La saison des mariages. Or not.

Little girl looking downstairs at Christmas Party" (1964) norman Rockwell

La saison des mariages approche, et je ne vais à aucun d’entre eux. J’ai reçu les cartons d’invitation, ils sont collés sur la porte d’entrée, avec les cartes postales. J’ai hésité… et puis je me suis dit que le weekend à 2 000 dollars minimum était hors de portée. Pourquoi les gens ne se marient pas à côté de Roissy Charles de Gaulle, plutôt que de choisir un chateau dans un vignoble des côtes du Rhône, ou une bicoque romantique sur l’île de Ré ? Ce serait vachement plus pratique : tout le monde à l’hôtel Ibis, à côté de l’aéroport, du coup il n’y a pas de train à réserver, pas de capitaine de soirée, on choisit un thème qui s’accorde avec la moquette, on gonfle des ballons et c’est parti. Je me console en me disant qu’aux Etats-Unis, le nombre de mariages est tellement important que je finirais bien par me faire inviter – j’ai déjà été à une bachelorette party et une baby shower, et puis les photos de diamants remplissent mon fil Facebook, ça devrait arriver. Bref, avoir dit non à ces invitations, et réaliser que ces mariages arrivent bientôt, ça m’a filé le bourdon. C’est pas la saison des mariages pour moi cette année. C’était pas non plus le cas l’année dernière, ni celle d’avant.

Qu’est-ce qui me manque de la France ? Rien de matériel.

C’est ce j’ai pris l’habitude de répondre quand on me posait la question, et c’est vrai que rien ne manque, au niveau alimentaire. « Ça te manque pas le fromage au lait cru, les croissants, le vin rouge, les Granola, le saucisson, les madeleines ou les Malabar ? » Non, car je n’y pense jamais (sauf pour cette énumération) ; Boston est une grande ville où on trouve autre chose que des chips et des mac n’cheese au supermarché. Tiens, d’ailleurs, j’ai acheté des petits-suisses Montebourg au Whole Foods l’autre jour, c’était bon, j’ai savouré ce goût de l’enfance, et puis la dernière fois, j’ai oublié d’en acheter à nouveau. A 7$ les 6 petits-suisses, mieux vaut ne pas trop s’attacher de toute façon. Au niveau alimentaire : RAS, je suis ok. C’est pour autre chose qu’en fait, peut-être que ça commence à me manquer la France.

Mais merde alors, tu vis aux Etats-Unis, aux States, profite ! Tu voyages, tu vois du pays, profite ! C’est l’American Dream ! Tant pis si je renonce à mes principes d’américanisation, je me plains : je vais rater la saison des mariages, et je suis dégoutée ! Oui c’est génial de vivre à l’étranger, d’être dans un émerveillement perpétuel (mélangé aussi à de l’agacement, faut pas rêver), de voyager, de rencontrer des nouvelles personnes, mais je suis sad que la vie continue sans moi en France. J’aime bien vivre ici, mais passer un week-end à un mariage de copains, ça me dirait bien, réconforter ma petite sœur à qui il arrive toujours des emmerdes aussi, prendre ma nièce dans mes bras, fêter les 85 ans du pépé de Manu, voir le ventre de ma copine Bidule* (*faux nom) qui s’arrondit mois après mois, et être là quand elle accouche, ce serait cool aussi.

Face à mon désarroi, que dirait ma BFF américaine pour me remonter le moral ? Awww, you can’t have it all, honey. You gotta do what you gotta do! (traduction comme je le comprends : mais tu vas me lâcher, on peut pas tout avoir dans la vie, chérie. Vie ta vie, chacun sa merde, et viens, on va manger des nachos et boire une bière en regardant le hockey, je vais t’expliquer les règles, promis). 

xoxo,

-Mathilde

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

19 Commentaires

  • Répondre 12 May 2014

    Bertille

    Comme je te comprends …

    Nous on a pris des billets à 4 chiffres pour cet été, car je suis témoin au mariage d’une de mes BFF et qu’on va rencontrer notre 1ère nièce, âgée de 6 mois … ce n’est pas facile du tout d’être loin de notre « ex » vie, même si on apprécie toujours plus la vie américaine. Ces moments là nous rappellent qu’on rate pleins de petites choses du quotidien chez les autres, famille et amis… Et pourtant, je commence à l’accepter et à me réjouir encore plus de ces petits moments privilégiés qu’on a avec chacun à nos retours (bon puis parfois, comme toi, j’ai un petit coup de moi… c’est humain 😉 ) Good luck !

  • Mes potes n’ont pas l’air d’être très porté sur la mariage donc je n’ai eu aucune invitation à décliner en plus de 2 ans ! Par contre, question bébé ça y va… et c’est trop frustrant de les voir pour la première fois quand ils marchent déjà. Ma nièce m’a demandé comment j’étais sortie de l’ordinateur la dernière fois que je l’ai vu… Courage, le coup de blues passera vite pendant le prochain road trip :)

  • Répondre 12 May 2014

    Virginie

    Moi aussi, ce qui me manque de la France c’est bien ces moments la! C’est pas toujours facile d’etre loin. Pas facile non plus de rattraper tous ces petits moments perdus quand on ne rentre qu’une fois tous les 2 ou 3 ans. Lorsqu’on a des enfants, on se pose encore plus de questions à savoir si c’est le bon choix pour eux aussi de grandir loin des grands-parents, des cousins, bref de leur famille. Voila plusieurs années que nous vivons à l’etranger et j’ai encore ces moments de doute et de blues mais ca passe toujours. Courage!

  • Répondre 13 May 2014

    sandrine

    C’est vrai que l’éloignement ne doit pas toujours être évident à vivre…c’est pour cela qu’il y a une douzaine d’années, mon mari et moi avons renoncé à notre projet de nous établir au Québec (pour la famille). Et aujourd’hui, on se demande si on n’a pas eu tort de ne pas penser à nous….
    Alors, je rejoins l’avis de ton amie : profites de la vie, de ce qu’elle t’apporte. L’expérience que tu vis est très enrichissante….

  • Répondre 13 May 2014

    mariel75

    je comprends ce sentiment que la vie continue sans toi….
    Cette année un couple d’amis expat s’est marié loin de la France, forcement à ce moment là, nous etions encore en France…. Puis un autre couple d’amis annonce leur mariage en France, alors que nous serons parti…. Et enfin un 3eme couple d’amis avance la date de son mariage et la encore, nous ne pourrons pas y aller.
    On rajoute a ca, le futur neveu ou niece qui arrivera juste apres notre depart.
    Manquer ces événements là, c’est beaucoup plus difficile que de manquer de camembert :)

  • Je me suis fait cette réflexion il y a deux semaines : je n’ai jamais reçu autant de faire-part de mariage que depuis que j’habite aux US…

  • Répondre 13 May 2014

    stella

    Comme je te comprends! Je ne suis jamais invité à des mariages mais j’ai toujours cette impression que je ne suis plus du tout connecté à ma « vie d’avant ».
    Je n’ai presque plus de nouvelles de mes amies, je ne suis pas là pour la fille de ma BFF, je ne suis pas là pour aller voir ma grand mère qui a du rentrer en maison de retraite suite à un accident. Tout est loin et on est en dehors.
    Ceci dit tu as réussi à te faire des amis dans ta nouvelle vie, avoir un boulot etc… Tu as une nouvelle vie, alors essaye d’en profiter même si ce n’est pas toujours facile. Et puis même si ce n’est pas pareil, il y a toujours skype!

  • Répondre 13 May 2014

    nadine

    allez ma petite malthilde, un coup de blues!!!!! tu nous fais decouvrir de belles choses !!! un gros bisous de provence !!!!!!

  • Je te rejoins tout à fait étant au Japon durant les années « mariage des potes », j’en ai loupé un paquet… ça me filait toujours un peu le bourdon mais finalement on ne peut pas tout avoir, la super expérience à l’étranger et tout le reste… Si ça peut te rassurer dans quelques années ça ira mieux, plus aucune invitation de mariage maintenant et plutôt les bébé numéro 2 ou 3 qui attirent toujours un peu moins l’attention…
    Par contre moi un bon fromage savoyard, après presque 11 ans ça me manque toujours :)

  • C’est les bebes qui commence a arriver et ca fait toujours tout drole de recevoir que des photos. J’aimerais bien etre la copine qui passe tous les mercredis voir les bebes de ses copines mais non je suis celle qui ne les a encore jamais rencontres. Courage, c’est pas facile et ca arrivera tout le temps pour quelque chose: bebes, mariage, deces, coup de blues ou la BFF a juste besoin d’un calin. On passe tous par la mais autant etre heureux de voir que ca ne laisse personne indifferent. La vie continue mais personne ne t’oublie

  • Répondre 13 May 2014

    Xel0u le l0up

    C’est vrai que je me dis souvent que j’aimerai être outre-atlantique comme vous mes blogueurs préférés qui me racontez votre quotidien « de rêve »… Mais je ne pense jamais à comment serait la vie sans moi ici. Elle continuerai,c’est sur, mais je ne sais pas comment je le vivrai. Bien, j’espère!

  • Répondre 13 May 2014

    LaNe

    Je passe encore au travers cet été, mais j’y pense chaque année. Et quand mes amis/ma famille va se marier ? avoir des enfants ? Je sais que ce sera dur à ce moment là. Pour le moment je profite de ne « rien » rater. Et j’espère que tout ça n’arrivera pas trop vite…

  • Répondre 14 May 2014

    ifeelblue

    comme ton article me parle… J’en ai raté, des mariages et des naissances, depuis que je suis de l’autre côté de l’Atlantique. Ce qui a été le plus dur, c’est de rater un enterrement.
    Maintenant que je suis freelance, je n’ai plus la contrainte des 15 jours de congés payés par an, donc cette année j’ai pu rentrer pour un mariage. Il faut dire que celui-là, je ne voulais vraiment pas le louper, et j’étais témoin, donc…
    Bref, c’est dur d’être loin dans ces moments-là, et je pense que ça nous fait réaliser que la vie continue sans nous, ce qui est pas facile à gérer. :/

  • Ah la saison des mariages, les nièces qui grandissent, les amies qui deviennent maman et toutes ces soirées arrosées ou ces weekends bucoliques qui font l’amitié et dont on se sent soudain bien loin. J’imagine en effet qu’on ne peut pas tout avoir, c’est du moins ce que je me répète à chaque fois quand le blues s’infiltre insidieusement…mais en effet, difficile de faire comprendre que non, on ne peut pas claquer des 3 000 $ comme ça pour les beaux yeux de deux love birds. Même si l’envie ne manque pas 😉 Un’ abbraccio comme disent les italiens! ++

  • Répondre 15 May 2014

    Céline

    Billet au goût doux-amer qui ne résonne pas très fort en moi, étant arrivée trop récemment de ce côté-ci de l’océan.
    Il me fait néanmoins sourire (mi-figue, mi-raisin) car, pour le coup, c’est moi qui me marie ici et qui aimerais avoir les amis de là-bas. Ou l’expérience inversée. Et comme je suis encore trop neuve ici et dans la période bien-nommée de ‘la chasse aux amis’, il y aura peu d’amis locaux pour se réjouir et partager ces moments particuliers…
    J’espère que ton coup de blues s’est envolé sans laisser trop de traces et que tu te ressources en appréciant l’arrivée du printemps!

    • Répondre 16 May 2014

      Mathilde

      C’est la première année que je réalise que ça me manque – j’aurais attendu 2 ans 1/2 pour être nostalgique 😉
      Merci pour ton message !

      • Répondre 21 May 2014

        Céline

        You’re welcome! 😉
        Je vais au Cap Cod pour deux semaines entre le 28 mai et le 10 juin. Ça te paraît peut-être un peu fou, décalé ou déplacé, mais si ça te tente, on peut boire un cappuccino ensemble ou faire un tour au grand air!

  • Comme je te comprends… C’est pas juste, que la vie continue en France ! :p Pourquoi on ferait pas une semaine de mariage, un par jour et hop, comme ça on rentre et on fête tout d’un coup ?

    • Répondre 16 May 2014

      Mathilde

      Complètement injuste ! J’imaginais aussi la téléportation juste pour le weekend de mariage…

Laissez une réponse