J’ai survécu à la bachelorette party made in USA

accessoires bachelorette party

Aujourd’hui, c’est vendredi, on s’encanaille : on va parler fiesta, alcool et débauche. Mais commençons d’abord par ce fait inéluctable : je vieillis. J’ai su que j’avais passé un cap dans la vie quand on a commencé à m’inviter à des enterrements de vie de jeune fille, mieux connus sous l’acronyme barbare d’EVJF. Un jour, j’ai reçu un email avec plein de points d’exclamation, me demandant d’apporter des vêtements type fluo, du maquillage et un chèque de 50 euros pour « un week-end de folie ». Depuis, j’ai roulé ma bosse dans divers EVJF, j’ai même fêté le mien (merci encore les copines). Mais la semaine dernière, cette bachelorette party, c’était au-delà de ce que j’avais osé imaginer.

L’enterrement de vie de jeune fille varie en fonction de la fille en question, de ses goûts (ou de ses dégoûts), et les copines s’adaptent pour concocter la fête parfaite. On sait bien que ce n’est pas la dernière fête de sa vie, mais on fait semblant qu’après elle sera cloîtrée à la maison avec un mari et des gosses. Bref, les activités varient grandement : de la très classe vente de préservatifs déguisés en clodo ou péripatéticienne (au choix), au hamman/manicure, en passant par l’atelier couture/ ronds-de-serviette/cuisine.

La bachelorette party à laquelle j’ai survécu réunissait le meilleur comme le pire de ces soirées.

  • Le meilleur : une super bande de copines prêtes à lâcher du « Whoooooo » à tout bout de champ.
  • Le pire : le thème lui-même de la soirée, une sorte d’hommage rituel et initiatique, la BITE.

Comment je m’habille

Il fait très chaud, il fait très humide, bouger est un calvaire. Je n’arrive pas à fermer ma super robe bustier rouge spéciale grands soirs : ça colle. Tant pis, je mets une robe plus sobre (mais courte quand même, faut pas déconner). Je me demande si c’est trop, ou pas assez, dur de savoir avec mes copines américaines qui peuvent sortir le grand jeu même pour aller se chercher un café (ou être en jogging dans un bar). A peine sortie dans la rue, des auréoles de transpiration se forment impunément à des endroits indus. Tant pis. C’est la canicule pour tout le monde.

Comment je me déguise

Le moment classe de la soirée a duré environ 3 minutes : j’avais rendez-vous comme la vingtaine d’autres copines de Rachel dans un bar jazzy. Ambiance contrebasse et cocktails raffinés, mais dans un coin du sous-sol, accoudées au bar, elles sont là, mes copines. Je peux pas les louper : colliers roses, mini-jupes et surtout, Rachel est affublée d’un ensemble de bijoux ornés d’organes masculins. Tout est à la gloire du phallus, certes en plastique, mais avec des détails très soignés et réalistes : du Michelangelo trashy. Tout y est : boucles d’oreille, diadème, nombreux colliers. Tout le monde a l’air de trouver ça complètement normal, donc moi aussi. Jess, qui organise la soirée, me donne tout de suite mon collier en plastique rose et un sifflet « Hottie » à mettre autour du cou. Un album des pires photos de Rachel circulent, je vais dire bonjour à tout le monde en « huguant » mes nouvelles BFF pour la soirée. C’est cool.

Comment il se déshabille

On sort du bar : dehors, nous attend notre bus-limousine, une sorte de gros van rose, avec de la musique à fond, des bacs à alcool et plein de décos sur le thème de la soirée. Direction : le karaoké. Tout le monde crie « Whoooooo ». J’aime secrètement chanter à tue-tête tout types de chanteur/chanteuses ringards, mais bon, je garde ça pour chez moi ou quelques amis fidèles. Je sens que je vais bien m’amuser. Hélas, je me rends compte de la pauvreté de mon répertoire de chansons américaines de seconde zone. Je ne connais pas grand chose, ou tout va trop vite (cf. Bootylicious des Destiny’s Child). Par contre, Like a prayer de Madonna passe comme une lettre à la poste.

Après une bonne vingtaine de chansons joyeusement massacrées, on retourne dans le bus, où nous attend Officer Sexy – un policier qui vient mettre Rachel « en état d’arrestation ». Mais le hic avec Officer Sexy, c’est qu’en dépit de son body buildage, il n’est pas extrêmement sexy : il assaille chacune des participantes à coup de lap dance effectuée le pantalon raboulotté à ses pieds, et le slibard blanc rempli de billets de 1 dollars. On est plus dans le burlesque que dans l’émoustillement – je me planque dans un coin et cause avec le chauffeur, on sirotte une bière tiédasse avec une paille à la forme là encore inspirée de la thématique de la soirée. Puis Officer Sexy rejoint sa brigade après avoir effectuer sa besogne. Le bus redémarre.

Fin de soirée plus classique : on va danser, on boit des cocktails fluos et je m’échappe trop tôt pour cause de « Je travaille demain ».

Bachelorette party

La bachelorette party, avant / après

La bachelorette party n’est qu’une étape dans le très long processus du mariage : il y avait déjà eu une fête de fiançailles (engagement party), une remise des cadeaux à la future mariée (bridal shower), la bachelorette, la répétition du repas puis enfin, le jour J du mariage. J’en oublie sûrement, allez faire un tour sur le blog de Sarah, qui vit à Philadelphie, et qui détaille ce programme qu’elle vit en ce moment-même !

Bachelorette

C’est le début des festivités ! On est encore toutes normales et on tape la pose de façon très naturelle.

Je ne sais pas si ce genre de thématique existe en France (dites moi !) mais je n’avais jamais autant vu de produits dérivés – pailles, ballons, cupcakes, stickers, colliers, boucles d’oreille, pinata, et j’en oublie des tonnes – sur le thème choisi ce soir-là. Drôle de business ! Et vous, quels sont vos meilleurs/pires souvenirs d’EVJF ?

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

21 Commentaires

  • Répondre 11 Jul 2013

    Marie

    Ah bravo, je me suis bien marrée à lire ton article ! Belle description 😉
    Les bachelorette party ou Evjf version trashy, j’y ai été confrontée de près à Dublin et ça m’a marquée… Les anglaises débarquent pour le temps d’un week end pour faire la tournée des bars avec des tenues « mini », des tee shirts « horny devil », des cornes sur la tête et différents accessoires. Elles sont tellement extrêmes dans leur consommation d’alcool qu’elles se font même refuser l’entrée de certains pub.
    Je vais découvrir la version US l’année prochaine car une copine va se marier mais nous la ménagerons, et par la même occasion nous aussi (effet trentaine, on a du mal à se remettre)

  • Répondre 12 Jul 2013

    Nadege@Miami

    Ahah génial ! En plus j’adore le film !

  • Répondre 12 Jul 2013

    La Madame

    Mouahahahah! Moi j’ai échappé à ça, ouf! :) De toute façon, j’ai pas l’impression que ça se fasse trop en France : je n’aurais pas apprécié me trimballer avec des bites partout! LOL

  • Hello,
    Le pire: C’est que je n’y ai jamais pris part! Snif!

    Bonne journée,
    Mystinguett

  • Répondre 12 Jul 2013

    baabochon

    En suisse ça devient de plus en plus fréquent. Y a pas un samedi en ville où il n’y a pas une bande de nanas (ou mecs…) déguisé(e)s en train de vendre des trucs ou d’avoir des gages à exécuter. (je me suis retrouvée à devoir danser le « harlem shake » dans un Starbucks, le tout filmé par tous les potes du marié…le marié devait trouvé des volontaires ^^)
    J’ai aussi participé à qqs bachelorette, mais heureusement, pour la plupart c’était très tranquille et sans « zizi-capotes ». J’ai d’ailleurs déjà averti mes amies. Si elles m’organisent un truc du genre déguisé/déjanté, je prends la fuite ;o)

    • Répondre 15 Jul 2013

      M'dame Jo

      Je crains que l’humiliation ait fait partie des EVJF depuis bien longtemps (du moins en Suisse, ma seule expérience :))

  • OMG!!! En même temps, ça doit être drôle à vivre au moins une fois (à condition de ne pas être la bachelorette!). Moi je suis bien contente d’avoir échappé à tout ça en faisant un mariage express. Les copines n’ont rient eu le temps de prévoir! Ouf!

    • Répondre 12 Jul 2013

      Mathilde

      Mon mariage était express aussi – enfin apparemment moins que le tien, mais mes copines ont eu le temps de me faire une vraie journée sympa ! l’important, c’est que ce soit adapté aux envies de chacune ? Si elles m’avaient déguisée et fait faire des gages, je crois que je n’aurais invité aucune d’entre elles après 😉

  • Répondre 12 Jul 2013

    MissCarole

    Pas eu d’EVJF car habitant en GB a l’epoque, j’avais vraiment peur de que les soi-disant amies pourraient prevoir! As-tu vu l’episode 229 de Friends « The One when the stripper cries »? C’est un must!

    • Répondre 13 Jul 2013

      Mathilde

      Non !! connais pas, ou me souviens pas. Je vais aller fouiner sur le web pour le trouver…

  • Répondre 12 Jul 2013

    Sarah

    Haha, Contente de ne pas avoir été la seule a être un peu embarrassée de boire a travers une paille en pénis! Surtout que je sors avec leur frère…
    Merci pour le lien!

    • Répondre 13 Jul 2013

      Mathilde

      De rien ! ça m’a rassuré de voir aussi que je n’étais pas la seule « prude » de service. Enfin, on s’est bien marré quand même, c’est juste qu’il n’y a pas trop de limites !!! bonne fin de préparatifs de mariage !

      • Répondre 15 Jul 2013

        Sarah

        Bon, c’est pas moi qui me marie mais merci quand même! Le mariage a eu lieu, il y a plus qu’a écrire l’article :) !!!!

  • Haha! Trop fort de tester une vraie bachelorette party américaine! Je crois qu’en France, les EVJF s’adaptent beaucoup plus au gouts de la futures mariées alors qu’ici j’ai l’impression qu’il faut systématiquement que ce soit un minimum trash!

  • Répondre 14 Jul 2013

    Mag à l'eau

    Déjà j’aime pas les mariages, alors les trucs avant, n’en parlons pas. Par chance pour moi, ma génération a évité ça.
    Mais le pire, que j’ai découvert dans les séries américaines, c’est la « répétition » du mariage. Je trouve ça d’une tristesse…

    • Répondre 15 Jul 2013

      Sarah

      En fait c’est pas vraiment une répétition du mariage au sens propre. Ça permet juste au prêtre d’expliquer comment va se dérouler la ceremonie. Il faut bien que les demoiselles d’honneur sachent dans quel ordre arriver, ou se placer etc. Et aussi certains membres de la famille font des lectures de textes. Il faut bien qu’ils sachent quand c’est leur tour, non? La répétition, seulement les acteurs clés du mariage (témoins, demoiselles/garçons d’honneur, les futurs époux, prêtres et lecteurs) y sont présents C’est pas tout le monde qui se pointe!

      Les séries américaines ne refletent pas toujours la réalité la plus exacte

      • Répondre 15 Jul 2013

        M'dame Jo

        Ce n’est pas aussi un moyen d’accueillir les membres de la famille qui viennent de loin ?

        • Répondre 15 Jul 2013

          Sarah

          S’il ne participent pas a la ceremonie, ils ne sont en général pas présent. S’ils viennent de loin c’est sympa de les inviter au dîner qui s’en suit mais pas a la répétition elle-même

          Les non-participants présents sont: les parents des futures époux, les grands-parents, les parents des enfants qui aident le prêtre évidemment et les +1 des demoiselles/garçons d’honneur entre autres

      • Répondre 17 Jul 2013

        Mag à l'eau

        Merci pour les explications Sarah, tu me rassures. Un peu… Parce qu’en France on fait quand même plus simple pour la préparation. Enfin, on faisait en tous cas.

        • Répondre 13 Aug 2013

          Sarah

          Pas de problème! J’en ai fait un article pour plus d’info!

  • Répondre 23 Mar 2014

    Lea

    C’est assez calme finalement^^ quand je me suis marié, c’était un peu plus osé on va dire, les penis n’était pas de la décoration^^

Laissez une réponse