A lire ! Le déroutant « Brain on Fire » de Susannah Cahalan

Brain on Fire Susannah Cahalan

J’ai vu ma copine Jaime lire ce livre quand on était ensemble au Costa Rica. J’ai d’abord pensé « encore une de ces histoires so inspiring« , et puis j’ai laissé le sarcasme de côté quand j’ai cherché un livre à lire pendant les vacances – je voulais un truc facile à lire et passionnant. Jaime me confirme que c’était « so good » et me conseille cette lecture. J’achète le livre. Pourtant, le récit de Susannah Cahalan, Brain on Fire, n’a rien d’une gentille histoire de vacances. C’est le récit d’un diagnostic qui tarde à venir, et d’une maladie qui plonge la jeune femme dans un mois de « folie ».

Dans de très courts chapitres qui font presque l’effet de « flash », Susannah raconte comment une maladie étrange et apparemment sortie de nulle part l’a affectée. Ça commence par une piqure de punaise de lit – mais les petites bêtes restent introuvables dans son appartement. Puis il y a la perte de sommeil, le manque d’appétit, et la paranoïa qui s’installe. La tension monte. Un médecin met ça sur le compte de la vie stressante de journaliste à New York. Et puis il y a une première crise d’épilepsie, suivie d’une deuxième… et c’est l’hospitalisation.

L’écriture est nette, claire, descriptive, sans chichis. Les explications médicales vulgarisées vont dans ce sens de l’enquête : quel mal affecte Susannah ? Aucun diagnostic ne convient, même après une batterie de tests par des spécialistes. Le lecteur, comme la narratrice, sont lancés dans une quête pour comprendre ce qui arrive au corps et à l’esprit de la jeune femme qui devient littéralement zinzin. C’est le titre du livre : Cerveau en feu, si je traduis mot à mot.

C’est un récit émouvant. Malgré l’écriture précise, sans un poil de lyrisme, j’ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Le fait que la maladie transforme la jeune femme en une autre personne, étrangère à elle-même et à ses proches, est bouleversant ; la solidarité dont font preuve ses parents, son petit ami, ses collègues et amis, est poignante.

❤ J’ai adoré ce livre que j’ai lu super vite (trop vite !) au début des vacances, pendant un trajet un avion, puis en me réveillant tôt le matin avec l’envie de continuer à lire. C’est une lecture que je recommande même si elle a le pouvoir d’entraîner une légère paranoia : et si ça m’arrivait, comme ça arrive du jour au lendemain à la jeune femme ? 

Le récit ouvre aussi sur une réflexion sur les maladies auto-immunes, les diagnostics des maladies rares – même dans de grands hôpitaux new yorkais, ainsi que le coût des soins (ça a coûté 1 million de $ pour soigner Susannah – pris en charge par son assurance et ses parents dans son cas, mais comment faire dans d’autres cas ?)

De façon plus philosophique, c’est aussi un beau questionnement sur l’identité : qui est-on quand on devient « fou » ?

Brain on Fire, Susannah Cahalan, 16$ (je vends mon exemplaire pour 10$ aux USA, frais de port inclus, si quelqu’un est intéressé !)

☞ Vous voulez lire en anglais ? Lisez mes autres articles du Book Club : des livres de voyage, les romans de Courtney Sullivan, des classiques de la littérature américaine, et bien d’autres.

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

11 Commentaires

  • Répondre 9 Sep 2015

    Amy

    Merci pour la suggestion de lecture, je le note dans ma « to read list ».
    J’ai eu du mal à comprendre le nom de ta copine dans ta 1ere phrase : j’ai cru que tu l’avais surnommée « J’aime lire » en référence au petit magazine rouge avec des histoires de notre enfance 😉
    Il est encore tôt en France je suis sans doute mal réveillée…

    • Répondre 10 Sep 2015

      Mathilde

      Hé hé, pauvre Jaime 😉
      ‘Djèmi’ si on préfère !
      Bonne lecture, et reviens me dire ce que tu en as pensé !

  • Répondre 9 Sep 2015

    Juliette

    Ca a l’air super ! Je note le titre :)
    Et comme Amy, à la première lecture, j’ai tout de suite pensé à J’aime Lire et Tom-Tom et Nana 😉

    • Répondre 9 Sep 2015

      Mathilde

      Et oui c’est Jaime, qui se prononce Jaimi ! Je ne savais pas comment écrire son prénom quand je l’ai rencontré, et c’est elle qui m’avait dit « it’s like « j’aime » in french » – facile à retenir du coup. En tout cas, je lisais aussi J’aime lire quand j’étais petite 😉

  • Répondre 13 Sep 2015

    Xel0u

    Ca a l’air intéressant, mais vu mon hypocondrie, je ne suis pas sure de pouvoir lire ce livre ^^

  • Répondre 15 Sep 2015

    J'ai écrit

    J’aime comment tu racontes ce livre, il donne envie !

  • Répondre 22 Apr 2016

    MJ

    Ton article m’a donné envie de lire le livre (même si ce n’est vraiment pas le genre de livre qui m’attire habituellement !) Je l’ai lu dans le bus pour New York, et je l’ai trouvé passionnant ! Mais bon ça fait peur ce genre de maladie qui peut te tomber dessus…
    Merci pour le conseil en tout cas :)

  • Répondre 26 Jun 2016

    Clémence

    Le livre existe aussi en français ou non ?

    • Répondre 26 Jun 2016

      Mathilde

      je sais pas, je l’ai lu en anglais aux us
      tu l’as trouvé en librairie en france ?

  • J’adorerais le lire car j’ai vu le film avec Chloë Grace Moretz qui est une de mes actrices préférées et elle est immense dans ce film et le film lui-même est bouleversant : INCROYABLE cette histoire

Laissez une réponse