Rencontre avec Diane, américaine et expatriée en France

Diane - Oui en France - copyright : Lindsey Kent of Pictours Paris

Je profite de mon passage en France pour vous parler de Diane, une Américaine qui vit en France. Diane est originaire du New Jersey et habite dans le Maine-et-Loire, près d’Angers, avec son mari, qui est français, et son chien, Dagny. Son blog Oui in France est une version opposée de ce que je peux vivre, c’est très drôle et surprenant, je vous le conseille vivement !

Hello Diane ! Pourquoi as-tu commencé un blog ? Que peut-on y lire  ?

J’ai commencé mon blog pour raconter ma vie en France. Au début, il y a un an et demi, je ne savais pas si nous resterions ou si nous allions rentrer aux Etats-Unis, donc j’avais envie de rester en contact avec mes amis, de partager des photos, des histoires et de leur donner un aperçu de ma vie ici. C’est aussi un moyen pour moi de parler des choses qui m’intéressent. C’est un espace personnel ! On y trouve aussi des informations sur la vie d’expatrié en France, de mon point de vue d’américaine avec des histoires de mécompréhension culturelles, des bourdes de langages, et mes voyages. J’aime bien aussi parler de temps en temps de mon chien et d’autres choses qui se passent dans ma vie, pour garder le contact avec les Etats-Unis.

Qu’est-ce qui te plait le plus en France ?

Beaucoup de choses ! Des choses matérielles pour commencer : du bon vin et du bon fromage, à des prix abordables. Des produits frais au marché, d’excellentes pâtisseries. En gros, j’aime la nourriture ici ! Mais plus important encore, j’aime le système de sécurité sociale auquel tout le monde peut accéder. Contrairement aux Etats-Unis où dans la plupart des cas, quand on perd son boulot, on perd sa sécurité sociale (ou il faut payer extrêmement cher), je n’ai jamais peur d’aller chez le médecin en me disant que la facture serait salée. Pareil pour la pharmacie !

J’aime aussi beaucoup le fait que les français prennent le temps de faire une pause déjeuner, au lieu de se dépêcher. C’est possible de prendre « à emporter » en France, mais ce n’est tout de même pas très populaire (du moins pas hors de Paris).

J’aime/déteste le fait que parfois, j’ai envie de mon café Dunkin’ Donuts à emporter dans une main, tandis que je promène mon chien (maintenant je me promène avec un thermos et mon propre café). J’ai l’impression que les français ont un meilleur équilibre vie personnelle / travail que les Américains. Mon mari a énormément de journées de vacances, aucun Américain n’oserait rêver d’en avoir autant ! Quand il prend un jour de congé, j’ai toujours peur qu’il se fasse renvoyer. Mais c’est normal !

J’aime aussi que le fait que la France me pose plein de petits problèmes. Entre la bureaucratie et tous les détours à faire pour renouveler ma carte de séjour, apprendre du vocabulaire en permanence, me dépêcher d’aller faire mes courses alors que le magasin est en train de fermer… ça teste mes limites ! Mais malgré tout, j’aime relever ces défis, ça me rend plus forte – aussi cliché que ça puisse paraître. Apprendre à m’adapter et rire souvent à des choses qui m’auraient vraiment ennuyées il y a encore quelques années.

Y a-t-il des choses qui te surprennent encore ?

Oh oui ! Je suis toujours surprise – même si je comprends que ce soit normal ici – que les magasins ferment tôt le soir, et qu’ils n’ouvrent pas le dimanche. Je comprends pourquoi, mais je vivais à New York avant, où tout est ouvert 24h/24, 7 jours sur 7. Ca ne me choque plus, mais je trouve ça encore ennuyeux quand à 17 heures, un dimanche j’ai besoin de sucre pour faire des cookies. Aux Etats-Unis, j’aurais demandé à mes voisins, mais quand nous avons déménagé dans notre nouvelle maison, personne ne s’est intéressé à nous. Pas de comité d’accueil !  Ca m’a surprise. Les gens restent entre eux.

Qu’est-ce qui a été le plus compliqué à gérer pour ton départ ? 

Au début, je pensais que le plus difficile serait de quitter ma famille et mes amis, et en effet, ce n’était pas facile. Mais malgré tout, ce n’était pas le plus compliqué car après mes études, je m’étais habituée à vivre loin d’eux.

Je dirais que ce qui est le plus compliqué, c’est de rencontrer des gens pour ne pas se sentir seule. J’ai essayé de rencontrer des gens en prenant des leçons de cuisine, j’ai rejoins des groupes sur internet, et d’autres choses, ça m’arrive d’aller prendre un café de temps en temps avec des gens que j’ai rencontrés. Mais je trouve que les Français ne sont pas très enclins à créer de nouvelles amitiés, et en général, ne sont pas très accueillants. Je n’ai pas grandi ici, je n’ai pas d’enfants, mon cercle d’amis est limité malgré mes efforts. Je ne vis pas dans une grande ville, donc c’est difficile de trouver des gens avec qui j’ai des atomes crochus.

Le français n’est pas une langue très facile non plus. Je l’avais appris à l’école, et je pense que mon niveau est correct mais parfois j’ai du mal à bien m’exprimer, les mots me manquent. J’arrive à m’arranger tout de même. Heureusement, mon mari est complètement bilingue donc il peut m’aider si je veux juste dire quelque chose rapidement en anglais.

En dépit des difficultés, venir m’installer en France était mon choix, et je ne le regrette pas du tout. Je crois dur comme fer que la vie est ce qu’on en fait, je voulais vivre une nouvelle expérience, et je suis reconnaissante du chemin que j’ai pris.

Qu’est-ce qui te manque de chez toi ?

Des choses un peu stupides comme aller à Target à 23 heures, prendre un café au Starbucks, ou manger du frozen yogurt. Ou encore certains aliments. La vie aux Etats-Unis a un côté très pratique, et ça me manque. Dans mon club de gym, j’aurais aimé pouvoir avoir des cours de barre, de spinning (du vélo) et des cours un peu plus particuliers. Il n’y a pas ça là où je vis. Et bien sûr, la famille et les amis me manquent.

Est-ce que tu célèbres les fêtes américaines comme Halloween ou Thanksgiving ?

Oui ! J’essaie de partager mes traditions américaines avec ma belle-famille. Cette année, nous avons mangé un poulet pour Thanksgiving car je n’avais pas trouvé de dinde. C’était super ! Célébrer ces fêtes et le faire à fond (cuisiner, décorer, écouter des chants de Noël, inviter la famille, etc.)  me fait me sentir plus proche de ma famille de l’autre côté de l’océan.

Tu parles souvent de ton petit chien sur ton blog, est-ce qu’elle aime son nouveau pays ?

Dagny, qui est un Cavalier King Charles spaniel est jeune, et elle est née en France. C’est un chien très facile à vivre. Elle est à mes côtés depuis le début, c’est ma meilleure amie ! Les petits chiens sont acceptés dans les magasins et les restaurants, encore autre chose que j’aime en France. Dagny est petite, et très calme. Je la prends partout avec moi et ça n’embête personne. Ce ne se passerait pas comme ça aux Etats-Unis.

Dagny the Cavalier King Charles spaniel

Merci à Diane d’avoir répondu à mes questions ! J’avais répondu aux siennes sur son blog il y a quelques temps dans un article intitulé Expat Chitchat. Je vous invite à découvrir son blog Oui in France !

Suivez-nous sur Facebook – Le Blog de Mathilde, sur Instagram (@mathildepit) ou sur Twitter (@mathildepit) pour des news en attendant les prochains posts de blog. Et vous pouvez aussi rejoindre lanewsletter du blog, un message tous les lundis !

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

14 Commentaires

  • Répondre 19 Dec 2013

    Islandia

    Très intéressant ! Merci pour le partage !
    Toujours intéressant d’avoir le point de vue de l’extérieur. J’aurais aimé qu’elle développe le système relationnel en France. C’est vrai que les anglo saxons ont l’air si facile d’accès.

  • Répondre 19 Dec 2013

    farfadette

    Sympathique de voir l’autre coté du décors ^^ Après je suis d’accord avec elle sur le fait que faire des connaissances en france n’est pas simple ou juste connaitre ses voisins ! Moi qui suis de toulouse et qui suis venue vivre a paris j’ai sente cette différence et pourtant c’est le meme pays ! ais je pense qu’il faut du temps !! En tout cas erci pour la découverte de ce blog que je vais m’atteer a suivre meme si mon anglais n’est pas parfait ^^

    • Répondre 20 Dec 2013

      Mathilde

      Je pense que c’est un problème plus général de se faire des amis quand on est adulte et qu’on déménage souvent. On m’avait dit que je n’aurais aucun ami Américain, et finalement je n’ai que des amis Américains. Ca a pris du temps. Mais Boston est aussi une grosse ville universitaire… Diane habite dans un tout petit endroit comme elle le précise bien.

  • Oui très sympa cet article. Par retour d’expérience, certains m’ont dit qu’au US il y a moins de vacances, mais que le travail est parfois moins soutenu qu’en France. Mais j’imagine que ça dépend des boites, comme partout…

    • Répondre 19 Dec 2013

      Bertille

      Oui mais quand même, aux US, les horaires de travail sont plus longs ! Tous ceux que je connais (et moi-même) font en moyenne 40h de travail /semaine (svt plus) … et les 2 semaines de vacs annuelles ne sont pas un mythe, ni la pause déjeuner devant son ordi :S (enfin moi je ne me plains pas, car j’ai mes 5 semaines et une VRAIE pause déj, à la française :) )

      • Répondre 20 Dec 2013

        Mathilde

        Pas la même expérience, je connais surtout les 35 heures aux Etats-Unis (oui, oui, ça existe).

      • Répondre 14 Aug 2014

        Arnaud

        Tout dépend ce que l’on fait. Moi les 40h c’est un minimum. Vive les cadres…

  • Répondre 20 Dec 2013

    Charlotte

    Etant une francaise expatriee en Australie (et pensant serieusement a rentrer au bercail apres 5 annees la tete en bas), cet article me parle beaucoup. Diane a mis le doigt sur mon angoisse numero 1, a savoir : les Francais !! J’ai peur de ne pas me faire aux manques de sourires, aux jugements, reflexions… Dans mon pays d’adoption, on papote avec son voisin en attendant le bus, on se sourit tout le temps et surtout on prend toujours soin de son interlocuteur : il ne faut pas le mettre mal a l’aise. A part ca qu’il est agreable de lire les impressions d’un etranger immerge dans la vie francaise. Ah, la culture du bien manger… Merci pour ce partage :)

    • Répondre 20 Dec 2013

      Mathilde

      Il faut le voir du bon côté des choses :) Moi j’apprécie la discrétion des Français !
      Mais j’aime aussi la chaleur et la facilité des discussions des Américains… quand je suis aux Etats-Unis, parler facilement aux inconnus, etc. (enfin, les discussions ne vont pas très loin, « bonjour, comment ça va, j’aime bien ton vernis à ongles, etc. »). Chaque pays ses façons de faire et tu pourras essayer d’être un rayon de soleil quand tu rentreras 😉

  • Répondre 20 Dec 2013

    Johanna

    Belle interview, merci ! :)
    Je confirme pour le côté relationnel qui n’est pas évident en France. Même en tant que Français, il suffit de déménager, de partir à l’étranger et revenir pour le constater. On ne connaît pas nos voisins ici alors, qu’en une semaine, je les connaissais dans d’autres pays !

  • Répondre 20 Dec 2013

    andsomydreams

    Oh qu’il est mignon le piti chien !!! <3
    Je comprends la solitude qu'on peut ressentir en arrivant en France, car il est vrai que nous ne sommes pas des plus accueillants… Moi-même, au bout d'un an et demie dans mon appart, j'ai à peine croiser mes voisins…
    Enfin, quand on a toujours vécu ici, ça ne nous choque pas. Mais ça fait du bien d'avoir un point de vue extérieur pour s'en rendre compte…

  • Répondre 23 Dec 2013

    kafee

    C’est super d’avoir un point de vu opposé au tiens. Ça permet de relativiser sur ma vie Parisienne et de me dire que la France à aussi des bons côtés 😉

  • Répondre 14 Aug 2014

    Arnaud

    C’est vrai qu’en France on a tendance à se lier d’amitié avec des gens qu’on rencontre jeune (école, premier boulot, passion commune) et on les garde tout le reste de sa vie même si on part vivre à l’autre bout du monde.
    Donc quand on s’installe en France passé 25/30 ans, on rencontre des gens qui ont déjà un cercle d’ami « complet » et il devient difficile de se faire une place quelque part…

Laissez une réponse