(Backstage #9) Je boude quand la nature devient trop touristique…

Columbia Gorge Oregon-1

Backstage : ces photos de road trip qui ne racontent pas toute l’histoire
On revient toujours de vacances avec de belles photos comme des trophées des aventures passées. Mais derrière certaines photos, il y a parfois des histoires pas toujours très glamour, parfois marrantes, parfois gênantes, ou complètement flippantes. Et ce sont finalement souvent les meilleurs souvenirs de voyage, ceux qui restent et qu’on adore raconter. Pendant tout le mois d’août, du lundi au vendredi, retrouvez une de ces histoires « backstage ».

Backstage, épisode 9
Je boude quand la nature devient trop touristique…

☞ La photo nous montre une chute d’eau impressionnante au milieu des montagnes, ça respire le vert, la fraîcheur et le calme, mais au-delà du cliché, et si on dézoome un peu, c’était la foire.

Quand : août 2016
Lieu : la gorge de la rivière Columbia, en Oregon
L’article du blog : Le long d’une route scénique de l’Oregon : la Columbia River Gorge Valley

Il y a bien longtemps, quand ma vie ressemblait plus à soirée apéro + expo que BBQ + vélo en pantalon de yoga, bref, quand je vivais à Paris, j’avais vu une expo de Martin Parr à l’Orangerie, où le photographe prenait en photo des touristes qui prenaient eux-mêmes en photo des lieux touristiques comme le Parthénon ou les pyramides Maya. Comme on est tous un peu touristes, on l’a tous fait : la photo, ou maintenant le selfie devant la Tour Eiffel au milieu de 250 autres personnes, et en faisant croire qu’on était seul au monde (variante : faire semblant de soutenir la tour de Pise).

La cohue, ça me rend fou. A New York ou dans les grandes villes, je m’y attends, et c’est fine. Mais dans la nature, rien de tel que l’isolement pour en profiter vraiment. Sinon, je lost my shit comme on dit en anglais. Mais parfois, c’est impossible de trouver le calme. Ce fut le cas le long d’une route scénique en Oregon, notre première étape après Portland.

Ça a pourtant bien commencé : la route est étroite et belle, elle longe une rivière d’un côté, et des montagnes de l’autre. Des parkings tous les 5-10 kilomètres permettent de se garer pour aller soit 1) faire une photo de la cascade la plus proche 2) faire une randonnée dans les montagnes. Ce jour-là, on n’a pas prévu de s’attarder, on est là que pour rouler, du pur road trip : on s’arrête, on regarde le point de vue, on fait une photo, et on se casse. Comme les milliers d’autres touristes venus-là, un mardi après-midi de la fin août. Face à cette cascade prise en photo en haut de l’article, il y a foule, sur le chemin, c’est blindé de monde aussi. Pour le côté nature sauvage, on repassera. On est à peine moins d’une heure de Portland, c’est la sortie nature obvious pour qui veut prendre l’air.

Je maugrée dans mon coin à chaque arrêt.

Manu a repéré sur un site de outdoors spécial randonnées une marche les pieds dans l’eau au creux d’une gorge. Mais moi, je n’ai plus envie d’essayer. Après 5-6 arrêts, je n’ai pas envie d’aller voir une autre cascade et prendre une photo en faisant semblant qu’il n’y a personne. Je sais bien par expérience qu’il suffit de marcher souvent 15-20 minutes pour ne voir plus personne sur le chemin… Tant pis pour cette fois, Manu part tout seul. Non pas qu’il adore être entouré de plein de monde pour marcher, mais il a peur de passer à côté de la plus belle cascade de toute cette route scénique. Moi je reste bouder dans la voiture, en prenant comme prétexte de « faire du tri ». Je regrette au bout de 5 minutes, mais n’avoue pas à Manu quand il revient, une heure plus tard, enchanté « T’as raté la promenade de l’année ! »

J’aurais dû lui dire qu’une famille ours avait traversé devant la voiture.

Pour récapituler, voici une échelle du risque de forte présence touristique :

  • Proche d’une grande ville +2
  • Chemin en goudron +5
  • Présence de bancs le long du chemin +2
  • Rando facile et courte (moins de 0,4 mile) +3
  • Boutique ou restaurant au départ de la randonnée +5
  • Gratuit +2
  • Pendant l’été +4
Columbia River Gorge Oregon-1
J’ai raté cette promenade
Yellowstone Geysers
La foule face aux attractions naturelles : aussi vécu devant l’un des geysers les plus spectaculaires à Yellowstone
▶ Rendez-vous demain pour l’épisode 10 de la série « Backstage » où il sera question d’une nuit mémorable dans un coin peu fréquentable de Californie
Facebook
Pinterest
Twitter
Email
Mathilde

Mathilde

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise Boston le nez en l'air. Je suis aussi auteure de nombreux guides de voyages, de livres de yoga et de jeux chez des éditeurs français. Suivez-moi sur Instagram, Facebook ou Pinterest.

21 réflexions au sujet de “(Backstage #9) Je boude quand la nature devient trop touristique…

  1. Je te fais un high five. J’ai du mal aussi. Non que je déteste les touristes, bien sûr que non. Mais ce que je n’aime pas c’est « il faut aller là parce que tout le monde y va » et hop à la queue leuleu comme la famille canard tout le monde y va. Et comme tu dis si en plus y’a un resto au départ, c’est fichu mdr !

    Ca m’est arrivé à Matka (Macédoine) et au lac Skadar (Monténégro). Pour ce dernier, il y a plein d’endroits où j’étais vraiment seule (mais pour descendre / remonter en voiture fallait s’accrocher). Par contre il y a un village tu sais pas pourquoi c’est l’arrêt obligatoire de tous ceux qui passent (je ne me suis pas arrêtée, j’ai eu peur mdr)

    Bref… « I feel you » !

  2. Yellowstone en aout… sympa mais alors, moi aussi j halluciner sur la quantite de personne, la file d attente le samedi matin pour rentrer dans le parc, heureusement c etait notre dernier jour, on en avait deja bien profitez. Apres le pays etant grand, les grands espaces accessibles ca ramene du monde, faut aussi voir le bon cote, ca eduque a la protection et la preservation de ces lieux. Au texas on as encore de grand espace sans personne…bon pas a Houston.

    • Yes of course, c’est plutôt positif, les rangers initient à la science, à l’astronomie, la protection de l’environnement… et la plupart des programmes sont gratuits ou pas chers du tout !

  3. J’ai ressenti exactement ca autour de Geysir en Islande ou tout le monde attend que le geyser explose et tu re retrouve entoure de centaines de personnes mais le pire pour moi etait les chutes du niagara meme si je m’y attendais un peu ca m’a vraiment attristee… mais bon j’imagine que c’est le prix a payer quand une merveille de la nature est si facile d’acces….

    • Je ne suis jamais encore allée aux chutes du Niagara, on m’a trop souvent parlé de ces foules… maybe si des amis/famille veulent y aller ce sera l’occasion !

  4. Et même quand on s’éloigne des sentiers très touristiques, il y en a toujours un pour se balader avec un haut-parleur diffusant de la musique (généralement de mauvais goût). J’ai parfois l’impression que peu de gens ici savent apprécier le silence de la nature, que le fait de vivre dans des grandes villes où le bruit résonne constamment les empêche de prendre pleinement conscience de la beauté des paysages et de leur solitude.
    Cela dit, ça vaut quand même toujours la peine de marcher un peu et de se retrouver loin des foules bruyantes 🙂

    • ah ça par contre, j’ai rarement eu à faire à ce phénomène !
      et je trouve qu’en général les gens apprécient la nature, cf. le camping sauvage qui est super développé !

  5. « Il y a bien longtemps, quand ma vie ressemblait plus à soirée apéro + expo que BBQ + vélo en pantalon de yoga… » LOL!!

    Todd V

  6. C’est aussi un gros gros souci que j’ai, étant limite agoraphobe ! Je n’ai jamais vu autant de monde dans des lieux naturels que depuis que je suis aux Etats-Unis. Et les paysages que j’ai vu ont beau être exceptionnels, j’avoue que c’est un point qui m’a beaucoup déçu et frustré.

    Je ne m’attendais pas vraiment à ça, il faut dire que tout le monde nous vend toujours la nature ici comme l’aventure supreme, mais quand tu dois réserver un spot de campground dans un parc national en aout et que tu te rends compte qu’il aurait fallu que tu t’y prennes 8 mois à l’avance pour y arriver, ça fait un choc (dans l’état de Washington en plus, c’est pourtant pas aussi touristique que l’Utah !). Je pensais naivement profiter de la nature dans l’isolement, L.O.L.

    J’essaie de prendre sur moi et de me faire une raison, car malheureusement on ne peut pas toujours faire du hors saison ou voyager en pleine semaine, surtout quand on a plus de congé mais qu’on veut quand même profiter de l’été un minimum. Du coup, oui, j’ai prévu aussi une virée dans la Columbia River Gorge le dernier dimanche d’aout. Wish me luck !

    • oui je te comprends, avec le peu de vacances, ce n’est pas facile de partir quand on le souhaiterait vraiment.
      je trouve quand même que dès qu’on s’éloigne de l’attraction principale, il y a moins de monde !
      Bon voyage en Oregon !

  7. Mais comme je te comprends! Nous on est limite des sauvages qui fuient la foule au point de visiter les parcs à contre saison: camper en Utah en novembre et randonner en Arizona en juillet, même pas peur tant qu’on est (presque) tout seuls sur les trails! Par contre on planifie Zion et Bryce pour le prochain Labor Day week-end et je fais déjà de la preparation psychologique… Parfois on ne peut plus jongler avec le calendrier et les jours off, c’est le moment d’y aller et puis c’est tout! Alors on se lèvera tôt, très tôt, pour avoir un peu l’impression qu’on est dans un parc naturel et pas à Disney World 🙂

  8. Et bien tu vois je suis comme toi. Ca me soûle quand j’ai des personnes dans mon objectif. Du coup, j’attend le moment opportun et je râle quand UNE personne vient gâcher 10 minutes d’attente et se met PILE devant moi. Mr Mine il aime bien il dit que ca fait partie du charme, d’avoir des « subjects » sur la photo. Agree to disagree

  9. Ah ouais je suis comme ça aussi : dès qu’il y a trop de monde, j’ai envie de partir sur le champ. Je n’arrive pas à profiter d’un lieu naturel s’il y a foule. On voudrait avoir le point de vue rien que pour soi en fait ! N’empêche que c’est parfois possible et on l’expérimente aussi en France. Pour ça, il faut soit trouver une balade un peu plus difficile que les autres, un peu plus reculée, soit partir hors saison avec les risques météorologiques que ça comporte…

    • c’est exactement ça !
      après je pense que le voyage en couple est différent du voyage en famille ou en gros groupe d’amis qui est par nature plus festif et bruyant

  10. Aie aie aie tellement de touristes !! Je crois que je n’aurais pas pu profiter de cette randonnée… La nature rime avec calme et solitude (ou solitude bien accompagnée !) et cela m’aurait complètement gâché le truc… Depuis que nous avons compris cela avec mon copain, nous avons tendance à fuir les attractions trop touristiques, qui ne nous parlent pas du tout de toute façon lorsqu’il y a trop de monde ! (Je me souviens être monté voir le Christ Redempteur à Rio… l’endroit complètement blindés de touriste qui prennent la photo dans la même position que le Christ, chacun leur tour à la file… on s’en serait passé je crois ^^)

    • On essaie de fuir le monde tant que possible, en se levant tôt, en faisant des longues randonnées, mais c’est difficile à certains endroits, comme tu as pu le constater toi aussi XO
      (je tente l’emoji blasé)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.