On a des amis // Hugs, blanquette de veau et violoncelle

Avoir des amis, c’est vraiment le défi de ces premiers mois d’installation à Boston. C’est la quête permanente de l’amitié, et éventuellement de la BFF (best friend forever). Il y a quelques jours, on a fait notre premier dîner de couples chez nous. Et on avait préparé une blanquette de veau. Qu’il est loin le temps des soirées pizza et bière tiède (avec récup de cannettes pour faire des cendriers) ! Cette notion autrefois méprisée de dîner de couples m’est devenue aujourd’hui quelque chose de complètement commun, une façon sympâ de passer une soirée plaisante. Avant, j’avais peur d’avoir l’air vieille et sérieuse, maintenant je trouve que c’est juste un bon moyen de boire du bon vin en charmante compagnie. J’ai rencontré un autre couple (de gens mariés) avec qui faire des DDC, ma conversation partner et son mari. Notre compatibilité amicale se confirme petit à petit. Je les ai donc invités à dîner à la maison. Au menu : des petits plats à la française (la photo ci-dessous est non-contractuelle).

Brunch à l'américaine

La question préalable à ce dîner était : qu’est-ce que peut faire à dîner pour faire français ? Ce qui est assez couillon, car à Paris, on ne cuisinait pas spécialement français. Notre carnet de recettes est plutôt rempli de cuisine asiatique, orientale ou italienne. #worldfood. Il a fallu potasser pour en arriver au menu suivant :

  • Mini-tartes tatin de tomates cerises / madeleines roquefort-noix-poire
  • Blanquette de veau
  • Mousse au chocolat

Classique, efficace, et inratable a priori. Sauf qu’on s’est vite rendu compte que (1) le veau est une viande introuvable – alors que le bœuf est partout. (2) Le chocolat est gerbique. Soit composé de 100% de cacao ou alors, c’est l’opposé : 70% de fat. Et le fromage coûte la moitié d’un salaire. Quant au vin, c’est pas donné-donné, mais on est resté sur des vins américains (ça va, il y en a des bons !).

J’en profite pour faire un petit aparté : mon supermarché fou fou fou.

Fou fou fou

Un pot de glace

Du bon pain de mie

Lait

Macaroni & Cheese

Oeufs colorés


Do you speak French ?
Nos amis apprennent le français. Comme ils viennent en France au mois de septembre prochain, et notamment dans le Sud, ils nous ont demandé de leur montrer à quoi ressemblait l’accent. Manu a bien quelques vagues résidus d’accent du Sud, mais c’est très léger. Moi mon imitation de l’accent du Sud est un mélange de belgo-suisse tout pourri. Minable. Donc, kékésqu’on a fait ? On a mis du Francis Cabrel. Et ils ont bien aimé. Le mari de ma copine a un métier de ouf : il est violoncelliste dans l’orchestre symphonique de Boston. Du coup, il nous offre des places gratuites pour aller se faire un petit concert, prévoit de nous inviter à un festival de musique classique cet été : SCORE !!

A la fin de la soirée, on ne peut pas échapper au moment gênant du hug. Pour dire bonjour/au revoir à ses amis, il faut leur faire un hug. Le hug remplace la bise et ressemble à un petit câlin. Mais comment faire un bon hug… Qu’il soit tendre mais pas trop ? Viril mais pas trop (pour Manu) ? Faut-il fermer les yeux ? Combien de temps doit-il durer ? Est-ce qu’on pose sa tête sur l’épaule de son ami ? Est-ce qu’on se colle complètement  ou le corps doit garder une distance de sécurité ? Moi qui déteste faire la bise pour des raisons d’hygiène, je suis encore moins fan du hug. Mais je dois m’adapter.

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

12 Commentaires

  • Répondre 24 Mar 2012

    cavoletto

    naaaaaaan, le hug non, ce serait vraiment trop. Et idem pour les pots de glace gigantesques, l’absence de pain frais et le mac ‘n cheese en boite… Et moi qui voyais boston comme une havre de paix gourmande avec des farmers markets à tous les coins de rue (je crois que le blog de Bea a contribué à me donner une vision quelque peu irréaliste de la situation… :-).
    Beh, tu pourrais écrire un bouquin sur ‘how to cook french using nothing but american supermarket ingredients’, tu ferais un tabac! 😉 (au prochain tour je conseillerais vichyssoise, boeuf bourguignon et tarte aux pommes normande :-) Plein de hugs très virtuels! :-)

    • Répondre 25 Mar 2012

      Mathilde

      Merci pour ton idée de menu, ce sera pour la prochaine fois.
      Parfois, le détour par le supermarché est efficace, même si on y voit des choses bizarres… Je montre le pire (non, il y a pire encore je pense), mais c’est vrai qu’il y a plein de bonnes choses, de marchés et de petites épiceries à Boston…

  • Répondre 24 Mar 2012

    mpp

    j’adore les questions pratiques des hugs!
    tu dois vraiment faire un hug à tout le monde? l’huissier qui sonne à ta porte, le livreur de pizzas ou encore le voisin que tu croises dans l escalier..? beurk =)

    • Répondre 25 Mar 2012

      Mathilde

      Non, tu dois avoir dépassé un premier stade de connaissances pour huguer quelqu’un. Pas de hug intempestif dans les magasins par exemple.

  • Répondre 24 Mar 2012

    Lise

    Ah ah ! gros hasard de la vie, on organise un repas français lundi soir chez moi pour éduquer un peu nos amis les étudiants américains nourris exclusivement de pizzas, hamburgers et mac&cheese et on se posait exactement la même question : qu’est-ce qui est typiquement français?
    Du coup on a opté pour une quiche en entrée, un boeuf bourguignon et des fondants au chocolat ! plutôt proche de ton menu au final !

    • Répondre 25 Mar 2012

      Mathilde

      Miam ! Les fondants au chocolat : tu vas les décorer avec plein de couleurs ?

  • Répondre 25 Mar 2012

    ycahb

    C’est pas moi la au sommet de la pyramide ?

  • Répondre 30 Mar 2012

    Julie

    Tu dois hugger tes collègues de boulot aussi? J’imagine que ça doit être un peu problématique en effet.
    Prétexte une maladie contagieuse pour passer au travers. Les américains ont très peur des microbes non? (préjugé infondé n°2).

    Julie

    • Répondre 30 Mar 2012

      Mathilde

      non !!! enfin moi je hugge ma collègue qui est une copine, mais tu connais mon désamour des marques d’affection professionnelles…

      • Répondre 31 Mar 2012

        FanTom

        Une casquette de travers, une démarche un peu travaillée (légèrement boiteuse) et hop tu checkes.

        Une illustration vidéo : http://m.youtube.com/watch?v=58BNRcI_ChU

        Big up pour le collège fou fou fou !! Je suis fan :)

  • Répondre 31 Mar 2012

    M'dame Jo

    Notre premier « dîner de couples », c’était avec nos voisins d’en face, de 25 ans nos ainés, à qui on a fait de la fondue :-)

Laissez une réponse