Bilingue en anglais (ou presque)

Carte des Etats-Unis

Bégaiements, hésitations, moments de solitude : il faut se rendre à l’évidence, ce n’est pas toujours simple de parler, d’être compris et de tout comprendre en anglais. Parce que je ne veux pas non plus passer pour une quiche et parler un english tout moche, je lis des livres et des magazines en anglais, regarde des séries. Mais à un moment, il faut toujours interagir avec d’autres humains. C’est tout de suite une affaire plus délicate.

« Mais qu’est-ce qu’il a dit ? »
3 nuances dans l’incompréhension de l’anglais

1/ La compréhension décalée : je n’ai pas compris tout de suite, mais 5 minutes après (au mieux). Quelqu’un me parle, je comprends des bribes de phrases ou de mots, mon cerveau marche à fond la caisse pour essayer de recoller les morceaux. L’environnement sonore peut nuire à la qualité de la compréhension.
Tiens, tout le monde descend du métro de façon inopinée, l’annonce dans le haut-parleur devait sûrement dire ‘colis suspect’, faut peut-être que je sorte moi aussi.
Pour une vie en société fluide, il faut piger tout suite ce qu’on te dit, et pas 5 minutes après. Si je ne comprends pas du premier coup et qu’on me répète en vain la même chose, je fins par maugréer, gênée, un No, thank you ; je pars en ruminant et je finis par comprendre quelques minutes après ; mais là, c’est comme une répartie cinglante, c’est toujours trop tard pour y retourner !
C’est pour cela que je me suis privée pendant 2 semaines du jeu de la grande loterie au Star Market, car je ne comprenais pas quand la caissière me proposait des tickets. Au yoga, quand je regarde autour de moi et que je suis dans le ‘triangle’ au lieu de faire ‘le pont’, je me dis qu’il y a un sérieux problème, mais là, ça va, je peux encore rectifier.

2/ Le bluff : je n’ai rien compris, mais je fais semblant que si. C’est typique du comportement en groupe. L’autre soir, on sort boire une bière avec des collègues de Manu ; à chaque blague qui entraînait l’adhésion générale, Manu et moi rions de concert, mais bon, sans trop savoir pourquoi (du coup, ça nous faisait rigoler deux fois plus).
Le risque du bluff : être démasqué. Si dans ce qui vient d’être dit il y avait une question, et que toi tu t’es contenté de rire naisement, c’est fichu. Grand moment de solitude en perspective.

3/ La panique : je n’ai rien compris, et mon interlocuteur attend que je dise quelque chose de sensé. Ce cas de figure arrive de moins en moins fréquemment, car je prends confiance au fur et à mesure. Mais méfiance, méfiance, méfiance ! Toute exposition au stress, toute demande de prise de décision rapide, toute sollicitation inattendue peut me faire basculer dans la panique.
Coffee, small or large ? / We are out of orange juice, want something else ? / Do you have our preferred card ? / Debit or credit card ? Il faut être sans cesse en alerte, toujours prêt à répondre quelque chose d’autre que Yes ou No. Sourire, oui, mais réfléchir en même temps, c’est impératif. Ne pas perdre la face (même au téléphone).
La panique peut entraîner des comportements ou des choix hors de propos : prendre toutes les cartes de fidélité qu’on me propose (j’espère qu’il n’y a pas un crédit toxique caché là-dedans), souscrire à une assurance dont je n’ai pas besoin (do you want a dog insurance ?… well… yes ?!…), choisir un plat qui ne me plaît pas au resto (let’s try the briskets / the salsa verde / the bostonian brown beans).

« Je parle trop mal, c’est l’enfer, j’ai envie de mourir. »
N’exagérons pas ! Les 3 niveaux d’anglais

1/ « Je m’embourbe ». S’embourber, c’est quand je me lance dans une explication dans laquelle ce n’était même pas la peine de penser pouvoir se lancer
Est-ce que je sais comment on dit cuisine moléculaire ? paire de collants en polaire ? chapka en moumouth ? Est-ce que je veux vraiment expliquer mon sujet de mémoire de maîtrise ? la préparation des crêpes Suzette ? la matière de ma robe de mariée ? Non ! Il faut rester simple et souriante.
Souvent, je me rends assez vite compte quand je me suis lancée dans une explication foireuse. Empêtrée, je me juge intérieurement en me disant : « Mais ma pauvre fille, qu’est-ce que tu dis, tais-toi ». Mais souvent, il est déjà trop tard.
L’autre soir, Manu a répondu au serveur qui lui demandait s’il avait aimé le Japon, que oui, il avait bien aimé les sushis et les bains chauds (bath, prononcés [bass]). Regard circonspect du serveur, qui comprend : tu as aimé le système de bus ? et là, ça dure un long moment pour expliquer bains chauds, et le mec ne voit même plus le rapport avec les sushis, le Japon. Il se dit juste : un mec me parle de prendre un bain chaud dans un bus. Quand je m’embourbe, je peux à la limite couper court en demandant You know what I mean ? Et si la personne répond Yeah, c’est qu’elle s’en fout, n’a rien compris et te fait grâce d’une nouvelle explication lente et humiliante.

2/ « Je suis la réincarnation de Shakespeare. » Ce sentiment jouissif de maîtrise de la langue anglaise va de pair avec l’augmentation du taux d’alcool dans le sang. C’est triste, mais c’est une réalité que nos dirigeants devraient prendre en compte pour améliorer le niveau dans les cours de langue. Je sais que j’ai dépassé les limites quand je me mets à parler espagnol.Etre bilingue

3/ « OK, all right, I’m fine ! » Tout n’est pas tout blanc ou tout noir, il y a des moments de grâce, où tout va bien : je vois dans le regard de mon interlocuteur de la bienveillance, une connivence d’esprit. On se comprend ! Je m’encourage en me disant : « Bravo, c’est bien, bon accent, pensée clairement exprimée, une pointe d’humour ». Voilà ce que je ressens quand on me demande mon code postal et que je le donne illico, sans me tromper.

« Pourquoi il me sourit comme ça ? »
3 attitudes de l’interlocuteur qui vous écoute baragouiner

1/ Félicitations !
« Vous parlez vraiment super bien, enfin bien mieux que moi si je devais parler français. » Ce compliment n’est en fait pas très sympa : il dit juste que tu es suffisamment téméraire et sans once de dignité pour parler aussi mal anglais, mieux que lui ne ferait en français, mais de toute façon il ne le fait pas car il ne connait que 3 mots de français.

2/ Encouragements
Tout le monde voit que tu galères pour exprimer ton idée, mais hoche la tête en souriant doucement à tout ce que tu dis. Manu en réunion de travail ne dit rien pendant une heure, et prend finalement la parole : « Can I have a biscuit ? » Réponse : « Yes, of course ! » = Encouragements.

3/ Blâme
 Incompréhension des deux côtés. Je déploie des tonnes d’efforts pour parler clairement, je recommence en toute zénitude, mais la personne en face de moi s’obstine à ne rien piger. Pour recharger ma carte de métro, je demande au guichet : Can you add 30 dollars please ? – What ? 3 dollars ? – No, thirty. (je le répète 4-5 fois en variant la prononciation, puis en disant : Thirty, like three and zero). Et là elle m’ajoute 3 dollars sur ma carte. HISTOIRE VRAIE !

Restons motivés !

De toute façon, c’est un fait, certains mots sont difficiles à prononcer (choir, furthemore, the rural juror, rare – en parlant de la cuisson de la viande) mais il y a aussi des mots qui font illusion quand on les case avec une voix nasillarde : Thank you, All right/ all set, Definitely… Je mise tout sur la confiance en moi : je fais tout de même de l’anglais depuis le CM2, j’ai regardé environ 17 600 heures de séries en VO, j’ai chanté en yaourto-anglais des milliers de chansons anglaises. J’avais même appris par cœur le début de la première tirade de Richard III de Shakespeare. Enfin, en dernier recours, je peux ausssi feindre de ne pas parler anglais, c’est moche, mais ça permet d’éviter les sollicitations de la Croix Rouge dans la rue.

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

33 Commentaires

  • Répondre 30 Jan 2012

    Lucie

    hahahaha je crois que c’est mon article préféré ! J’ai trop ri, tant pour les bains chauds dans le bus que pour l’alcool qui désinhibe jusqu’à faire parler espagnol … Trop bon ! Et je compatis à ta peine, je chemine également sur cette longue route de celui qui veut parler suffisamment bien la langue pour que ses amis n’aient plus à le reprendre incessamment. Mais aussi dès fois quand on est fatigué (et ça fatigue de s’exprimer dans une langue qui n’est pas la sienne) on dirait qu’on a perdu un level et c’est trop frustrant !

  • Répondre 30 Jan 2012

    virginie

    Très juste et très bien écrit!

  • Répondre 30 Jan 2012

    mpp

    franchement j’ai trop rit et navaz aussi !! il l’a même lu avant moi et me lisait des bribes par ci par là hillarantes !
    on est partagés entre rigoler, se moquer et en même temps un petit sentiment de peine^^ mais faut dire qu’il y en a qui ne pourraient pas aligner trois mots, et puis dans 3 mois vous serez bilingues!
    en tout cas super article

  • Répondre 31 Jan 2012

    Mathilde

    @Lucie. Big up à tous les étrangers !
    @Virginie. Ca t’a rappelé des souvenirs de la Floride ?
    @mpp. Ne sois pas peinée mon petit Paquinou, on a l’air un peu bête mais on s’en sort. bisou bisou

  • Répondre 31 Jan 2012

    Amandine

    Cet article est extrèmenet magique, je m’esclaffe devant mon écran en compagnie des 3 michokos qui ont survécu à l’attaque de la réserve hier. Je dévore ton blog que je découvre, hâte de connaître la suite de tes tribulations américaines… En attendant moi, à la place du polaire je vais enfiler le maillot et filer à la plage !
    Au plaisir de te lire !

    • Répondre 31 Jan 2012

      Mathilde

      Hé hé ! Vaut mieux rire de ces petites mésaventures… Bonne plage !
      Moi je viens de m’acheter un bandeau en laine pour être chic malgré le froid. Chacune ses priorités…
      A bientôt !

  • Répondre 4 Feb 2012

    Margot

    Ton expérience me rappelle la mienne en Australie, au niveau du ressenti, c’est très proche, je confirme!
    Pas d’accord pour furthermore, mais complètement d’accord pour choir (toujours imprononçable en ce qui me concerne LOL).
    Sinon j’ai aussi la première soirée en boite, 3 jours après mon arrivée, eux, tous bourrés, moi, sobre, jet-laguée*, creuvée, home-sickée*…
    Un mec me fait du rentre dedans, je réponds yes à tout jusqu au moment ou il arbore un sourire et un regard lubrique, je panique et rétorque no no ! Angoisse…
    Bref tu n’es pas au bout de tes peines, crois moi sur parole!

    Biz ma belle

    • Répondre 5 Feb 2012

      Mathilde

      ‘Furthemore’ me donne toujours l’impression d’avoir un cheveu sur la langue…
      bisou poulette !

  • Répondre 9 Jan 2013

    Nadege@Miami

    Ahah Mathilde il me fait rire cet article ! C’est tellement ça, après quelques verre  »I’m the king of the world » !

  • Répondre 23 Jan 2013

    Carole

    J’ai adoré cet article, cela fait 9 mois que je vis à NY et je me retrouve totalement dans ce que tu décris, on se sent moins seul 😉

    • Répondre 24 Jan 2013

      Mathilde

      Cool ! Bon maintenant cet article date un peu et je suis maintenant beaucoup plus à l’aise dans la vie de tous les jours et au boulot. Mais ça fait du bien de se souvenir d’où je suis partie !
      A bientôt Carole !

  • Répondre 29 Jan 2013

    Maud

    Parfois, je dis « thank you », les gens croient que je dis « fuck you »…

  • Très chouette article :-) Je dois avouer que je m’y retrouve bien ^^

  • Répondre 12 Apr 2013

    Perrine

    Bonjour Mathilde,

    Je suis arrivee a la Nouvelle Orleans depuis 1 mois pour un stage de 6 mois, et depuis, je suis ton blog. Je me reconnais a 100 % dans ce post.

    Ton blog est vraiment tres agreable a lire. Merci beaucoup !

    Perrine

    • Répondre 12 Apr 2013

      Mathilde

      Ah la Nouvelle-Orléans ! Quelle chance, j’ai adoré cette ville, même si je n’y ai passé que deux jours à l’automne dernier.

      • Répondre 12 Apr 2013

        Perrine

        J’ai vu ton post sur Nouvelle Orleans, et je l’ai trouve tres fidele a ce que je ressens depuis que je suis ici .. ! Mais je compte aussi visiter Boston pendant mon sejour… ton blog me sera d’une grande aide !

  • […] ce sujet je vous conseille de lire un de mes articles préférés de Mathilde : Bilingue en anglais (ou presque). Si vous essayez d’apprendre l’anglais ou que vous vivez à l’étranger vous vous […]

  • Répondre 28 May 2013

    Marine

    J’ai adoré ton article ! J’ai vécu en angleterre pendant 8 mois donc je me reconnais un peu dans tes propos ! Surtout le dernier « Blâme », j’ai eu un coup un jour dans un restaurant pour commander mon plat je demande « un original burger » le gars n’a pas cessé de me demandé si c’était un « normal » que je voulais je disais, non « je veux un « original »… Au final j’ai cédé et je lui ai pris son burger « normal » mdr en plus il ne s’appelle même pas normal sur la carte mais « classic »… Quel idiot ! voilà pour l’anecdote, si j’avais du expliquer ça en anglais j’aurai surement été dans la catégorie « je m’embourbe » !!!

  • Répondre 16 Sep 2013

    Hélène (@helenefetis)

    Un article vraiment excellent qui me fait penser à moi actuellement (surtout le coup du je m’embourbe et la panique !) A la caisse de Wallmart, je ressens exactement ça « Do you want something else ? » Ahah.

    Je suis ton blog depuis quelques temps, et vraiment excellent. J’aimerais bien aller visiter Boston prochainement (je suis à Indianapolis)… Mais pas donné le voyage !!

  • Répondre 18 Dec 2013

    Raph

    Nouveau grand fan de ton blog, j’ai adoré cet article! J’en ai encore beaucoup à lire avant d’être à jour! lol ! Nous sommes entrain d’élaborer un road trip de Washington à Boston pour le mois de Septembre 2014, c’est vraiment du boulot. Bon je retourne à ma lecture en retard…

  • Répondre 17 Jan 2014

    sandrine

    Bonjour,
    Je viens de découvrir cet article…(j’en découvre des nouveaux à chaque visite)
    et je m’y retrouve complètement…
    Lors de notre voyage en 2013, j’ai utilisé la technique « grands yeux ronds interrogateurs » quand on me parlait trop vite ou je balançais à mes interlocuteurs « I’m french » espérant un peu de compréhension de leur part….
    Pas une réussite, je pense que l’on m’a prise plusieurs fois pour une demurée…mais j’assume…et j’essaie de perfectionner mon anglais….ce n’est pas gagné !!!!
    Talk to you soon….

  • Répondre 5 Feb 2014

    Amly

    Super article qui me rassure, ou pas en fait. J’entreprends d’aller en vacances aux États Unis pour me faire une idée et pour peut être aller y vivre après (un rêve qui j’espère sera réalité). Moi aussi je regarde mes séries en vo(stfr) (les sous titres me rassurent plus qu’autre chose, je comprend à peu près tout sans). Je pense avoir atteint de très bonnes bases aux fils des années mais voilà, ça reste des bases, des phrases types. Et avoir un dialogue avec un américain, c’est tout autre chose et j’espère que je m’en sortirais. Mais je sais qu’ils y a encore des mots que je n’assimile pas bien ou des mots que je ne connais pas encore ! Ce sera flippant quand je serais en face d’une personne sans avoir compris un brok de ce qu’il raconte ! Étant timide en plus, ça n’aidera sûrement pas. En tout cas merci pour ton blog, je l’ai découvert ce matin en cherchant des infos sur le fait de s’expatrier aux États Unis, et ton expérience m’aide beaucoup à y voir clair !

  • Répondre 13 Feb 2014

    Do

    Super article, totalement vécu quand j’avais 18 ans et que je passais une année aux USA. Avec ma copine française, on trouvait que la pire situation, c’était quand l’interlocuteur ne comprend pas, que tu répètes plusieurs fois le mot (de différentes façon, comme tu dis), et que l’autre finit par comprendre et répéter le mot exactement comme tu pensais l’avoir prononcé… #solitude. Genre « have you seen the movie The Ref » « The what ? » « The Ref » « Aaaaaaah, you mean, The Ref », « yeah, The Ref »… Ma copine française et moi on se refait encore souvent cette scène, un de nos grands moments !

  • Répondre 22 Sep 2014

    Adeline

    Ton article est génial… j’en ai pleuré de rire ! C’est tellement vrai…et je suis en plein dedans en ce mmt d’ailleurs!
    Ton blog est super! Bonne continuation !

  • Répondre 12 Oct 2014

    Lucie

    3 ans plus tard, de retour à rome, je relis ce post, sauf que cette fois, je vis avec des américains. C’est marrant j’ai tout de suite pensé à ton blog et à cet article en me trouvant en galère complète alors que je pense avoir un niveau d’anglais pas trop pourri (je viens de finir Middelsex en VO, tout de même, je suis fière – mais à l’oral…)

    • Répondre 12 Oct 2014

      Mathilde

      Hello Lucie !
      ça fait plaisir de te retrouver ici !
      Eh oui, les moments de solitude en langues étrangères sont parfois imprévisibles…
      Des bises !

  • Répondre 19 Jan 2015

    Manon

    Je tiens à te remercier pour cet article qui m’a fait hurlé de rire! J’habite en Californie depuis quelques mois et notamment cet article et celui sur le prénom imprononçable par les Américains (je me suis habituée à être appelée « Mainome », pourquoi pas finalement ) reflètent bien les petits moments de solitude du quotidien … Mais aujourd’hui j’ai eu droit à une victoire personnelle : après quelques mots on m’a demandée non pas si j’étais Française mais Australienne, la classe !!! (où comment l’avis d’un gars probablement sourd et basé sur ma coupe de cheveux a embelli ma journée ;-))

    • Répondre 19 Jan 2015

      Mathilde

      Hello Manon ! Cet article date, c’est l’un des premiers de ce blog alors j’ai une tendresse particulière pour lui et je suis contente quand il a fait son petit effet :)
      Good job pour l’accent australien ! La première fois que j’ai entendu un Australien au boulot j’ai dit à une collègue : tu sais, c’est le British mais avec un accent bizarre 😉
      Man….
      Bises !

  • Répondre 16 Jul 2015

    Cecile

    Excellent ! Je tombe par hasard sur ce blog, en cherchant  » expressions anglaises courantes », et je me marre !!
    Je ressens exactement la même chose, je vis en Australie depuis 5 mois maintenant, et j’ai a peu près toutes ces phases là, d’incompréhension, de tentative d’expression, et d’abandon de l’idée parfois !

    Les plus compliqués pour mon conjoint et moi, au quotidien, sont des mots pourtant pas si difficiles !
    Pour moi, dans le bus, ici on a le ticket  » Two sections » tu montes dans un bus, tu descends a un arrêt, point, tu ne peux pas prendre d’autres bus avec ce ticket. Une sorte de single trip (mais le single trip c’est un autre ticket, et un autre prix! feinte!)
    Et dire « two section please », ils ne comprennent jamais….. « what? concession? Nooo Tou sexchions?  »
    J’abandonne et fini par dire le prix du ticket que je souhaite.

    Et mon conjoint, au bureau, « version ». C’est pourtant simple. Pareil, il a beau tenter toutes les nuances de chions, chiions chioooon, sssion? Ils ne comprennent pas, pensent avoir compris et te dise  » Oh yeah mate, you mean version right? » Et toi, tu entends « version » comme tu le disais depuis le début… Moment de solitude bonjour !!

    Sur ce, je continue avec plaisir de lire ton blog, je me sens moins seule avec mon anglais !
    Cécile.

  • Répondre 3 Nov 2015

    Bruno

    Bonjour Mathilde,
    Merci pour cet article, je me suis tellement reconnu !!!! très drôle mais je riais jaune.
    Autre échappatoire malsain quand on est en difficulté c’est de s’appuyer sur quelqu’un qui maitrise la langue, pour moi ce sont souvent mes 2 filles bilingues en vacances ou des collègues au boulot. Je dis malsain car c’est le meilleur moyen de ne pas faire de progrès.
    Enfin le meilleur moyen c’est l’immersion je pense que maintenant tu ne dois plus avoir de difficultés, même avec l’accent des gens de Boston.
    Bonne continuation

    • Répondre 3 Nov 2015

      Mathilde

      Hé hé ! c’est l’un des plus anciens articles du blog, écrits juste un mois après être arrivé. Contente qu’il t’ait fait sourire 😉
      C’est vrai qu’après bientôt 4 ans, ça va beaucoup mieux (heureusement !)
      Il n’y pas de secret : il faut s’entraîner à parler !

  • […] plus perso et les plus délires, quand j’en relis je me dis que je n’avais aucun filtre… ; celui sur apprendre l’anglais est mon préféré. Il date un peu, maintenant, promis, je parle anglais, mais l’article me fait toujours sourire et […]

Laissez une réponse