« Inspiring » // Les discours de fin d’année dans les universités américaines

Harvard University Cambridge-5
Harvard

C’est la fin de l’année universitaires aux United States of America, et Boston au mois de mai concentre, dans ses rues et ses parcs aux abords des nombreuses universités, de jeunes étudiants fraîchement diplômés. Vêtus de leur toge en polyester rouge ou noir, voire les deux, du velours pour les plus avancés, un chapeau carré bien pointu aux quatre angles, ils sont pris en photo par leurs parents, fiers de leur progéniture, et délestés de quelques centaines de milliers de dollars après ces 4 années d’études, voire plus.

L’avenir leur appartient, ils ont le moral boosté au maximum grâce aux nombreux discours prononcés pendant les fêtes de fin d’année. Les universités rivalisent de prestige en invitant des personnalités qui déclament des discours super inspirants*  (* le mot Inspirant, c’est un peu comme Excitant : deux mots qui sont apparus en français dans la catégorie des anglicismes gênants)

Voici un tour d’horizon condensé de ce que les étudiants ont pu entendre à Boston, et ailleurs, en cette fin d’année universitaire 2017. Chaque discours reflète une conception du monde parfois aux antipodes.

Yale University - Ivy League 2

Ambiance « We are the World »

Orateur : Mark Zuckerberg
Université : Harvard
Son discours à lire sur la gazette de Harvard

L’ancien étudiant de Harvard, qui n’a pas obtenu son diplôme de fin d’études à l’époque, revient sur le campus dix ans plus tard, avec une entreprise énorme qui a changé la face du monde, qu’on le veuille ou non : Facebook. Mais ce n’est pas ça qui l’intéresse. Son discours est comme un excellent article de blog : c’est personnel, bourré d’anecdotes auxquelles son auditoire peut complètement s’identifier (les salles de cours, la gêne de mettre son tee-shirt à l’envers, se faire des amis pendant les études), il y a une histoire (la sienne) mais qui dépasse le cadre de l‘ego trip, car il parle de nous, du monde, de raison d’être « Le but pour notre génération est de créer un monde où chacun a une raison d’être ».

Après il balance d’autres phrases qui feraient bien en copié-collé sur des photos de lac de montagne, super inspiring comme « C’est bien d’être idéaliste. Mais soyez prêts à être incompris » ou « Faisons les choses en grand, pas seulement pour le progrès, mais pour une raison d’être ». Bravo Mark ! C’est du 100% génération millenial : créer du sens, quelque chose d’authentique, une communauté, avec une once de politique par-dessus le marché. La rumeur dit qu’un jour il voudrait être président des Etats-Unis.

Mon avis : Harvard invite toujours du beau monde parmi ses speakers, l’université n’est pas la plus ancienne/riche/élitiste des Etats-Unis pour rien. Mais quand j’écoute le fondateur de Facebook, je me demande toujours s’il n’y a pas 100 sous-entendus à la seconde qui nous feraient basculer encore plus dans un monde dirigé par Big Brother. Ça attise ma fibre parano.

Ambiance Tech & Rêve américain

Orateur : Tim Cook
Université : MIT

Le boss de Apple sera l’invité de la célèbre école polytechnique du Massachusetts le 8 juin 2017. En attendant de savoir ce qu’il va raconter, on se souvient de Steve Jobs, le fondateur de la marque, qui avait fait un discours devenu célèbre en 2005 à Stanford en Californie, dans lequel il racontait son histoire (là encore, du storytelling à fond !) : abandonné à la naissance, il n’a pas fini ses études, il s’est fait virer de sa propre entreprise et il est atteint d’un cancer. Malgré toutes ses difficultés, il a trouvé sa voie, fondé une entreprise qui marche, et il a trouvé l’amour… C’est beau comme une success story à l’américaine, ça motive les étudiants vers l’infini et au-delà.

Mon avis : comment faire mieux que Steve Jobs qui a délivré là LE discours inspiring par excellence ? Dur. Mais Tim Cook a sa propre histoire à raconter : il est gay, il l’a dit ouvertement, et il est patron d’une des plus grosses boites du monde, ce n’est pas rien surtout quand on voit qu’un des autres speakers n’est autre que Mike Pence, chrétien extrémiste homophobe.

Ambiance désobéissance

Orateur : Sally Yates
Université : L’école de droit de Harvard

Sally Yates a travaillé pendant près de 30 ans au département de  Justice des Etats-Unis, elle s’est fait virée par Trump il y a quelques semaines quand elle a refusé de mettre en place le ban des voyageurs venus de 7 pays principalement musulmans début 2017.

Mon avis : un choix politique pour Harvard ? On ne peut pas nier (1) que c’est une experte dans son domaine et qu’elle est légitime pour parler à de futurs avocats, juges, etc. (2) que les universités américaines sont en très large majorité contre Trump, finalement, ce n’est pas un « coup de pied dans la fourmilière » que de l’inviter ? Quoiqu’il en soit, j’ai beaucoup aimé en savoir plus sur cette personnalité brillante, notamment en lisant son portrait dans The New Yorker.

Ambiance discorde

Orateur : Mike Pence
Université : Notre-Dame, dans l’Indiana

Mike Pence, le très religieux vice-président de Trump, a été chahuté pendant son discours. L’Indiana, c’est pourtant son Etat : il y a été gouverneur et représentant au Congrès. Mais ça n’a pas empêché une partie de l’assemblée de se lever pendant son discours pour protester contre ses actions homophobes et anti-immigrants.

Mon avis : courageux et indispensable quand on est étudiant là-bas.

Ambiance lutte des classes

Orateur : Bernie Sanders
Université : Brooklyn College
La retranscription de son discours

Bernie Sanders, le sénateur du Vermont et candidat malheureux des démocrates à la présidentielle de 2016, a su créer un mouvement engagé – attention aux gros mots aux Etats-Unis – presque socialiste. Dans son discours, il a rappelé le passé de sa famille modeste, et de son père qui a fui la Pologne anti-sémite à l’époque. Puis il a utilisé à nouveau sa célèbre formule : 1% de la population américaine possède 90% des richesses, pour inviter à l’engagement plutôt qu’au défaitisme.

Mon avis : c’est toujours la même rengaine avec Bernie, mais ça fait du bien de l’entendre

✏ Et vous, les étudiants fraîchement diplômés aux USA, vous avez eu droit à de beaux discours ?

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

Commentez en premier