si vous pouvez le mentionner sur votre blog, ça serait super comme reconnaissance ! merci d’avance !

  6. Merci pour cet article qui m’a rappelé un grand nombre de souvenirs. J’adore cette ville, c’est même ma ville préférée aux US suivie de près par San Francisco. Et félicitation pour les très belles photos qui mettent bien en valeur les différents sites.

  7. Hello !
    Je me suis fait exactement la même réflexion que toi quand j’y suis allée la dernière fois. J’adore la ville et particulièrement les clubs de jazz de frenchmen street mais alors les alentours … On avait fait un road trip avec des amies et on avait trouvé Lafayette glauque et mortel. Regarde la série Treme. Elle est top très bien documentée et puis la musique …
    Merci pour on site je ne vis plus aux US depuis cette année mais je continue à te suivre 😉

  8. Excellent article, tu as fait presque exactement le même trajet que moi quand j’y suis allée il y a quelques années. J’ai des souvenirs très extatiques de cette ville: le jazz, les fêtes cajuns, les colliers de perles partout dans les rues. J’étais allée à Laura Plantation aussi et coup de chance à ‘l’époque c’était une canadienne francophone qui faisait les visites, je l’avais trouvée assez intéressante. Même souvenir des routes aussi, un ennui mortel avec des panneaux prévenant des virages 3 kilometres avant, et les diners sur le bord de route remplis d’ouvriers des usines pétrochimiques du coin.

    Ca me donne envie d’y retourner et je suis bien contente de voir que ça t’a autant plu la 2ème fois que la 1ère, j’avais peur aussi d’être déçue si je retournais. Maintenant c’est de nouveau sur ma liste!

    • Tu n’es pas la première à me dire qu’il y avait des tours en français à la plantation Laura. On a pris un tour en cours de route… en anglais et il y avait un couple de français avec la brochure en français – d’où ma petite note sur le sujet.

  9. Merci pour cet article Mathilde, toujours un plaisir de lire de longs posts quand ils traitent des Etats-Unis !!
    ça reste finalement mes articles préférés ! Nous serons en Louisiane mi-avril, où ma belle-mère et ma belle-soeur viendront nous rejoindre. J’ai donc pris quelques notes sur cet article… Je te ferai un retour d’expériences 🙂
    Bon début de semaine !

    • Merci Stacy ! J’aurais bien fait encore plus long, mais j’ai préféré arrêter là malgré les photos non sélectionnés, le programme pas vraiment détaillé…
      Bon voyage !

  10. Tu as réveillé plein de souvenirs de ce joli moment passé à la nouvelle-Orléans et ses alentours! Merci pour ça. Et merci pour ce city guide pour la prochaine visite car j’aimerai vivement y retourner!

  11. La Nouvelle-Orléans, ça reste le regret de mon voyage aux usa entre septembre et décembre dernier. Par manque de temps on a décidé de ne pas y aller plutôt que d’y passer en coup de vent. Maintenant, j’ai encore plus envie d’y retourner… Et surtout de goûter la cuisine sur laquelle je fantasme depuis des années !

  12. y a des huitres aussi, à la Nouvelle-Orléans. Enormes, nourries aux sediments du delta, tres different des huitres bretonnes ou de la Nouvelle Angleterre. Mais les huitres frites sont pas mal en fait (j’etais pas du tout convaincu, et j’ai essayé par curiosité)

    • Merci de cet ajout à ma liste non exhaustive ! Bien sûr il y a les huîtres 😉
      on en a des frites par chez nous aussi, on perd en goût, mais c’est à essayer anyway

  13. Merci pour cet article, ça m’a rappelé des souvenirs. Je n’ai pas du tout aimé la Nouvelle Orléans, c’est beau, bien sûr mais les odeurs de lendemain de fêtes…. Non merci. Par contre, j’ai adoré les alentours… Bayou, swamp, plantations… Si je devais choisir entre Oak alley et Laura, ce serait Laura sans hésiter ! On avait eu un guide qui parlait français et qui était très très intéressant. Par contre, pour Oak Alley, a part l’allée, il n’y a rien de bien intéressant, tout est faux à part un morceaux de mur. Il faudrait que je redonne une chance à New Orléans, et je suivrai quelques uns de tes conseils 🙂

  14. Hi Mathilde,

    Merci infiniment pour l’article. Avec deux copines nous sommes sur le depart … enfin debut fevrier/2019 plus que quelques petits jours. Du coup ton article tombe vraiment a pic. Nous pensions deja visiter les deux plantations que tu as cite et les quartiers que tu as inscrit. J’ai eu un coup de coeur pour le « Palmetto trail », en esperant pouvoir l’ajouter a notre trip de quatre jours.
    Je suis desolee pour le manque d’accent dans mon message clavier qwerty oblige (Je pense que tu dois avoir le meme probleme)
    En tout cas ton blog et l’un des seul que je regarde enfin que nous regardons avec une copine pour nous donner des idees de voyages aux USA. Nous sommes aux USA pour 18mois et a l’heure ou j’ecris, cela fait 9mois que nous y sommes. On essaye de voyager le plus possible donc ton blog est vraiment une petite pepite.

    Merci encore,
    Bonne journee.
    Manon

    • Bonne découverte de cette ville magnifique et merci d’avoir pris le temps de laisser un petit mot !
      Revenez me dire ce que vous avez fait après votre voyage !

  15. Waouh, quel article ! Merci Mathilde. Ca donne envie d’y aller. J’ai toujours des fantasmes culinaires quand on me parle Louisiane, la cuisine cajun – et de Louisiane en général – m’a toujours tentée. En revanche, le climat, bof bof… Ca vaut le coup en automne, effectivement, pour prendre une dose de vitamine D. Je pense aussi toujours au film Dans la brume électrique, de Tavernier, qu’il faudrait que je revois. C’est une destination un peu mythique, finalement…

  16. Un cocktail à base de rhume, ça a l’air bien bon. 😉

    J’aime beaucoup les balcons en métal de la Nouvelle-Orléans, on dirait de la dentelle très delicate ! Merci pour le dépaysement ! xx

  17. Hello Mathilde,
    Ton article est super complet, merci pour tout ça 🙂 Je ne sais pas pourquoi mais la nouvelle orléans m’attire depuis très longtemps, j’ai une semaine de vacances fin février tu m’as presque convaincu d’aller y faire un tour.
    Bonne soirée
    Jessica

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.