Vis ma vie d’expatriée // Devenir radin chic

Nous avons vécu la dernière semaine du mois de mars en mode radin chic. Après avoir allégrement flambé tout notre argent mensuel en restos et diverses sorties, nous avons dû nous résoudre à vivre de peu, tout en tentant bien sûr de rester chic. On est encore en période d’adaptation à cette vie à l’étranger, ce n’est pas toujours donné-donné, et on est plus du genre à vouloir en profiter que mettre de côté.

Cheap Boston : the book

Que faire quand il ne reste que 70 $ sur le compte ?

Je me suis achetée une gourde, autrement dit une water bottle. Quand je vais au yoga, pas moyen d’acheter de l’eau minérale normale, ils ne vendent que de l’eau de coco. Et franchement, c’est dégueu. Les USA étant la Mecque du Pratique, la gourde reste la meilleure façon de boire de l’eau quand on veut, étant donné que l’eau en bouteille est une denrée rare ici. Ma gourde a même un petit mousqueton pour s’attacher au sac à dos, très commun lui aussi en dépit de sa mocheté. Comme souvent les gens ont aussi un thermos de café à la main, c’est avec un véritable kit de survie que les Américains se promènent dans la rue.

Côté bouffe, on a laissé tomber les courses bio. Tant pis, on a acheté des produits bourrés de pesticides et d’antibiotiques, mais le bio était clairement hors de notre portée cette semaine. On est en gros passé de courses habituellement bien au-delà de 100 $  à un petit panier à 30 $. Manu s’est préparé des Tupperwares pour le midi avec les restes de la veille (on ne peut décemment pas appeler ça un bento, il manquait le côté mignon). Il a donc notamment réutilisé les restes d’un délicieux risotto aux asperges (elles ne sont pas chères ici). Une collègue m’a aussi invitée chez elle pour un couscous. Finalement, on s’en est sorti sain et sauf.

Couscous

Côté sorties, Manu avait repéré les bons plans gratuits proposés par la fac. On s’est retrouvé à un concert de musique contemporaine espagnole. Là on a un peu déconné, j’avais mal lu, j’ai cru que c’était un concert de guitares et Manu pensait écouter du flamenco. Bref, on a un peu fait nos bouseux, mais c’était tout de même bien trop expérimental pour nous. Impression que les musiciens accordent leur violon (c’est le cas de le dire) pendant 1h30. Même quand ils accordaient vraiment leur violon dans les coulisses, je me demandais si ça faisait partie du spectacle. #inculte
Violon  - Tsai Performance Center

*Je vais potasser les bons plans du bouquin The cheap Bastard’s Guide to Boston, histoire d’être prête la prochaine fois qu’on aura plus un dollar en poche.

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

4 Commentaires

  • Répondre 6 Apr 2012

    Amandine

    Ah ah je me reconnais tient à dégoter les plans du radin chic. A miami la vie d’expatrié est plutôt indigeste pr notre humble compte en banque !!! Bon bah pr le moment je rentabilise la piscine gratuite de quartier en attendant mon premier salaire plus que bienvenu. Mais je vais investir quand même dans une gourde. Et un thermos car le Starbuck ça commence à faire mal !

  • Répondre 8 Apr 2012

    Mathilde

    ouf ! je me sens moins seule ! En tout cas, gourde + thermos + piscine gratuite = c’est parfait !!

  • Répondre 19 Apr 2012

    M'dame Jo

    J’aime beaucoup de concept « radin chic ».

    • Répondre 19 Apr 2012

      Mathilde

      Oui ! ça dédramatise… Le concept est de François Simon, le critique gastronomique.

Laissez une réponse