Road trip le long de la route 1 en Californie – 5 arrêts de Big Sur à Santa Barbara

Big sur Californie Route 1 road trip superbe pont

Il me restait un bout de voyage en Californie à vous raconter, le long de la route 1. C’était en juin dernier, j’étais toute seule la plupart du temps, je n’ai donc pas pris des tonnes de photos… mais mon carnet de notes est bien rempli ! Plutôt que de détailler chaque étape, j’ai tout réuni dans un même et long article, comme si c’était un road trip visuel… alors prenez un café, et c’est parti pour quelques centaines de kilomètres de côtes californiennes, de curiosités architecturales et de jolies villes.

Trajet de Big Sur à Santa Barbara :

de big sur à santa barbara - road trip

Distance : 250 miles, soit 400 km ; Durée recommandée : de 2 à 5 jours.

Big Sur, la côte sauvage le long du Pacifique

La première fois que je suis passée à Big Sur, il y a 2 ans de ça, je ne conduisais pas, c’était l’époque où je n’avais pas encore fait ma révolution automobile. Cette fois-ci, j’étais au volant, la musique à fond, les tongs bien accrochées, les vitres grandes ouvertes, et c’était grisant. Les limitations de vitesse sont prises au sérieux – pas plus de 50 miles/heure, et même si ça tournait pas mal, je me sentais en confiance, à l’aise au volant de ma voiture automatique. J’ai même doublé une voiture vraiment très lente, qui a ensuite créé derrière elle une très longue file de voitures… alors que  moi, j’étais le roi du pétrole de la route, et  je me suis retrouvée peinard à rouler alone : la montagne d’un côté, les falaises et l’océan de l’autre, les sequoias dans les passages boisés… La route n’est pas très longue, et le mieux pour avoir une autre vue de cet endroit sauvage très bien préservé est de garer sa voiture et marcher : il y a de nombreux parcs le long de la route. Il suffit d’acheter une fois le pass (10$) pour le parking, à coller sur le pare-brise, et tous les parcs de Big Sur sont accessibles pour la journée.

Big sur Californie Route 1 road trip le brouillard

Où dormir : l’option camping est à considérer, après tout, c’est la nature ici, il y a deux ans, on avait dormi au Riverside Cabins et Campground, dans la cabine 5, c‘est toujours plus pratique que simplement camper dans une tente, et c’était très chouette de se réveiller au milieu des bois.  

Hearst Castle, un chateau foufou en haut d’une colline

Le Hearst Castle, c’est du mythe de la conquête de l’Ouest à fond la caisse. Imaginez un chercheur d’or, au 19è siècle, qui passe dix ans de sa vie à chercher un filon dans les montagnes de Californie. Il finit par en trouver un, et devient milliardaire du jour au lendemain. Des décennies plus tard, le fils de ce même chercheur d’or construit un palais gigantesque en haut de cette colline qui porta chance à la famille. Voilà l’histoire du Hearst Castle, un château complètement fou, perché en haut d’une colline, face au Pacifique, dont la construction a commencé en 1919. Au départ il n’y avait même pas de route qui montait en haut de la petite montagne. Aujourd’hui, c’est devenu une attraction touristique majeure qui prouve que le rêve américain existe, pour certains…

A gauche, le pavillon pour les invités, et à droite, la tour du château

J’ai trouvé la visite de ce château très bien organisée, sans doute trop : ici, aucune place n’est laissée à l’imprévu. J’avais suivi les conseils du site web, et acheté mon billet bien 10 jours avant mon voyage, 25 $ pour visiter les Grandes Salles du château. Je suis arrivée 20 minutes avant l’heure de la visite, comme on me l’avait demandé, j’ai retiré mon billet, puis je fais la queue pour prendre un bus qui emmène tout le monde en haut de la colline. Pendant les 15 minutes de trajet, un guide audio raconte l’histoire de la construction du château, et quand on arrive là-haut, un guide – humain cette fois – prend le relais et fait visiter 4 pieces grandioses.

L’entrée du château, et deux pièces à l’intérieur, en toute modestie

Ça m’a rappelé les manoirs de Newport dans le Rhode Island, la Flagler House de Palm Beach ou la villa Vizcaya à Miami : des hommes ultra riches construisent des maisons immenses, en utilisant des techniques contemporaines (Hearst Castle est en béton armé, une innovation pour l’époque), et les remplissent d’œuvres d’art récoltées en Europe. Ces maisons ne sont souvent que des résidences secondaires, des sortes de musées tape-à-l’oeil, où les possibilités de distractions sont nombreuses. Les pièces s’enchaînent sans avoir rien en commun : on passe du salon type Renaissance française à la salle à manger type monastère espagnol médiéval, puis la salle de billard. Bref, c’est monumental, décadent et ludique. Mais après la visite de seulement 4 pièces, aussi grandioses soient-elles, ça m’a laissé sur ma faim, j’en aurais vu plus, mais il aurait fallu payer.

La vue avec le brouillard… puis sans le brouillard, sur les collines avoisinantes.

La piscine romaine - Roman Pool - Hearst Castle - Californie

La magnifique piscine intérieure chauffée, en mosaïques

J’ai juste le droit de me promener sur le terrain, pour voir deux grandes piscines et les jardins, et surtout admirer la vue sur la côte depuis le haut de la colline, dite La Cuesta Encantada, le brouillard s’était levé, enfin, et on pouvait embrasser la vue sur l’océan : magnifique ! Dans le bus du retour, un autre guide audio raconte l’histoire du zoo (on voit même d’anciennes cages), on dévale la côte en passant même devant une piste d’avion. Je suis de retour en bas de la colline, le château n’est plus qu’un petit point tout là-haut, et moi je n’ai plus qu’à lui faire coucou de loin. Heureusement, mon billet d’entrée permet d’accéder à la projection d’un film sur la vie de Hearst – 45 minutes de bons sentiments qui présentent la vie et l’œuvre de William Randolph Hearst, mais vues uniquement du bon côté : l’homme visionnaire, la grand magnat de la presse, l’ami des stars d’Hollywood et des hommes politiques influents. Le package est complet, je ressors de la visite sonnée par toutes ces infos.

Où dormir : pas beaucoup d’options dans les parages, des motels se sont installés au pied du chateau dans le lieu-dit de San Simeon, ce n’est pas du plus grand charme, juste des motels basiques. Un peu plus loin, le village de Cambria est plus intéressant, et c’est aussi l’un des derniers points de ravitaillement en argent liquide et en essence de la région. Si vous tombez bien, et que le resto Black Cat Bistro est ouvert, allez-y, c’est l’un des meilleurs endroits où j’ai mangé en Californie, au milieu de nulle part…

La Purisima Mission,
comme au temps de la colonisation espagnole

J’ai beaucoup aimé cet endroit, sans doute grâce au calme qui y régnait à la fin d’une longue journée de route, les couleurs dorées des collines, la douce chaleur du début d’été. Je vous ai déjà parlé de la mission de Carmel, mais celle-ci présente bien le côté communautaire des missions espagnoles, on voit comment ça marchait à l’époque.

Cuartel et drapeau espagnol Purisima Mission Californie

Elle a été fondée en 1787, et contrairement aux autres missions californiennes, elle est en grande partie complète : la plupart des bâtiments sont encore debouts, et ils sont meublés comme à l’époque, avec des ateliers d’artisans, les chambres des religieux, et il y a même une ferme avec des animaux (vivants).

Attention aux serpents sur le terrain : en rentrant dans une des pieces, un mec qui faisait des photos m’a dit « Back off », il y avait un serpent roulé en boule sous une table (rire nerveux).

Peaux de bison - Purisima Mission Californie

Peaux de vaches, ou de bisons, qui sèchent au soleil.

Hutte de Chumash Purisima Mission Californie

Dans la cour, des huttes d’Indiens Chumash ont été reconstituées : la mission avait pour mission de christianiser les locaux, en les tolérant en partie (même s’ils ont tous été décimés en fin de compte).

Solvang, le village danois

Mais qu’est-ce que ce moulin à vent fait là, au beau milieu de la campagne californienne ? Ah oui, c’est une ancienne colonie d’immigrés danois, fondée en 1911, dans les montagnes de Santa Ynez. Aujourd’hui, c’est une curiosité touristique distrayante, et très photogénique. A Solvang, ils n’ont pas eu peur d’en faire trop : les colombages, les fausse cigognes, les boulangeries, la Petite Sirène, et Hans Christian Andersen sont là aussi. J’ai trouvé que c’était une étape très Only in the USA.

Solvang Californie village danois 6

Santa Barbara

Je sais, ce nom suffit à donner envie de chantonner le générique de la série (sauf si vous êtes nés après 1995). J’ai trouvé Santa Barbara très agréable, c’est une petite ville chic mais pas BCBG pour autant, à l’architecture hispanisante, comme à Monterey. La mer est belle, la nature n’est pas loin. Ca donne envie d’y revenir en vacances, comme camp de base pour buller, et le reste du temps partir marcher dans les montagnes alentours. Quand j’y étais il a pluviné toute la journée : on m’a menti sur le soleil toute l’année en Californie !

Santa Barbara la plage

State Street, l’artère commerçante de la ville

Santa Barbara Californie les oranges El presidio

Le presidio de Santa Barbara, le centre militaire espagnole au temps de la colonisation

La mission de Santa Barbara, le centre religieux au temps de la colonisation espagnole.

J’espère que la promenade vous a plu ! 

Vous trouverez tous les articles publiés sur la Californie (San Francisco, Alcatraz, Yosemite, Death Valley, San Diego…) sur cette page recapitulative.

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

21 Commentaires

  • Ah la la… ça donne envie dis donc… La côte est très belle et Solvang, plutôt charmant…

  • Répondre 27 Aug 2014

    tiphaine

    ah!!! ça donne tellement envie d’y retourner.
    Très chouette article, j’adore les road trips!

  • Superbe article !

  • Répondre 28 Aug 2014

    sandralbane

    Très bel article, cela donne envie de découvrir cette partie des Etats-Unis….

    • Répondre 13 Sep 2014

      Mathilde

      C’est très différent de la côte Est, c’est juste magique !

  • Merci pour ce beau voyage ! J’aimerais bien un jour voyager le long de la côte californienne alors ton billet me donne des idées pour ce voyage !

  • Répondre 28 Aug 2014

    Mathilde

    Et bien, ça donne envie de prendre des vacances !!!

  • Répondre 28 Aug 2014

    Elodie S.

    Superbe article… de quoi me mettre en bouche avec notre départ pour les vacances qui approche et qui inclura la partie de la Highway 1 comprise entre Monterey et Big Sur !

  • J’ai pas tout lu car je n’ai pas le temps, mais j’adore!
    Je reviendrai lire la suite, et je partage bien sur :-)

  • Répondre 1 Sep 2014

    Lucie

    Quelle belle balade! J’aime bien l’histoire du Hearst Castle, et ses villas doivent etre interessantes (et impressionnantes, non?) a visiter.

  • j’adorerais faire ce coin de californie notamment Big Sur où a vécu Henry Miller. j’habite la rue où il a habité à clichy dans les années 30, je suis une grande fan. très jolies photos

  • Répondre 6 Nov 2014

    Valentine

    Quel bel article! Et quel super Road Trip. Tout ces arrêts ont l’air super! ça me met l’eau à la bouche. J’espère pouvoir partir en Californie en 2015 et voir tout ça de mes propres yeux :)

  • Répondre 3 Mar 2015

    Juliette

    Bonjour Mathilde,

    merci pour ce super article :) Je pars en Californie début mai et j’ai trop hâte de découvrir tout ça !

    Peux-tu me dire quelle est la Police de caractère que tu utilises sur tes photos et pour le titre de ton blog stp ? Je l’adore !!! Merci d’avance :)

  • Répondre 11 Mar 2015

    Dre

    Looks like a perfect trip, thanks for the inspiration

  • Répondre 30 Mar 2015

    Thomas

    Waouh, lire ça un lundi matin cela redonne le sourire quand on est au travail ! Je te remercierai jamais assez pour ce que tu partages, on sent les émotions.. une belle plume!

    • Répondre 30 Mar 2015

      Mathilde

      Merci Thomas pour ton message (et celui sur l’article de LA), un petit voyage aux Etats-Unis en préparation ?

      • Répondre 31 Mar 2015

        Thomas

        Bien vu ! Un voyage en préparation de Octobre jusqu’à je ne sais pas quand (Dans la limite des 3mois) sur la coté ouest :) et ton blog m’aide et me motive tous les jours un peu plus!

        As-tu déjà entendu des avis/expériences sur le wwoofing aux états-unis ?

  • Répondre 16 Jun 2016

    Cécilia

    ça donne vraiment envie

  • Répondre 16 Jun 2016

    Cécilia

    Mon commentaire a été coupé en deux!

    ça donne vraiment envie tout ça, vivement la côte ouest un jour 😀

  • Répondre 9 Oct 2016

    Phuong Thi

    Bonjour,

    Nous allons à SF dans 2 semaines pour retrouver mon beau frere et sa famille qui y habitent depuis un an. Ils ont pu prendre des jours, ce qui fait qu’on projette de faire un petit road trip jusqu’à LA en 5j pour eux (du samedi au mercredi) et pour nous jusqu’au samedi suivant (date de rendu du camping car).
    On comptait donc descendre la highway 1 mais il semble qu’ils aient déjà vu Monterel et Carmel, et peut etre d’autres villes encore …
    Du coup, on se demandait si ca valait le coup de tout descendre d’un coup jusqu’à LA, puis remonter par étapes ? Parce qu’on a vu partout qu’il vallait mieux faire les étapes en descendant …
    Merci de vos réponses (et merci pour ce blog, que je vais essayer d’éplucher au mieux pour avoir le plus d’infos pour nos vacances ! –> je vais essayer d’adapter les choses pour nos deux petiots de 3 et 1 ans …)
    Phuong Thi

    • Répondre 10 Oct 2016

      Mathilde

      Le truc avec les étapes en descendant, c’est qu’il est facile de s’arrêter sur le bord de la route, car l’océan est situé alors « à votre droite »

Laissez une réponse