(Backstage #3) Au pas de course dans le Grand Canyon

Grand canyon Arizona

Backstage : ces photos de road trip qui ne racontent pas toute l’histoire
On revient toujours de vacances avec de belles photos comme des trophées des aventures passées. Mais derrière certaines photos, il y a parfois des histoires pas toujours très glamour, parfois marrantes, parfois gênantes, ou complètement flippantes. Et ce sont finalement souvent les meilleurs souvenirs de voyage, ceux qui restent et qu’on adore raconter. Pendant tout le mois d’août, du lundi au vendredi, retrouvez une de ces histoires « backstage ».

Backstage, épisode 3
Au pas de course dans le Grand Canyon

☞ La photo ci-dessus nous montre l’aventure au cœur d’un des paysages les plus connus des Etats-Unis, le Grand Canyon, mais au-delà du cliché, on a souffert pour prendre cette photo.

Quand : août 2012
Lieu : le Grand Canyon, Arizona
L’article de blog à lire : Le Grand Canyon, vertigineux

Il fut un temps où je n’étais jamais partie en road trip aux Etats-Unis. J’avais bien fait le tour en voiture du Portugal, de l’Andalousie ou de la Sicile, mais le terme road trip colle mieux à mon goût aux Etats-Unis : les distances et les paysages sont juste plus grands, et puis c’est en english. Mon tout premier road trip dans l’ouest américain a eu lieu en août 2012, et on y est allé avec nos besties Léo et Pierre, débarqués de Paris. Tout était préparé à l’avance – sauf une nuit, on ne faisait pas de camping – sauf dans des cabanes en bois, on écoutait les mêmes musiques en boucle – c’était l’été de Call me maybe. On avait prévu, en bons débutants, une seule journée par parc national : 1 journée pour Bryce, 1 journée pour Antelope, 1 journée pour Zion, et 1 seule journée pour le Grand Canyon. Or quiconque vous dit qu’il a « fait le grand canyon » en une journée, selon l’expression consacrée, est soit un champion du monde de randonnée, soit juste un autre touriste qui a veni, vedi, clicki.

On était complètement foufou d’être arrivés au Grand Canyon. Vu et revu sur des images depuis des années, notamment sur un calendrier que mes cousins vivant en Arizona quand j’avais 10 ans avaient envoyé à mes sœurs et moi comme cadeau de Noël. Ce matin-là, depuis notre motel de l’Utah, on a roulé 2h pour arriver côté nord du Grand Canyon, on a fait une première marche en longeant le bord, 2 petites heures agréables, et on avait prévu le soir d’aller voir le coucher de soleil sur la pierre rougeoyante. Le programme était serré, on voulait en voir le plus possible, dans la mesure des 8 heures allouées pendant la journée. Et le soir, il fallait se refaire 2 heures de route pour rentrer au motel.

Manu, qui a la particularité, entre autres, d’avoir un enthousiasme quasiment infaillible, voulait caser une autre marche dans cette journée déjà bien remplie pour descendre dans le canyon.

Tout le monde était crevé, et les 2 amis qui voyageaient avec nous ne semblaient pas très motivés pour descendre, moi non plus à vrai dire, mais les lois sacrées du mariage et surtout du randonneur m’empêchaient de laisser Manu marcher seul. Je l’ai donc suivi, laissant Léo et Pierre assis sur un rocher, contemplant l’immensité du canyon.

Pour Manu et moi, l’aventure commençait : pour ne pas faire attendre nos copains trop longtemps, on s’est mis à courir dans le canyon, en évitant les crottins d’âne qui jonchaient le sol tous les 5 mètres.

Echevelée, bouillante de chaleur, en baskets et en mini-short en jean, je courais dans le Grand Canyon comme si j’étais une ultra-marathonienne confirmée. J’ai bien fait du cross quand j’étais au collège mais je me contentais de courir dans la forêt, avec comme seule difficulté quelques racines.

Le Grand Canyon est composé de 4 ou 5 grosses strates de roche, on a décidé de ne descendre qu’une seule strate : on est arrivé après 45 minutes à la strate inférieure. On prend une photo, clic clac, c’est LA photo ci-dessus avec le pont au loin, on en a chié pour la prendre, merci de la contempler pendant quelques secondes, et hop, c’est déjà l’heure de remonter, pas le temps de faire une pause plus longue. On est toujours au pas de course, mais comme ça monte, on y va tout de même un peu plus mollo.

A chaque virage je me demande pourquoi on fait ça, pourquoi je suis pas restée là-haut, je peste intérieurement. Est-ce qu’on peut mourir d’une crise cardiaque à 28 ans ? Manu a le genou tout déglingué, et s’il se fait vraiment mal, j’ai deux options 1) le traîner, ou 2) plus probablement, le laisser.

Quand on arrive tout là haut, les copains, tout frais et joyeux, nous attendent « On n’a pas vu le temps passer ».

Bilan : la prochaine fois on loue un âne pour descendre, ou on reste au moins 2 jours au Grand Canyon.

A gauche, la chemin pour remonter // A droite, le spot pour attendre tout tranquille face au Grand Canyon
▶ Rendez-vous demain pour l’épisode 4 de la série « Backstage », où on verra comment on a appris à nos dépends la dure réalité du camping en altitude à Yellowstone.
Facebook
Pinterest
Twitter
Email
Mathilde

Mathilde

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société. Suivez-moi sur Instagram, Twitter, Facebook ou Pinterest.

21 réflexions au sujet de “(Backstage #3) Au pas de course dans le Grand Canyon

  1. Quel bonheur ! Un message tous les jours. Toujours pétillant, et cadeau : l’expérience.
    Je suis heureuse de vous lire et de partager ces moments épiques.

  2. Cette série d’articles est juste géniale ! Je n’ai pas encore pris le temps de commenter, mais il était temps de te le signaler. Merci de nous faire voir l’envers du décor, avec ce que ça implique de mésaventures. 🙂 xx

  3. Ahaha je me reconnais bien dans cet article ! Entre le fait que, nous aussi en bon débutant nous n’avions prévus qu’une seule journée pour voir le Grand Canyon (et du coup, nous n’avons pas tenter de rando à mon plus grand regret !) ou les fois où, à vouloir en faire trop, on se retrouve à faire ses randos en courant pour éviter que le soleil ne se couche… On apprends après ça et on programme moins de choses !

    • Oui je pense qu’on commence tous comme ça, certains juste pour mettre un check « j’ai vu/j’ai fait », d’autres en se disant que l’exploration de fond sera pour une autre fois ?

    • Merci Claire ! n’hésite pas à raconter une de tes expériences sur un autre article si ça te rappelle des souvenirs

  4. Très chouette série, c’est désormais mon petit rendez vous du matin ! Et ces photos …. non mais waouh !

  5. J’adore cette série d’articles ! Tellement tellement ! Merci de pimenter mon été au boulot 🙂
    Et j’ai biiiiiien regardé la première photo ahah !

  6. Hahaha! J’adore cette série d’articles, et te lire tous les jours est un réel plaisir ! J’ai terriblement hâte d’être à demain pour lire la suite !
    Merci d’embellir nos journées avec ces éclats de rire !

  7. Bonjour à tous, c’est moi la grosse feignasse qui suis restée mon cul sur le rocher !! 😉 Merci Mathilde pour ce super souvenir. Effectivement ce petit promontoir était des plus agréables et je vous revois encore remonter tous rouges de votre folle course ! N’empêche que c’était trop beau cette face nord !!

  8. ahah j’ai l’impression de me lire : débutants aussi, on avait prévu 1 journée pour chaque parc (en même temps le dilemme c’est qu’on a envie de tout voir, c’est duuur de devoir choisir !). Et nous aussi on a descendu une partie du Grand Canyon et on en a c*** pour remonter 😛

    Super idée d’articles, c’est très agréable à lire, merci !

  9. Ahaha nous l’erreur au Grand Canyon c’était d’imaginer des hôtels à des prix accessibles à moins de 2h de route.

    Du coup ça a été camping dans la voiture de location… au moins t’es prêt pour le lever du soleil à 4h du mat.

    • Oui la région – et tous les Etats-Unis en général – sont assez chers. Je rencontre parfois des gens qui se rappellent de l’époque des motels à 50$ la nuit, c’est fini hélas ! (il y a toujours le camping !)

  10. ahahah ! je crois que ce genre de mésaventures est assez classiques aux USA !
    j’ai une connaissance qui a fait un tour incluant yellowtsone /grand teton / parcs de l’utah et grand canyon en 1 semaine !!!!!….
    Moi je rêve de passer au moins 5 jours dans Grand canyon pour y randonner en autonomie à partir du refuge dans le fond du canyon.
    J’ai randonné 5 jours en autonomie (tente, bouffe lyophilisée, boîte à ours et pompe à eau pour boire de l’eau filtrée) dans Yosemite et c’était juste ouf. J’ai personnellement besoin de prendre mon temps pour apprécier un voyage et je préfère voir peu mais explorer beaucoup un seul coin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.