I slay, hey, I slay, okay, Beyoncé

Bey et jayz

Ça fait 20 ans que j’écoute Beyoncé. Sa musique, sa voix, son style, son engagement : tout a évolué. Pour le mieux, pour the best en fait.

Comme les grands artistes américains, Beyoncé chante, danse, elle entertain. De petites chansonnettes entraînantes comme Bills Bills Bills ou Say my name, c’est maintenant une artiste à la voix riche et chaleureuse qui me fait fondre sur Young Forever ou tout l’album Lemonade.

Tellement iconique qu’elle a chanté à la deuxième inauguration d’Obama, en janvier 2013. La première fois, c’était Aretha Franklin.

Je suis allée voir Beyoncé au stade Gillette à Boston hier soir, et j’ai passé un super moment. Je suis encore sur mon petit nuage avec des images et des musiques dans la tête, une énergie folle diffusée par cette artiste et son mari, qui était aussi sur scène – Jay-Z pour les non-connaisseurs.

I dream it, I work hard

Tailgating concert beyonce

L’attente. J’ai acheté les billets juste quand ils ont été mis en vente mi-mars dernier avant que les prix deviennent prohibitifs – pour quiconque ayant déjà acheté des billets de spectacles aux USA, le tarif de départ se voit souvent presque doubler en 2 clics avec des frais de dossier/taxes/frais d’impression/frais cachés/frais de frais.

Au fil des semaines, j’ai vu les premières images sur Instagram, mon champ de recherches était innondé d’images de Queen B. J’avais hâte.

Beyoncé et Jay-Z ont sorti un album au milieu de leur tournée en juin, tout le monde est allé de son petit commentaire sur leur présence au Louvre. Moi j’écoutais Apeshit en boucle – c’était d’ailleurs la dernière chanson du concert, et la foule l’attendait.

I woke up like this

Le Jour J. Je vais rencontrer Beyoncé. J’ai dû le répéter une ou deux fois à la famille que je voyais en visite de Boston le matin (hello Valérie si tu lis cet article).

J’avais juste hâte d’y être, on s’est dirigé tôt vers le stade, situé à une quarantaine de minutes au sud de Boston. Les parkings se remplissent et les gens pratiquent le tailgating : chacun improvise un stand de barbecue/pique nique sur le parking, face à la voiture. On est dans la catégorie petits joueurs et on se mange un sandwich avant d’entrer dans le stade.

Interdiction d’apporter aucun sac, même les sacs à main doivent être minuscules, et beaucoup de personnes jettent leur pochette dans les buissons en espérant les retrouver après le spectacle. Moi je mets juste mon porte-feuille et mon téléphone dans mes poches.

Sur le parking avant d’entrer, des jeunes militent pour l’inscription sur les listes électorales. « We’re not citizens, but thanks! »

I can’t believe we made it

Dj khaled

On y est ! On est entré dans le stade. Au préalable, je n’ai pas résisté à acheter le tee-shirt de la tournée, qui terminera probablement en pyjama ou avec un peu de chance en tee-shirt collector dans 10 ans. Petite bouteille d’eau (vendue sans le bouchon pour ne tuer personne) à 4$, frites à 10$, bière à 14$, il n’y a pas de petit profit en Amérique.

On s’installe sur les tables face à la scène, en hauteur, on regarde le stade se remplir, les gens, bien habillés pour l’occasion, prennent la pose. Il fait encore très chaud, mais on est chanceux : il ne fait pas humide comme les derniers jours. Pas de climat tropical. Deux hélicoptères tournent autour du stade et se posent derrière la scène. Bey est arrivée ?

Les deux premières parties sont passées vite – le premier groupe, Chloe x Halle, deux soeurs, du RnB, semblaient bien petites au milieu du stade en train de se remplir.

DJ Khaled a ensuite enchaîné, et même si cette expression n’est sans doute plus validée par le comité de coolness depuis 1998, il a « mis le feu ». Le public était complètement fou. Apeshit.

Vers 20h45, ils arrivent, après quelques images façon film de gangsters sous les tropiques : Beyoncé et Jay-Z, main dans la main chantent l’hymne Holy Grail.

One day you’re here, one day you’re there

Bey jay z 1

OMG j’ai cru que j’allais perdre ma voix en hurlant et en chantant (approximativement) les paroles. Tout était parfait, le son, la voix, la scénographie, les danseurs, les interludes, le choix des chansons. Je me sens encore flotter aujourd’hui en repensant à cette expérience. J’avais déjà été dans des concerts de Zenith, mais pas de stade, avec tout l’apparat des feux d’artifices, flammes, scènes qui bougent, changements de costumes, danseurs dans tous les sens. On en prend plein la vue pendant 2 heures.

Je regardais Beyoncé qui faisait 2 cm de haut vu de ma place du fond de stade, et 15 m sur l’écran géant : c’est elle, elle est là. Moment de pure fanitude.

J’étais venue pour Bey, mais Jay-Z a délivré son son (c’était juste pour le plaisir d’écrire ça). Je ne connais de lui que ses musiques les plus connues – et en fait, et bien elles sont toutes connues. Le mec arrive à créer des airs en 4 notes qui sont reconnaissables en 3 secondes, et quand il « drop son beat » la foule devient complètement folle et saute dans tous les sens. Communion communautaire contemporaine. Nos voisins de section étaient top, tout le monde dansait et chantait, le tout habillé comme si on allait tous boire un verre avec les artistes après le concert. C’était peut-être comme ça partout, le stade était super packed.

Boy Bye

On a ensuite mis 2h pour sortir du parking, on pourrait croire qu’ils sont habitués à recevoir 50 000 personnes, mais en fait non. Après ces 2h à être bloqués sur 50 mètres, on a roulé une petite heure pour rentrer à Boston avec des amis qu’on a retrouvés sur place, ils ont acheté leur place quelques jours avant le concert, et comme nous, n’en croyaient pas leurs sens d’avoir assisté à ce spectacle.

Facebook
Pinterest
Twitter
Email
Mathilde

Mathilde

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société. Suivez-moi sur Instagram, Twitter, Facebook ou Pinterest.

2 réflexions au sujet de “I slay, hey, I slay, okay, Beyoncé

  1. Ah ah ! Toi aussi tu y étais ?
    J’ai pas trouvé DJ Khaled foufou perso, mais QueenB, bon dieu, she deserves her title! #amazing.
    Petite astuce, de notre côté on avait pris des billets de train à 20$ (South Station – la petite gare au pied du stade). À l’aller easy comme tout, au retour un poil plus bordélique car des dizaines de gens ont tapé l’incruste sans billets. Le train partait 30-45 min après la fin du concert. Et s’est tortillé en une heure à Boston :))

    • Oui j’y étais – article #notfake 🙂
      Oui je connais le train de Foxborough mais bon, on a choisi l’option pas transports en commun plus pratique à l’aller du moins.
      J’ai bien aimé le set de DJ Khaled même si le mec parlait trop et coupait tout trop vite. Dans ma section les gens étaient fous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.