On aime George Carlin, humoriste américain cynique et moraliste

Vous vous rappelez de notre amour pour Louis C.K un clown triste contemporain à l’humour graveleux ? En regardant une vidéo dans laquelle Louis rendait hommage à l’humoriste qui lui avait donné envie de faire ce métier, qui l’avait conseillé pendant sa carrière, bref son mentor et père spirituel, on a découvert George Carlin. Son hommage était posthume, mais ça valait vraiment le coup, on se marre encore des sketchs de cet humoriste engagé, qui a officié depuis la fin des années 70 jusqu’en 2008.

George Carlin

Les thèmes couverts par George Carlin sont très variés mais toujours centrés autour d’une critique acerbe et sans tabou de la société américaine : avortement, religion, peine de mort, racisme, famille, mort, language… Les sujets sont sérieux, et Carlin les développe presque à la manière d’un moraliste. Son humour est radical, sans concession, il utilise des démonstrations par l’absurde des idées qu’il cherche à discréditer. C’est un un vrai jusqu’au-boutiste de l’humour politiquement incorrect. Son ton est parfois agressif. Souvent l’auditoire applaudit pendant un sketch, non pas parce que c’est drôle en soi, mais parce qu’une idée forte est proposée. On a parfois l’impression de voir un orateur haranguer les foules. Il fait clairement parti du clan des misanthropes, cyniques, déçu du genre humain mais qui cherche peut-être encore à éduquer ses concitoyens en utilisant le rire. Bref, on rit mais on a le cafard en même temps, c’est ça qui le rapproche de Louis C.K., même si Louis reste souvent dans une approche plus personnelle et intimiste de l’humour en se moquant surtout de lui-même.

Voici une sélection d’extraits de ses spectacles. Vous pouvez en trouvez beaucoup d’autres sur Youtube. Par contre, la plupart sont en anglais sans les sous-titres.

Les premiers mots de ce sketch sont restés célèbres : Carlin les a utilisé pour frapper fort alors que l’auditoire venait juste de s’installer dans une salle de spectacle prestigieuse. 

Une des cibles favorites de Carlin : la religion.

George Carlin parle du phénomène de l’enfant-roi et pousse jusqu’à suggérer que c’est une forme de maltraitance.

Dans ce sketch sur la mort, Carlin tourne en dérision les phrases clichées entendue lors des enterrements. C’est aussi ironiquement touchant en sachant qu’il était déjà vieux et avait la santé fragile.

C’est dur de choisir parmi tous ces extraits… Un dernier qui illustre vraiment bien la misanthropie caractéristique de Carlin.

Et vous, quels sont vos humoristes américains préférés ? 

Manu, l'homme de l'ombre du blog de Mathilde. Il veille au grain, assure la survie technique du blog, et prend les photos. Accessoirement, chercheur en neurosciences. Retrouvez le sur Instagram.

Poster un commentaire sur Facebook

3 Commentaires

Laissez une réponse