Camper à Yellowstone : mes 8 astuces de survie

Camper à Yellowstone - au coin du feu

Quand on a préparé le voyage de cet été, on s’y est pris à la dernière minute. On avait les billets d’avion depuis un moment, mais seulement une vague idée du circuit, et pas d’hôtels réservés. Je voulais juste absolument aller à Yellowstone, et j’avais lu que c’était souvent cher et complet partout, assez vite. L’idée de camper a commencé à faire son chemin : on s’est dit que si on avait une tente et des sacs de couchage, on pourrait toujours dormir quelque part. J’ai cherché des campings, ça avait l’air faisable. Camper n’est a priori pas vraiment ma tasse de thé. J’en ai une expérience limitée, mais pour avoir l’air cool et vivre l’expérience des parcs nationaux à l’américaine, j’ai fait comme si je trouvais que c’était une idée excellente.

Quelques vérités apprises sur le camping

  • camper, c’est être forcé à aimer la nature, et les bruits de la nature. La nuit, on a eu droit au brame des cerfs, un bruit assez effrayant qui ressemble à des loups hurlant (du moins tel que je l’imagine). Plus la nuit avançait, plus je dormais profondément, et les bruits semblaient se rapprocher de la tente, devenir plus forts, dangereux. J’étais tellement crevée que je me disais juste, tant pis, venez nous piétiner dans notre tente en plastique, je suis trop fatiguée pour lutter.
    Niveau d’expertise camping : 80% – j’ai dormi dans les bois, mais j’ai quand même mis des boules Quies.
  • faire du feu, c’est vraiment bien. Dès que la nuit tombait, vers 20 heures, la température descendait de 30°C à un petit 8-10°C – même moins au fil des heures. Le camping était situé à plus de 2000 mètres d’altitude, détail qui nous avait échappé. Heureusement, il y avait un foyer à disposition sur notre emplacement de camping, et il fallait donc faire du feu – enfin c’était surtout Manu qui ressentait l’appel de la forêt, c’est son côté homme des cavernes. Boire une bière face aux flammes qui crépitaient, lever la tête et voir les étoiles, c’était honnêtement le meilleur moment du camping.
    Niveau d’expertise camping : 60% – le feu ne prenait pas, Manu a demandé une bûche enflammée et du carton aux voisins.
  • ne jamais perdre des yeux la nourriture. Le dernier jour, avant de ranger la tente, j’avais préparé des tartines peanut butter et confiture, les fameux PB&J (parfaits pour les journées de rando, ça cale) et des tartines de Nutella. Après avoir plié la tente, je reviens vers la table de pique-nique, et un chipmunk part en courant à toute allure : il avait crotté sur nos tartines de Nutella.
    Niveau d’expertise camping : 40% – j’aurais dû faire des oeufs et du bacon pour un vrai petit déj nature.
  • utiliser les boîtes anti-ours. De grandes caisses étaient mises à disposition pour stocker toute la nourriture. Le ranger à l’entrée du camping nous avait assuré qu’on pouvait tout laisser dans notre coffre de voiture, en insistant, par contre, sur le fait de ne RIEN laisser dans la tente. Rien d’odorant dans la tente, pas de produit de beauté, etc. Mais question : que faire des chaussettes et des chaussures de rando en fin de journée ? On a laissé nos chaussettes dans la tente, tant pis, et on avait toutes nos affaires dans le coffre de l’auto, les boîtes à ours autour de nous étant toutes occupées. Le lendemain matin, on a retrouvé le coffre de la voiture grand ouvert, on avait sûrement dû roule-bouler sur les clés de voiture pendant la nuit.
    Niveau d’expertise camping : 10% – une erreur assez bali-balo, mais aucun mort n’est à dénombrer.
  • prendre une douche chaude le matin. On s’est tellement gelé pendant ces 4 nuits de camping, que prendre une douche chaude le matin, c’était aussi bon qu’un luxueux spa + massage de 60 minutes. Au camping où on était, on avait droit à une seule douche par jour. Donc c’était soit (1) on prend une douche le matin pour se réchauffer, soit (2) on prend une douche le soir après la longue journée de rando. Le camping n’étant pas la fête du glam, on avait choisi l’option n°1.
    Niveau d’expertise camping : 30% – on aurait dû ne pas se laver du tout.
  • avoir une lampe frontale. J’ai trouvé cet accessoire révolutionnaire, même s’il donnait un look douteux, et laissait une marque rouge sur le front.
    Niveau d’expertise camping : 100% – c’est le signe de reconnaissance entre campeurs avertis.
  • aller quand même au resto du camping. Après avoir joué aux apprentis campeurs, manger au resto du camping semblait la sortie la plus fun de l’année. Car quand la nuit tombe vers 20 heures, il fait nuit noire, complète, pas un pet de lumière naturelle et pas d’éclairage public au beau milieu de la nature. La température baissait petit à petit, il faisait froid, les bruits de la nature nous entouraient. Que faire ? Le resto du camping était un refuge. Ce n’était pas la meilleure nourriture du monde, mais c’était mieux que nos sandwichs. J’avoue : boire une petite bière ou deux encourageait ensuite à rejoindre l’intérieur de la minuscule tente.
    Niveau d’expertise camping : 5% – la prochaine fois, parole de scout, on aura tout ce qui faut pour cuisiner au-dessus du feu.
  • ne jamais refuser un sac de couchage « trop chaud ». Avant de partir, on avait récupéré du matériel auprès d’une copine qui avait beaucoup campé un peu partout aux Etats-Unis. Elle avait du matos de pointe : une tente ultra légère, des accessoires de cuisine, des sacs de couchage, des tapis de sol, une lampe frontale. Elle m’a tout donné dans un grand sac à dos, lors de la passation de l’outillage dans un joli coffee shop bostonien, loin de toute nature hostile. Au moment de faire les bagages avec Manu, on a laissé tomber le matériel de cuisine : c’était du niveau 2. J’ai refusé de prendre le très gros sac de couchage anti-froid, le « léger » suffirait, pensais-je, ignare. Je m’en suis mordu les doigts, malgré mon pyjama bonhomme Michelin : j’étais habillée comme quand je fais de la rando en plein hiver de la Nouvelle-Angleterre, mais en restant immobile sous la tente, j’imagine que ça n’aidait pas à se réchauffer.
    Niveau d’expertise camping : 90% – je dis bravo moi-même d’avoir survécu à tout ça. 4 NUITS !

tent - yellowstone national park

Tente extra-légère d’été

yellowstone national park - entrance

Notre camping à Yellowstone

On était au Grant Village Campground, près du lac Yellowstone, qui n’est ouvert que pendant l’été. La nuit coûte 27$, incluant un pass pour les douches (une par jour par personne). Ce qui a de bien avec le camping, c’est que on peut :

  • être dans le parc dès le matin et jusqu’à tard le soir, sans avoir trop de route donc pour rejoindre le parc si on dort à l’extérieur (même si Yellowstone est immense et qu’il y a de toute façon beaucoup de route)
  • avoir une réservation à la dernière minute. Ce n’est pas le cas de tous les campings, et ça doit dépendre de la saison, mais on a réservé 15 jours avant de partir, et c’était suffisant.
  • vivre l’expérience à l’américaine ! Le camping a l’air d’être une véritable passion pour les Américains, pour le côté « fan de la nature ». La plupart de nos amis américains ont été en camps d’été quand ils étaient jeunes avec des thématiques variés et parfois incongrus. Certes, ce n’est qu’un échantillon d’Américains, mais j’ai l’impression qu’il y a un vrai engouement et une certaine familiarité avec le camping nature, cuisiner au coin du feu…

Camper à Yellowstone - table de pique-nique

J’étais vraiment contente de revenir à mon petit confort  après ces 4 nuits à Yellowstone. Après notre dernière nuit là-bas, le lendemain soir on a dormi dans un motel dans l’Idaho, dans la charmante petite ville de Montpelier. Le motel était assez basique mais l’idée de dormir dans un vrai lit, et d’avoir une salle de bains à disposition à moins de 3 mètres de moi, je trouvais ça le luxe absolu. Et puis finalement, alors que je m’étais promis de ne plus camper pendant un long moment, je suis retournée camper au début du mois d’octobre dans les White Mountains

Et vous le camping, c’est l’amour ou la haine ? Si vous avez visité Yellowstone, où est-ce que vous avez dormi ? C’était comment ? 

Retrouvez le sommaire du road trip dans le nord-ouest américain sur cette page, et depuis fév. 2015, une nouvelle page présentant le camping aux USA, avec un peu plus d’expériences…

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

22 Commentaires

  • Répondre 29 Oct 2013

    Max

    Nous avons campé cet été à Yellowstone, au Canyon Campground exactement, pendant une semaine. L’emplacement était superbe, au milieu de la forêt, avec deux terrasses parfaitement adaptées pour les trois tentes de la famille, la table et le firepit contractuels, comme partout aux Etats-Unis. Nous campons toujours en Amérique du Nord. En fait, nous campons toujours, partout, depuis une quarantaine d’années. C’est un réflexe, une sorte de besoin même, de nous retrouver au contact direct du sol, de la Terre, de la maman quoi. A Yellowstone ou ailleurs, le camping nous a encore comblé pendant ces deux mois d’été à ravauder le Northwest. Ce qui ne nous empêche pas non plus de pratiquer le motel, pour le plaisir du confort et pour le divertissement…

    • Répondre 31 Oct 2013

      Mathilde

      Superbes expériences Max !
      Après avoir campé de nouveau dans les White Mountains, je me dis que cette expérience est à renouveler !

  • T’as carrément mis des boules Quies ?! Ça, c’est une sacrée marque de confiance dans la nature !
    Quand on a campé à Yosemite, j’avais les yeux et les oreilles grands ouverts, à l’affût ! 😉

    • Répondre 31 Oct 2013

      Mathilde

      ah ! je n’avais pas réalisé que c’était aussi warrior spirit d’avoir fait ça. Mais bon, la nuit je dors – même au milieu du brame racoleur des cerfs et autres chimpmunks fous

  • Répondre 30 Oct 2013

    Cindy

    Quelle expérience fantastique !!! Je rêve de faire la même chose, un jour prochain j’espère… ^_^

  • Ahaha. Sur la dernière photo, t’as une bonne  » tête de camping « 

  • Répondre 26 Apr 2014

    Mathilde

    Je prévois de camper fin juin à Yellowstone, au Grant Village également. Par contre c’était un peu la déconvenue car tous les campings sont déjà pleins à certaines dates, alors que notre voyage n’est que dans 2 mois et hors vacances scolaires.
    Du coup je n’ai réservé que pour quelques nuits, les premières (bizarrement chez eux ce sont les week end où il y a de la place…). On essaiera de se trouver une place dans les campings sans réservation où c’est « premiers arrivés, premiers servis », pour les autres jours.
    Etant déjà sur place on devrait pouvoir arriver à un camping de bonne heure et se trouver une place !

    • Répondre 26 Apr 2014

      Mathilde

      Ah mince, bon juin et juillet, c’est vraiment la haute saison… j’y étais fin août. Good luck avec le camping, comme tu dis, en arrivant tôt, je pense qu’il y a moyen d’y arriver, sinon prenez un permis pour du back country camping – du camping en pleine nature.
      Bon voyage !

  • Répondre 6 Jul 2014

    ELODIE

    Bonjour,

    Je pars au mois d’aout à yellowstone, et je voulais en savoir plus sur ce permis de camping en pleine nature, où peut on l’obtenir?

    Merci

  • Répondre 9 Aug 2014

    Audrey

    Salut Mathilde !

    Ca fait un petit moment maintenant que je suis tes aventures, c’est très drôle et surtout très intéressant ! en effet, je pars en avril pour les « states » et je vais bien sûr aller faire un tour à Yellowstone.. petite question cependant : ils acceptent les fourgons aménagés dans le parc ?

    Merci de me répondre si tu as deux minutes à me consacrer dans ta vie trépidante de baroudeuse ! 😉

    Sinon bonne continuation :-)

    Audrey

    • Répondre 11 Aug 2014

      Mathilde

      Coucou Audrey, Le mieux est que tu envoies ta demande au ranger de Yellowstone, ça peut prendre un peu de temps pour qu’ils te répondent, mais à chaque fois qu’on avait des questions pour les national parks, on nous a répondu. Ce sera plus fiable si tu veux une réponse sûre à 100%
      Bon voyage !

  • […] Camper à Yellowstone : mes 8 astuces de survie | Le Blog de Mathilde aux USA. Quand on a préparé le voyage de cet été, on s’y est pris à la dernière minute. […]

  • Répondre 5 Jan 2015

    audrey

    Bonjour Mathilde ! Je pars au mois d’aout aux USA et on a prévu avec mon chéri et mon fils de 4 ans de camper pendant 5 nuits au yellowstone . Penses tu que c’est adapté pour un kiki de son âge ? le confort… le froid la nuit… On se demande s il vaut mieux venir avec notre matos ou alors tout acheter sur place ( a part peut être les duvets bien chauds ) dans des chaines genre  » wallmart « . Sinon est ce que tu peux me conseiller un camping sympa et surtout le mieux situé pour pouvoir bien visiter le parc ? Penses tu qu il vaut mieux sejourner dans plusieurs campings ou pas forçément ? Que de questions !!! 😉 Merci en tout cas pour cette page très instructive !

    • Répondre 5 Jan 2015

      Mathilde

      Hello Audrey,
      Les campings américains sont en général bien fichus : un emplacement assez grand, un trou pour faire du feu, et le camping dont je parle dans l’article a des sanitaires un peu partout et un grand « centre » de douches, des animations par les rangers le soir (pas type Club Med, plutôt des présentations du parc ou des animaux).
      Il fait froid l’été la nuit dans le parc qui est situé en altitude… même si le relief est plat.
      Pour ce qui est d’acheter du matériel, je connais très mal les Walmarts (je n’y suis allée qu’une seule fois pour acheter une glacière), je dirais plutôt d’aller dans un REI (magasin de « outdoors ») ou d’arriver avec votre propre matériel de base.
      Le camping où nous étions est très central dans Yellowstone, proche du lac, c’était le Grant Village – mais sache que le parc est immense : pour rejoindre le nord-est du parc, là où se trouve le Grand Canyon du Yellowstone, il y a environ une heure de route.
      Bon voyage !

    • Répondre 27 Jun 2016

      Matybouch

      Bonjour Audrey,
      Est-ce que vous avez finalement réalisé ce voyage avec votre kiki de 4 ans ?
      Nous souhaiterions partir au mois d’août cette année,
      Serait-il possible que nous échangions sur votre expérience ?
      Merci,
      Mathilde B.

  • Répondre 18 Feb 2016

    Dorette

    Salut !

    J’adore lire tes articles ils aident beaucoup .
    On prevoit de faire Yellow Stone cette été aussi mais comment ca ce passe niveau matériel de camping puisque vous y êtes allez en avion ? Vous l’avez loué ?

    Merci :)

    • Répondre 18 Feb 2016

      Mathilde

      Merci Dorette ! Si tu viens pas Boston, viens faire une visite de la ville avec moi !
      On est venu en avion, avec notre matériel. La seule chose qu’on ne peut pas transporter, ce sont les bouteilles de gaz, à acheter sur place.

  • Répondre 27 Jun 2016

    Matybouch

    Bonjour Mathilde,
    Nous souhaiterions partir à Yellowstone en Août cet été avec notre petit de 2 ans.
    On s’y prend à la dernière minute et du coup tous les logements en dur sont pris.
    Nous aimons bien le camping en tente, mais ça sera une première avec minipousse.
    J’avoue que le fait que tu es eu très froid me fait peur, serait-il possible que nous échangions sur ton expérience ?
    Merci,
    Mathilde B.

    • Répondre 27 Jun 2016

      Mathilde

      Coucou, si on a eu froid, c’est qu’on était mal équipé, nos sacs de couchage étaient spécial été, et pas prêts pour des températures à 5-7°C. Depuis, on a changé de matériel, et on a campé dans des températures beaucoup plus fraîches, sans souffrir du froid du tout. C’est vraiment une question de bon matériel !
      Bon voyage,
      -Mathilde

Laissez une réponse