(Backstage #5) Campeuse, oui ; cool ? not really

Camping Great Sand Dunes Colorado-1

Backstage : ces photos de road trip qui ne racontent pas toute l’histoire
On revient toujours de vacances avec de belles photos comme des trophées des aventures passées. Mais derrière certaines photos, il y a parfois des histoires pas toujours très glamour, parfois marrantes, parfois gênantes, ou complètement flippantes. Et ce sont finalement souvent les meilleurs souvenirs de voyage, ceux qui restent et qu’on adore raconter. Pendant tout le mois d’août, du lundi au vendredi, retrouvez une de ces histoires « backstage ».

Backstage, épisode 5
Campeuse, oui ; cool ? not really

☞ La photo ci-dessus nous montre un lieu de camping idéal face aux dunes de sable fin au milieu des hautes montagnes du Colorado, mais au-delà du cliché, on a passé une nuit pas géniale #iwokeuplikethis.

Quand : septembre 2014
Lieu : les grandes Dunes de sable du Colorado
L’article de blog : Des dunes au milieu des montagnes du Colorado

Un an après notre expérience mitigée de camping à Yellowstone (lire Backstage #4), on était en voie de devenir de véritables campeurs. Avec un peu d’entraînement pendant l’année, et du matériel plus adapté, on était prêt à camper lors de notre road trip l’été suivant entre le Colorado-Utah.

Mais parfois, on a beau choisir le plus bel emplacement du monde, dormir dans un petit sac à viande en soie douillet et préparer sa popote avec du matos dernier cri, tout peut perdre son charme quand on est à côté de voisins bruyants. On fait tout pour les éviter : on évite les familles, les camping-cars et leur air conditionné, les gros groupes. Et puis certains soirs, on n’a pas de chance. Un soir, on s’est retrouvé à camper à côté de hippies. Et c’est dur de demander à des hippies d’arrêter de jouer de la guitare, car personne ne veut être celui qui dit aux gens d’arrêter d’être heureux. Hélas, j’ai été contrainte d’être cette personne.

C’est ce qui nous est arrivé la deuxième nuit de camping à Great Sand Dunes, un parc national au sud du Colorado dont la particularité naturel est que des dunes de sable fin se retrouvent plantées au milieu de hautes montagnes, à plus de 2000 mètres d’altitude. La première nuit n’avait rien de spécial : on est arrivé très tard, on a pris un des emplacements dispo qui restait, choisi à la lueur des phares de la voiture, on a monté la tente dans le noir et on s’est réveillé le matin au bruit de la hache : notre voisin coupait du bois. Flippant, mais pas méchant à première vue.

Au réveil, on part se promener et sur le chemin, on rencontre un français, Dominique, du Texas, qui fait un road trip seul en moto. On était parti tôt pour éviter la chaleur, mais on discute pendant une heure, du coup on se met à grimper les dunes alors qu’il fait déjà très chaud. Au retour de la promenade absolument éreintante pour les mollets, je constate que le plus bel emplacement du camping, celui qui s’avance tout seul face aux dunes, s’est libéré. Jackpot. On bouge notre tente et tout le matériel dessus. Je suis ravie, et puis on repart se promener toute l’après-midi.

En début de soirée, des petites biches se promènent face à notre campement : c’est beau et sauvage, même si la présence des biches indique celle de montain lions, de pumas, il y a d’ailleurs des panneaux partout qui le disent. Après un gros orage, la lumière est sublime. On se sent bien.

Des voisins s’installent au campement d’à côté, légèrement en retrait, dans un petit bosquet. Ils sont 2, puis 4 puis 6. Ils ont des guitares, ils chantent. Jusque là, c’est cool et ça fait même partie du décor des vacances dans le Colorado. Sauf qu’ils n’arrêtent jamais de jouer. Ni à 22h, ni à 23h. On leur demande gentiment d’arrêter. C’est plus vraiment très cool. Je me dis que l’avantage, c’est qu’ils doivent éloigner les montains lions et tout autre animal nocturne. Je me tourne dans tous les sens, coincée dans mon sac de couchage, et à 1h du matin, à bout de patience, je lance courageusement à travers la paroi de la tente en plastique un Shut the fuck up, en ajoutant un please, parce qu’il faut quand même être poli. Mon moi du lycée aux cheveux roses (une teinture maison) qui aimait Kurt Cobain et Tryo, n’est plus, depuis bien longtemps. Je suis dans la nature, j’aimerais être au calme bordel. Les voisins hippies finissent par aller se coucher.

En se levant le matin, on se salue d’un air gêné : je sais qu’ils savent que non, je ne suis pas cool.

Je crois que je préférais l’homme à la hache comme voisin.

great-sand-dunes colorado- - faire du camping face aux dunes

▶ Rendez-vous demain pour l’épisode 6 de la série « Backstage », où on verra comment le vrai animal dangereux en road trip n’est ni l’ours ni l’alligator, mais bien le moustique.

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

20 Commentaires

  • ahah énorme cette anecdote, ça m’a bien fait rire :)

  • Répondre 7 Aug 2017

    Stacy

    Hello Mathilde ! Comment ne pas adorer cette nouvelle rubrique ? Les histoires et anecdotes sur le road-trip aux USA c’est tout ce qu’on aime !!! Je me suis régalée en lisant les 5 premières. Parfois, c’est quand même bon à savoir, notamment pour ce qui est de rouler la nuit !
    Bon lundi ! :)

  • Répondre 7 Aug 2017

    Jéromine

    Hahaha cette histoire ! Mais finalement c’est plutôt cool d’oser leur demander de se taire, peut-être que tous les autres gens du camping qui voulaient aussi dormir et n’osaient pas intervenir ont été hyper admiratifs !

    • Répondre 8 Aug 2017

      Mathilde

      Y’avait pas grand monde ce soir-là ! c’est vrai que je secrètement béni la personne qui se dévoue pour aller dire aux groupes bruyants de se taire, pour une fois c’était moi, pas de la façon la plus cool mais ça a marché…

  • Hahaha ! Je suis FAN !
    Et c’est vrai que l’instant où tu réalises que tu es passé du camps de « ceux qui font la fête toute la nuit et pètent le feu le lendemain » à celui de « ceux qui se lève le matin et veulent dormir » aka « les vieux cons », est très douloureux. je l’ai vécu l’an dernier et j’ai eu l’impression de trahir mon moi ado/étudiant !

    • Répondre 8 Aug 2017

      Mathilde

      En fait ça nous arrive encore d’être « ceux qui font chier » quand on part camper en groupe, enfin, toutes proportions gardées, mais clairement à deux c’est plus tranquille… du coup je tolère les groupes, mais jusqu’à très tard le soir… not so much

  • Répondre 7 Aug 2017

    Cécilia

    MDRRR! j’ai bien ris!

  • Répondre 7 Aug 2017

    claire

    ouais c est les la qu on aime etre francais parce qu on peut se permettre de dire  » Fuck ». Ah ses francais aucune education. Les maericains ne disent jamais rien, des fois c est penible! j aurai aussi fait ma chieuse avec mon mari me disant mais arrete c est pas grave… SI parce que merde j aime pas etre fatiguee en road trip! merci pour ces bons moments de lectures.

  • Répondre 7 Aug 2017

    MOREAU

    Très très drôle cette rubrique. Je vois mon futur road trip sous un autre oeil.

    Enfin on peut saluer la discipline des américains. Les français auraient continué encore plus fort et plus longtemps à jouer de la musique.

    • Répondre 7 Aug 2017

      Mathilde

      Merci MOREAU.
      je ne suis pas sure que je qualifierai de discipliné un groupe qui joue de la musique aussi tard… sans parler de la généralisation sur les comportements des Americains ou des français… il y a des « cons » partout 😀

  • Répondre 7 Aug 2017

    Camille

    Tout pareil, un superbe emplacement (peut-être le même !) et une famille plutôt… extravertie à côté. Par contre, je me rappelle avoir cassé l’ambiance à Yosemite (first night de camping ever aux US !) lorsque des djeunz festoyaient à 20cm de notre tente durant toute la nuit. Pour finir sur une note plus positive, c’est très rare qu’on ait été dérangés en camping, je pense que ces deux anecdotes sont les seules, et pourtant je suis « not cool at all » sur ce sujet 😉

    • Répondre 8 Aug 2017

      Mathilde

      Oui non nous plus on a rarement été embêtés au camping, la majorité des nuits sont plutôt calmes, on évite les gros campings privés ou ceux avec beaucoup de RV.

  • Répondre 7 Aug 2017

    Agathe

    J’adore cette rubrique (très très bonne idée), mais alors là en plus j’ai bien ris !
    Je te rassure j’aurais fait pareil (et je n’aurais peut être pas attendu 1h du matin…).

    • Répondre 8 Aug 2017

      Mathilde

      Héhé, merci Agathe.
      On l’avait dit tout doucement un peu plus tôt, mais je crois que ça n’avait pas imprimé. En même temps, je comprends, les dunes, des amis, le soir…

  • Répondre 8 Aug 2017

    Mei

    EXCELLENT !!!

    Lectrice depuis TRES longtemps je me décide enfin à prendre ma plume ici pour la première fois pour te dire merci.
    Merci pour tes récits sur Boston et les US en général. J’adore venir ici. Ma petite parenthèse quand je suis en manque « d’américaneries ».

    On aimerait … j’aimerai TELLEMENT que tu fasses plus de vidéos YT pour nous ravir les mirettes de tes roadtrip. J’imagine que le temps que ça prend est dingue mais quand même… le contenu de qualité étant denrée rare sur YT… je pense que je kifferai bien te voir et t’entendre plus sur ce média ( tes live sont tout aussi intéressants)… :) .

    Enfin 😀 en attendant j’aime venir ici et parfois même… relire des articles.. lointains.

    :)

    • Répondre 10 Aug 2017

      Mathilde

      Salut Mei !
      Je ferais bien plus de vidéos, j’aime bien ce media, mais comme tu t’en doutes, c’est très long à produire. Si j’avais un sponsor, maybe ??
      Bisettes et merci pour ton commentaires, il fallait une petite série spéciale pour que tu laisses un message, c’est ça ?

  • Répondre 10 Aug 2017

    Manon

    Merci Mathilde pour cette série backstage très chouette! Eviter les familles, les camping-cars et les gros groupes ça me parle : on a eu un combo des trois qui hurlait en espagnol à toute heure du jour et de la nuit à Yosemite : difficile de leur sourire au petit-déjeuner 😉

    • Répondre 10 Aug 2017

      Mathilde

      Eh oui, parfois on tombe mal, peu importe la nationalité à vrai dire !

  • Répondre 20 Aug 2017

    marie

    Aux états-unis je n’ai jamais eu trop de souci côté bruit. A part peut-être à joshua tree où des groupes viennent faire la fête et qui parlent/chantent fort assez tard. J’essaie de rester calme car je comprends leur plaisir.
    Mais moi ce que je déteste c’est le ronfleur. Celui-là il peut me faire péter les plombs. MAIS c’est pas vraiment possible de lui hurler dessus car il ne fait pas exprès (enfin je crois…. en fait parfois je doute même de cela!!!!).
    J’avoue, une fois, j’ai balancé des cailloux (petits) sur un camping car où le mec ronflait hyper fort….

Laissez une réponse