(Oregon) Le Bleu magnifique de Crater Lake

crater-lake-oregon-28
Ceci est un bleu non retouché

Je continue le récit du road trip de l’été dans l’Oregon, il est temps de clôturer ce chapitre, et il ne me reste que 3 étapes à raconter, en plus de celle-ci ! Yeah !

On était à Crater Lake début septembre, le 31 août et le 1er septembre très exactement. Il ne faisait pas très chaud, et il y avait de la fumée sur le lac à cause d’un incendie géant en Californie, ce qui nous a empêché d’avoir le premier effet Wahoo que procure d’ordinaire ce lac. On a regardé l’étendue bleu-gris, on s’est dit : what? Puis on est allé regarder une vidéo de présentation au Visitor center dans lequel de nombreux visiteurs témoignaient, la larmichette à l’œil, à quel point voir ce lac avait changé leur vie. On était super blasé avec Manu, et on a même failli partir le jour même quand un ranger nous a dit que la fumée pouvait stagner plusieurs jours sur le lac.

Et puis finalement, on s’est dit qu’après avoir autant roulé pour arriver jusqu’ici, ce serait dommage de repartir aussi vite. On a persisté, et on a eu notre effet Wahoo, avec quelques heures de décalage. Pourquoi Wahoo ? Parce que ce lac a la particularité d’être un lac en altitude au creux d’un volcan, d’un bleu incroyable, de turquoise à bleu Klein.

Réveil au camping

crater-lake-oregon-1

Jeudi 31 août. On quitte les Steens Mountains à regret, en passant à travers le parc des Antilopes (plutôt de l’Unique Antilope en ce qui concerne notre propre expérience). Il y a plein de travaux sur la route, et on n’avance pas très vite, surtout que c’est moi qui conduit, le fauteuil très près du volant, Mamie Style. On réalise que Crater Lake est vraiment super loin, alors on repère sur la carte un camping dans la forêt, près d’un lac (merci à la bonne vieille carte routière, outil indispensable du road trip américain). Arrivés au camping, on est accueillis par des chasseurs dans leur voiture buggy, ça fait super Oregon rural. J’ai un peu peur mais je leur souris en maugréant Hello guys. On choisit un emplacement au milieu de la forêt, le numéro 4, et le soir, après avoir pique-niqué à la lueur du feu de bois made by Manu, on repart à la voiture ranger toutes nos affaires, histoire que les odeurs n’attirent pas les grosses bêtes.

Alors que la voiture n’est garée qu’à à peine 50 mètres de notre emplacement, pas moyen de la localiser : il fait complètement noir et nos lampes torches frontales n’aident pas à voir de loin. En 5 minutes, on est paumé dans les bois, les épines de pied dans les chaussettes, on avance en se serrant. On se marre car c’est tout de même assez couillon ce qui nous arrive, mais dans le fond, on stresse ; on croise même un écureuil mort (signe ?) Manu a l’idée de génie (#hashtag Bac+8) de faire sonner la voiture, à distance, avec la clé. Hourra, grâce à cette technologie de pointe, on évite un remake du projet Blair Witch, édition Oregon.

La nuit dans nos sacs de couchage se passe bien : il fait très froid, il y a des bêtes un peu partout qui rôdent autour de la tente. Une nuit classique dans la forêt. Le matin, on part tôt, il nous reste plus de 2h30 de route à faire avant d’arriver au parc national de Crater Lake.

On était à l’emplacement #4 du Cottonwood Campground, 6$/nuit ; le site du camping

crater-lake-oregon-2
La belle vue au réveil, et là je dis : vive le camping dans l’Oregon

Jour 1 à Crater Lake :
Bon à savoir : par temps couvert, le bleu n’est pas bleu

On roule, et on arrive au parc, par l’entrée sud. Et là, c’est le drame. Oh no, il y a un incendie, l’air sent bizarre, le lac n’est pas de son bleu magique qui fait sa réputation, il fait super froid (on est en altitude), et puis il y a plein de monde. Normal, le week-end de Labor Day (la fête du travail) approche, c’est l’un des rares week-ends de 3 jours aux Etats-Unis, alors les gens en profitent.

Après la chaleur et la solitude absolue des Steens Mountains, je n’étais pas prête à ce changement. Je suis comme un écureuil du Boston Common quand l’hiver arrive : sad. Pas de panique, enfin pas trop, on se cherche un endroit où dormir le soir-même. First things first. Je rechigne intérieurement à l’idée de camper à nouveau, et persuade Manu que le bonheur réside dans le superbe hôtel historique, qui, hélas, est complet. On se rabat sur le camping où se trouve également un ensemble de cabines : une seule et dernière de ces cabines est libre. Est-ce une nouvelle preuve de l’existence du Dieu du sommeil ? On arrive à la fameuse cabine, qui a plus l’allure d’un préfabriqué, mais qu’importe, il y a une douche et deux grands lits, du chauffage et une cafetière. Pour la modique somme de 150$. Et on est à l’intérieur du parc national !

Après avoir déposé les affaires, aucune raison de ne pas partir explorer le parc, en voiture, option flemme donc.

crater-lake-oregon-3
Pas si mal le lac malgré le temps couvert !
On fait tout le tour du cratère en voiture, le long d’une route scénique, la lumière change, le lac est omniprésent. Et toujours le Mordor au loin (seul nom de montagne-qui-fait-peur, qui s’applique d’ailleurs à de nombreux endroits aux USA)
crater-lake-oregon-6
La fumée, ou la brume, au loin dans les collines
crater-lake-oregon-8
Encore un petit coin de neige, là-bas, derrière cette mini-île, le Phantom Ship
crater-lake-oregon-9

L’ombre de l’île
crater-lake-oregon-10

La lodge, sous les rayons du soleil de fin de journée
crater-lake-oregon-11
Le temps change au fil de la journée ; le bleu et le vert, en contraste

Après notre auto-tour du cratère, on s’arrête boire un verre dans la belle auberge historique du parc. Le feu de cheminée est le bienvenu, on discute avec des gens de St. Louis, l’ambiance est paisible, rustique-chic. De nuit, on rejoint notre motel, il pluvine et je suis contente de ne pas dormir sous la tente.

Jour 2 : Promenade en bateau sur le lac bleu

On se lève super tôt car on a un tour en bateau sur le lac prévu ce matin ! Le tour est à 10h mais il faut y aller, il y a 30 minutes de route, et il faut marcher jusqu’à la rive du lac, ce qui prend aussi une bonne demi-heure, il y a 1,1 mile à descendre, soit un peu moins de 2 km. Il y a des travaux sur le parking à proximité du début de la randonnée, alors on prend un bus scolaire, le fameux bus jaune à l’américaine. Il fait froid et il y a du vent, heureusement, on est bien couvert !

Le bateau nous attend, il flotte sur l’eau bien bleue, ce matin, la fumée et la brume ont disparu ! Sur le bateau, la guide est un ranger officiel des parcs nationaux, et elle nous raconte l’histoire fantastique de ce lac. C’est parti pour 1h30 de balade sur le lac le plus profond des Etats-Unis.

J’ai pris des notes pendant qu’elle parlait : « il était une fois, il y a 7 700 ans, Mont Mazama, un volcan gigantesque, qui, en 2-3 heures à peine, a explosé. Son sommet s’est écroulé : bilan = un gros trou. L’eau du lac, c’est un peu de pluie, mais surtout de la neige. Il a fallu 500 ans pour le remplir. 500 ans ! » 

Au milieu du 19è siècle, lors de la ruée vers l’or dans l’ouest américain, un explorateur découvre ce lac, il est ébloui par cette beauté sauvage unique. Quelques décennies plus tard, un certain William Gladstone Steel voyage jusqu’à Crater Lake, il est ébloui par les lieux, et dédie tout son temps et son énergie à protéger cet espace. Quelques parcs nationaux américains existent déjà, statut obtenu par vote du Congrès. William entreprend donc de gagner le coeur des Congressmen et organisent des voyages pour qu’ils découvrent les lieux. Il renomme les curiosités géologiques du lac avec des noms impressionnants comme la colonne vertébrale du Diable, l’île du sorcier, le bateau fantôme… Il organise des séances de golf sur les bords du cratère, il met même des poissons pour des séances de pêche (deux espèces y ont survécu). En 1902, Crater Lake devient le quatrième parc national américain.  

crater-lake-oregon-15 crater-lake-oregon-14 crater-lake-oregon-16

Mais pourquoi ce bleu est-il aussi bleu ? Car cette eau est super pure ! Alors on a demandé à la ranger si ce n’était pas dommage de venir en bateau pas électrique dessus. Elle nous a répondu qu’ils essayaient de rester le plus clean possible.

crater-lake-oregon-18
Beau bleu
crater-lake-oregon-19

Une cascade !
crater-lake-oregon-20

Beau bleu (bis) et un reste de neige
crater-lake-oregon-21

Cette île s’appelle le Bateau Fantôme, car depuis les rives, en hauteur, il semble parfois que cette formation disparaisse, en se confondant avec les bords du cratère. Les arbres sur cette île ont des graines qui sont cassées par une espèce unique d’oiseaux.

Au loin, on voit Wizard Island, l’île du Sorcier, la plus grosse des îles sur le Crater Lake.

crater-lake-oregon-22
Je ne sais pas vous, mais je ne m’en lasse pas de ces vues
crater-lake-oregon-24
Pumice Castle, ou le chateau en pierre ponce
crater-lake-oregon-25
Notre bateau ! On était 32 à bord + la guide et le pilote
crater-lake-oregon-26
C’est ensuite l’heure de la remontée… pas si terrible que ça finalement, mais ça nous fait notre exercice cardio du jour
crater-lake-oregon-27
A 13h, la vue est finalement dégagée et on peut admirer toute la beauté de ce lac !
crater-lake-oregon-29
Hello Chipmunk

Crater Lake, Oregon

☞ Le site officiel du parc

☞ On a dormi dans une des cabines de Mazama Village, il y a une supérette, et un resto sur place, et aussi un très grand camping

☞ Le tour en bateau est payant (40$/pers.), et on l’a réservé depuis la lodge où on trouve des bornes. Pendant l’été, il y a aussi la possibilité d’aller sur la plus grande île du lac (Wizard), en plus du tour sur le lac (57$). C’était déjà fermé le 1er septembre ! toutes les infos sur les croisières sur Crater Lake sur ce site

☞ Le Pacific Crest Trail (PCT) passe par Crater Lake, on a vu des randonneurs le matin se ravitailler ; pour les fans du livre Wild, de Cheryl Strayed, la célèbre randonneuse interprétée par Reese Witherspoon dans le film du même nom passe par ici !

Bon à savoir : le lac est en altitude et il neige une bonne partie de l’année, et en grande quantité, et même parfois en été !

A lire aussi : tout le résumé du road trip dans l’Oregon ; la fiche sur tous les parcs nationaux américains que j’ai visités

Les superbes photos de cet article ont été prises par Manu ❤

cartes postales oregon-cartes-postales-32

Road trip dans l’Oregon

Résumé des épisodes précédents : le road trip dans l’Oregon a commencé à Portland, on a ensuite suivi la route scénique le long de la rivière Columbia, où on s’est arrêté voir des cascades ; après avoir fait une longue randonnée autour du Mt Hood, un volcan, on a repris la route, on est passé par le Smith Rock, paradis de l’escalade, puis on a marché pendant toute une journée dans les Painted Hills, des collines colorées surprenantes. Le jour suivant, on a beaucoup roulé pour arriver au Hells Canyon, et après 2 jours dans ce canyon, le plus profond des Etats-Unis, on est reparti en direction du sud-est de l’Oregon vers les Steens Mountains et le désert d’Alvord. Deux jours plus tard, on repart, vers l’ouest, après avoir roulé dans le parc des Antilopes (et croisé une seule antilope), on trouve un camping à proximité de Crater Lake, dans la forêt, et le matin, on part en direction du parc national de l’Oregon, connu pour ses eaux bleu : Crater Lake National Park. 

road-trip-carte-oregon

☞ Vous y êtes allés, à Crater Lake ? Vous avez aimé ? En quoi votre expérience était-elle différente ?

Facebook
Pinterest
Twitter
Email
Mathilde

Mathilde

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise Boston le nez en l'air. Je suis aussi auteure de nombreux guides de voyages, de livres de yoga et de jeux chez des éditeurs français. Suivez-moi sur Instagram, Facebook ou Pinterest.

10 réflexions au sujet de “(Oregon) Le Bleu magnifique de Crater Lake

  1. Salut Mathilde,
    Je suis entrain de préparer mon road trip (1 mois côte ouest), et je tenais a commenter ton blog parce qu’il m’aide vraiment à me décider pour les pour et les contres ! Notamment pour les parc nationaux, qu’on ne peut pas tous voir d’un coup, malheureusement.
    Merci pour ton blog, si bien détaillé, c’est super !
    Et bravo à Manu pour les photos, elles donnent tellement envie !
    Continuer ! Et moi, j’ai hâte de faire whaouuu devant Crater Lake !

  2. Merci pour ces superbes photos ! C’est toujours sympas de voir des endroits où nous sommes allés… et il faut bien le reconnaître : Crater Lake nous a aussi fait le coup de l’effet « wahoo » !!
    Bonnes fêtes de fin d’année !

  3. Les photos sont sublimes, ça donne vraiment envie de voir ce bleu en vrai, ça a l’air tellement parfait qu’on a du mal à y croire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.