Monday morning #4 // Ça commence mal, mais ça pourrait bien se finir

monday morning vivre à boston

Quatrième édition de ce Monday Morning (lundi matin) : du mini-blogging et des liens. Merci pour l’accueil et les petits mots sur la rubrique la semaine dernière, ça donne envie de continuer ! 

Lundi 29 février. Réveil à 4h50, ce matin, je pars à Los Angeles. Ma valise est prête, j’ai du temps pour arriver à l’heure à l’aéroport. J’appelle un Lyft (l’autre Uber) vers 5h30, il arrive 5 minutes plus tard devant chez moi. Le trajet pour l’aéroport est fluide, c’est Selena Gomez à la radio. J’arrive à 5h50 au terminal B de Logan Airport, et je m’apprête à faire le check-in à une borne. Je glisse ma main dans la poche de ma veste : rien. Le doute est impossible : j’ai oublié mon téléphone dans le taxi. Merde. Je vérifie que j’ai mon porte-feuille : ça c’est bon.
Je sors dehors mais pas de trace de la voiture. La première chose que je me dis : Manu a oublié un gant l’autre jour dans un Lyft, il a contacté le mec tout de suite qui lui a rapporté son gant. J’ai espoir. Je fais le check-in : je peux au moins prendre l’avion. Heureusement que j’ai noté l’adresse du Airbnb où je loge à L.A. hier soir sur un petit papier #oldschool.
J’essaie à nouveau de me connecter au wi-fi de l’aéroport avec mon ordinateur, mais il n’y a pas moyen que ça marche. Merde, merde. Il ne me reste qu’à passer la sécurité, dans l’espoir que « le wifi marchera mieux de l’autre côté. »
De l’autre côté, pas de wifi non plus qui fonctionne, je demande à un inconnu en pleine contemplation du lever de soleil si je peux passer un coup de fil avec son téléphone, il me demande où je compte appeler (avec mon accent, il a peur d’un appel international). Je tombe sur le répondeur de Manu, je laisse un message simple mais suffisamment paniqué pour qu’il prenne le relai « gestion de crise » à son réveil quand je serai dans les airs (je culpabilise légèrement et espère secrètement que tout soit réglé quand je sortirai de l’avion à Los Angeles).
Je fais la liste mentale des risques de perdre un téléphone : est-ce que j’ai des apps « sensibles » : la banque en ligne ? mon compte Snapchat ? Je doute que le mec ait une quelconque envie de faire mumuse avec ça. Je me dis surtout que c’est super con de laisser un truc qui coûte plusieurs centaines de dollars à l’arrière d’un taxi, même si j’ai encore espoir de le retrouver.
Ce dont je suis sûre, c’est que je n’aurais pas de téléphone pendant les prochains jours, c’est sans doute une bonne chose pour moi que de faire une bonne déconnection. Je me prends un café (medium, black, no room for milk), et je regarde le lever du soleil sur les usines du port de Boston. Ça aurait fait un bel Instagram.

Lundi matin-1

Heureusement, j’ai mon appareil photo

Finalement, le wifi finit par fonctionner. Je cherche sur internet : que faire quand on perd son téléphone (il est tôt, c’est lundi, j’ai pas les idées claires et internet regorge d’astuces) ; je lis qu’il faut « appeler son téléphone ». Ca peut sembler logiquement impossible car je n’ai plus l’outil MAIS c’est sans compter sur le téléphone intégré à Gmail et qui est gratuit pour les appels vers les Etats-Unis (cet article ressemble de plus en plus à un article sponsorisé pour Lyft, Airbnb et Google, it’s not, I swear! – mais vous pouvez toujours vous inscrire sur Lyft en suivant ce lien dans le bas de cette page, 50$ pour toi et pour moi en cadeau de « free rides »). Bref, j’appelle donc mon propre numéro, je tombe sur le chauffeur de Lyft, je prends son numéro de téléphone au cas où le mien meurt pour cause de plus de batterie (je me sens super smart d’avoir fait ça) ; il me dit qu’il pourra déposer le tél où je veux dans la journée. Alleluia. Je peux partir la tête un peu plus légère en vacances. J’envoie un email à Manu pour lui dire de laisser un gros tip au mec s’il passe bien aujourd’hui. J’espère que ça marchera. Rendez-vous dans environ 8 heures.

En vrac cette semaine :

  • Le sujet de conversation du moment, c’est bien sûr la politique avec les primaires démocrates et républicaines, et le Super Tuesday qui arrive mardi. Super Tuesday, c’est le jour où plusieurs Etats votent en même temps pour les primaires, dont le Massachusetts, l’Etat de Boston. L’enthousiasme est bien plus important qu’à la précédente élection en 2012, où Barack Obama était le grand favori face à Mitt Romney. On feel the Bern cette année.
  • Je vais régulièrement (du moins j’essaye) à des séances de méditation + discussions, des dharma talks ; le dernier sujet était Chagrin &  Perte (ou deuil et mort, pour être plus direct, en anglais : grief and loss). Pas gai, mais depuis, je crois qu’avec la politique, c’est l’autre sujet de conversation qu’on a eu le plus entre amis récemment. Utile plus que gloomy.
  • Sans transition. Grâce au monde parallèle d’internet, je me suis composée une trousse de maquillage en suivant des « tutos » en vidéos de blogueuses beauté. Un monde nouveau s’est ouvert à moi. Une copine m’a même dit que j’avais bonne mine. Je crois qu’avec l’âge avançant, me maquiller devient une certaine nécessité. En plus ma mémé m’a toujours dit « d’être coquette », je suis les conseils de Mémé. Je vais à un mariage en fin de semaine prochaine, et je voulais aussi éviter l’effet « mine hivernale ».
  • Salon du tourisme de Paris. Je n’y serai pas personnellement à la mi-mars, mais j’y serai virtuellement. Je vous en reparle bientôt. Y en-a-t-il parmi vous qui y vont ?
bibimbap

Un Bibimbap chez Bibim à Allston. J’y suis avec des amis, et je me rends compte qu’il faut systématiquement que je prenne une photo de mon plat – en particulier quand il est beau comme celui-là, alors que ma copine commence à manger sans se poser de questions. Instagram dicte mes comportements, et comme environ 99% de mes amis se contrefichent des réseaux sociaux, je me rends compte de l’étrangeté de mon geste.

beacon hill boston

A la recherche de beaux endroits dans Beacon Hill. J’aime bien cette partie fun et légère du boulot de guide : essayer de nouveaux circuits dans la ville, surtout quand la lumière est belle (et que j’ai mangé un délicieux granola + yaourt chez Tatte juste avant)

Phares_egg_guide_v3.0
delicious donuts

☝ J’ai vu ces chouettes illustrations dans Boston Eater, un site super bien fait qui référence les restos. J’aime bien l’explication des oeufs, même si je n’en mange pas, c’est joli ! Pour les donuts, mes préférés restent les Holy Donuts de Portland, mais j’avoue que ça donne envie d’aller tester par moi-même cette multitude de gâteaux overload de gras et de sucre.

Des liens

  • L’instant super geek : une vidéo du nouveau robot de Boston Dynamics, il marche, il glisse, il se relève, il porte des trucs.
  • C’est cher de vivre à Boston ? Oui, en général 40% de plus que la moyenne nationale… A lire sur Boston Magazine
  • Une fête silencieuse ? Oui, c’est à Jamaica Plain, le samedi 13 mars. Prenez un bouquin. A lire sur Boston Magazine

☞ + de partages de liens sur Twitter @mathildepit

Les canards du Jardin Public Boston

Vendredi matin, les canards du Jardin Public étaient en mode super-héros

☞ Bon début de semaine à tous ! Suivez-moi sur Instagram @mathildepit et sur Facebook, pour tout ce qui touche Boston c’est sur Boston le nez en l’air et pour tout le reste, c’est sur Le blog de Mathilde

☞ Des questions ou autres interrogations fondamentales ? Des envies d’articles ? Des suggestions ? Laisse un commentaire ! 

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

17 Commentaires

  • Répondre 29 Feb 2016

    Anne-Marie

    Mathilde, je viens de lire toutes vos péripéties. Plein d’ondes positives pour vous.
    A bientôt.

    • Répondre 29 Feb 2016

      Mathilde

      ahah ! pas de souci 😉 j’ai bon espoir que tout rentre dans l’ordre 😉

  • Répondre 29 Feb 2016

    Perrine

    Ah les élections américaines ! Au Canada il faut que je fasse attention car il y a pleins d’américains ici. Nous étions en train de critiquer Trump dans le train avec une canadienne et nous nous sommes aperçues qu’il y avait 2 couples d’américains juste à côté de nous…! Heureusement qu’ils ne comptaient pas voter pour lui hihi !
    J’aurais juste une question mais si ça te dérange ce n’est pas grave : pourquoi est-ce que tu feel the Bern par curiosité ?
    Bon voyage en tous cas !

    • Répondre 29 Feb 2016

      Mathilde

      Je n’ai jamais rencontré de supporters de Donald Trump, même si certains amis ont des affinités avec les Républicains. Je feel the bern parce que tout ce qui me dit me semble sensé, entre autres, son programme social et racial est clair. Il me redonne espoir en la politique, même si c’est un « vieux de 70 ans ».

  • Hello ! Pour rebondir sur les propos de Perrine, moi aussi, ça m’est arrivé le coup du Trump. Genre en plein diner avec l’Amérique en présence, je balance en plaisantant ‘Nous, on a eu Sarkozy et vous, vous aurez Trump ! ». Même avec mon accent très moyen, les américains ont bien compris mon ironie et ils m’ont lâché, un peu gênés : « c’est vrai que le personnage est un peu excessif mais nous ne sommes pas en total désaccord avec ses idées… ». Consternation sur le visage des français tellement le Donald passe pour un guignol à nos yeux. Je vous passe les détails mais on a fini sur le thème des armes à feu. Long débat et finalement, nos points de vue ont eu du mal à converger, mais on reste quand même amis.
    Belle maîtrise sur la gestion du téléphone perdu, moi, je ne m’y suis toujours pas mise même si je trouve celui de ma moitié bien utile…
    Bon séjour en Californie.

    • Répondre 29 Feb 2016

      Mathilde

      Hello Sophie, je n’ai jamais rencontré de supporter de Trump, on en discutait justement avec un groupe de copains samedi soir, en se disant que c’était un mélange du milieu universitaire et du Massachusetts (quoique…). Je compte bien demander à un ami militant pour Bernie de répondre à qq questions pour en parler sur le blog… histoire de changer un peu la ritournelle.
      Bises,
      (l’histoire du téléphone avance toujours… il est en cours de « retrouvailles »)

  • Répondre 1 Mar 2016

    Hélène

    Ah le stress avant de partir ! J’espère que tu auras récupéré ton téléphone !!

    Deux choses :
    Merci d’avoir parlé des appels via Gmail. Je ne savais pas que cela existait !
    Merci pour la belle illustration sur les œufs, j’étais en galère à Londres pour savoir si les œufs étaient « durs » et je ne savais pas du tout comment le dire ! Avec des mimes et la description de la façon de les faire cuire, l’anglaise m’a comprise mais en fait c’est tout simple et sensé comme expression : hard boiled.

    Bon séjour en Californie !! :)

  • Répondre 1 Mar 2016

    Mystinguett

    Hello Miss,

    Jolie destination la Californie :)!!!
    Je crois que perdre mon téléphone (Natel en suisse), c’est ma plus grosse angoisse. J’espère que tout va rentrer dans l’ordre.

    Bon séjour,
    Mystinguett

  • Répondre 1 Mar 2016

    Amy

    Quel suspens cette histoire de téléphone, j’espère que l’outil a bien été récupéré et que la digital detox n’a pas été trop dure.
    Bonne semaine sur la West Coast !

    • Répondre 1 Mar 2016

      Mathilde

      oui, téléphone bien récupéré, mais il est à Boston pour le moment ! j’ai pris mon laptop pour bosser… mais le reste du temps je vis sans être connectée (pas de google maps, pas de lyft, pas de yelp)… une nouvelle ère de communication s’ouvre à moi 😉
      bises,

  • Répondre 3 Mar 2016

    Céline

    eh bien, quel départ ! Cela me semble toujours incroyable que l’on puisse récupérer un téléphone… comme ça. Ici c’est plutôt improbable (même les maillots de bain de mes enfants se font voler…!)
    Bref, enjoy LA… j’ai vraiment adoré aller là-bas.
    Et sinon, oui j’irai peut-être faire un saut au salon du Tourisme, parce que, moi, je ne suis pas loin !!! Alors j’attends tes infos / scoop ou anything else dessus 😉

    • Répondre 3 Mar 2016

      Mathilde

      ça n’arrive pas à tous les coups de récupérer ses affaires mais bon, là c’était via un service où les chauffeurs sont connus, donc plus compliqué de garder les objets oubliés (cela dit, j’ai déjà perdu mon porte-feuille, tombé de ma poche dans la rue, et il a été rapporté à la police)
      Pour le salon du tourisme, j’en reparlerai, mais ma collègue de New York, Elise de New York Off Road, sera présente au salon, et elle aura des flyers de Boston le nez en l’air ! MIni-scoop 😉

      • Répondre 3 Mar 2016

        Céline

        top ! Je ne connaissais pas Elise de NY off the road… j’ai pas assez fouiné avant de partir 😉 Je trouve ce principe de visite juste génial et je le garde bien en tête. Si je la croise j’irai me présenter alors 😉

  • Répondre 4 Mar 2016

    Charlotte Bracke

    Bonjour Mathilde,

    Je pense bien que vous avez retrouver votre portable, je vois vos snaps! :p
    Quelle horreur avant de prendre l’avion :/ et tôt le matin!
    Profitez en bien maintenant!
    J’ai déjà fait le salon du tourisme à Paris (quand j’y habitais, c’était pas mal mais pas fou non plus car pas mal de stands pas très voyage mais genre all-in, pas du tout mon trip.

    Bon séjour en Californie

  • Répondre 7 Mar 2016

    Stacy

    A chaque fois que je lis un de tes articles, ça me donne envie de créer un blog moi-même 0.0′
    En tout cas pour ce qui est du téléphone, tu as eu de la chance dans toute cette poisse 😉 Typique des petites (grosses) frayeurs qui nous pourrissent une partie de la journée. Etant d’un naturel étourdi, je ne connais que trop bien ces choses-là -.-‘ (Trois, c’est le nombre de fois où j’ai dû me faire renvoyer mon téléphone par la poste parce que je l’avais oublié loin de chez moi).

  • Répondre 9 Mar 2016

    Christel

    Oh là, là, ça c’est toujours ma méga angoisse alors je passe mon temps de le garder avec moi (entre mes doigts) parce que sinon, je ne sais pas comment je ferai si je venais à le perdre. C’est un grand classique dans les avions quand on voyage, on est tellement dans le brouillard tôt le matin et tellement excitée par le voyage qu’en général on oublie les clefs, le téléphone… je compatis. si je ne me fais pas 120 frayeurs par jour, c’est que je ne suis pas en grande forme :-)

  • Répondre 9 Mar 2016

    J'ai écrit

    Le bol pour le téléphone. Cela m’était arrivé aussi dans un train et le contrôleur avait répondu :)

Laissez une réponse