J’ai reçu mon autorisation de travail

Honor Labor

J’ai enfin reçu le formulaire I-797, m’indiquant que je vais recevoir le formulaire I-765, qui me permettra de recevoir une carte d’autorisation de travail aux USA. Bon, en gros, c’est pas fini, mais c’est vraiment bien parti : je vais pouvoir être autorisée à travailler légalement.

Mon visa est un J2, autrement dit un visa d’épouse, c’est-à-dire d’accompagnatrice et de soutien du vrai visa officiel, le J1 (pour les chercheurs, étudiants, stagiaires…). J’avoue que ce statut ne me plaît pas du tout, je n’ai pas envie d’être le +1. Mais bon, ce visa était le moyen rapide qu’on a trouvé pour partir ensemble (j’aurais pu aussi chercher du boulot et me faire sponsoriser depuis la France pour le fameux H-1B, mais ça aurait sans doute pris quelques mois de plus). Avant de partir, on s’est assuré que je pourrais bosser, grâce à l’obtention (pas automatique, parait-il) d’un EAD, Employment Authorization Document.

Dès mon arrivée (enfin, plus précisément 4 semaines après), j’ai fait la demande d’EAD, valable 1 an seulement, et renouvelable. Faire ces papiers m’a demandé un effort surhumain, j’étais alors au top de la procrastination (ou alors c’était le décalage horaire…). J’ai finalement réussi à envoyer le dossier, contenant, entre autres, un chèque de 400$.

Quelques jours plus tard, je reçois un numéro d’identification, qui me permet d’aller frénétiquement vérifier quotidiennement mon statut, sur le site du Homeland Security. Il est resté désespérément bloqué à Initial Review pendant de nombreuses semaines.  Et finalement, ça a fini par se débloquer, et je devrais recevoir ma carte dans moins d’un mois, puis faire enfin les démarches pour obtenir un numéro de sécu, sésame pour passer mon permis (= avoir enfin une ID américaine, je pourrais reléguer mon passeport dans un coffre-fort, au lieu de me promener tout le temps avec,  tout en ayant peur de le perdre/mouiller/oublier/déchirer/brûler).

Ça tombe bien, je viens de refaire mon CV, aka mon resume. Attention, dans la version américaine, le mot d’ordre est equality donc aucune mention perso : pas d’âge, ni de sexe, ni de couleur de peau, et encore moins de hobbies (adieu le traditionnel trio cinéma, lecture, natation). Enfin, toutes ces informations seront pretty obvious lors d’éventuels entretiens.

Côté travail, je ne peux hélas pas faire de compte rendu des coulisses de l’entreprise, car je ne fréquente qu’une association de gentils francophones, pour laquelle je donne des cours. On se fait la bise, on fait des pauses (enfin, des récréations), bref, c’est normal. Le vrai problème de travailleur qui me taraude en ce moment, c’est : on prend quand les vacances d’été ? Dans mes souvenirs d’entreprise, les mois d’avril-mai signaient le début de LA conversation de la machine à café : tu fais quoi pour les vacances ? La secrétaire du CE, la clope au bec et la mèche dans le vent, absolument-débordée-et-sur-les-rotules lançait de son air le plus exaspérant à toutes les pauses cette même question, ayant oublié que tu lui avais déjà répondu.

Ici, c’est simple, la réponse est : « Rien, on n’a pas de vacances. » Enfin, non, pas exactement, l’université qui emploie Manu lui octroie généreusement 2 semaines. Mais nos amis américains de nous préciser qu’en général, les gens ne les prennent pas (mais nous, on n’est pas comme eux ?). Le dévouement au travail est extrême, d’ailleurs les jours de congés maladie sont à déduire de ces congés généraux. La préoccupation des gens seraient surtout de gagner de l’argent, et de le faire savoir. What the what ?! Nous ne pouvions rester que perplexes face à l’horreur de cette situation. Quand je leur ai dit que dans mon ancienne boîte j’avais 7 semaines de congés payés, ils ont complètement halluciné. Et en même temps, ils ont trouvé ça génial. Même si certains diront que les Français sont de gros paresseux, il y a une certaine envie face à ce mode de vie où le temps libre est important. Il y a bien des jours fériés aux US, tous laïcs, ce qui nous permet de prendre des vénérés week-ends de 3 jours (mais Manu commence à souffrir de culpabilisation à l’idée de ne pas travailler assez. #danger)

Donc ici, le 1er mai, point de fête du travail, puisque c’est la fête du travail tous les jours. [NB : en vrai , il y a un Labor Day aux US, le premier lundi de septembre]. J’ai vu des bouquets de muguet aujourd’hui en classe, mais demain mardi, j’irai en cours, et tous les magasins seront ouverts – comme ils le sont de toute façon tous les jours de la semaine, même le dimanche, voire la nuit.

Jobs - Labor Day

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

21 Commentaires

  • La, pour le coup, y a une sacree difference avec les Aussies ! On a l’equivalent de quatre semaines de conge et les conges maladie sont a part. Et Zebigboss fait des gros yeux quand on part trop tard ou qu’on ne prend pas assez de vacances.
    Pour le visa, on est sur le meme tous les deux, il est a nos deux noms, pas de notion de +1 et j’avoue trouver ca super. Et ici, pas besoin d’etre maries/pacses, il suffit d’etre partners et c’est suffisant pour avoir droit au visa pour les deux. Top, non ?
    En resume, Oz forever ! (c’est comme le saucisson, finalement 😉 )

    • Répondre 1 May 2012

      Mathilde

      Tu reçois quelque chose de la part du gouvernement australien, non ?! On considérera avec attention l’Australie comme prochaine destination…

  • Répondre 1 May 2012

    mariel

    je n’ai toujours pas compris a combien de jours de conges j’avais droit…. Si j’ai tout bien compris, jai droit a 8%de mon salaire en conges, ce qui en gros fait 28 jours. je ne sais pas quand j’aurais le droit de poser des vacances, mais je ne vais pas trop me plaindre, moi je n’ai pas le statut de +1, j’ai exactement le meme visa que l’epoux, et meme mieux car mon visa n’est rattache a aucun poste, je peux donc changer de job, alors que pas lui: si il perd son job, il perd son visa.
    Les joies de l’expatriation :)
    PS: et aujourdhui 1er mai, je bosse!!

    • Répondre 1 May 2012

      Mathilde

      Et oui, Nouvelle Zélande ou Australie, ce n’est pas du tout le même combat que les Etats-Unis…
      Mais bon, au moins avec l’EAD, je ne suis pas non plus rattachée à un employeur en particulier.

  • Répondre 1 May 2012

    Amandine

    j’ai failli décéder en apprenant qu’on m’octroyait généreusement 2 semaines de vacances payées par an, au bout de six mois ds l’entreprise… Ah si j’oubliais 5 jours fériés aussi mais si ça tombe pendant tes vacances, c’est perdu. Amen, paix à mes vacances…. Horreur et damnation, enfer de Dantes. ok j’arrête ms c’est affreux

    • Répondre 1 May 2012

      Mathilde

      Courage ! Et puis, tu n’as pas une piscine ET la mer en bas de chez toi ?!

      • Répondre 1 May 2012

        Amandine

        Piscine et mer mais je ne me remets pas de la petite note qui précise qu’ils nous font une grande faveur en ns octroyant 10 jours de congés payés. Ce n’est pas une vie ma ptite dame, palmier ou pas :-) Et c’est quand qu’on aura le temps de venir à Boston ds tout ça ?????

        • Répondre 2 May 2012

          Mathilde

          Ah bah oui, on vous attend, et il faut profiter de la période beau temps, c’est maintenant !

  • Pour l’instant, j’essaie de pas trop y penser… Surtout que j’ai déjà posé mon quota de l’année pour rentrer 10 jours en France en Juillet. Ayant commencé en Fevrier, j’ai le droit de prendre 7 malheureux jours à partir de Juin et ce pour une année… Au secours!!! Mais on me dit que je suis pas si mal tombée car on a 12 jours fériés et la semaine entre Noel et nouvel an généreusement offerts. Et mes jours de maladie sont à part et illimités. Tiens, j’ai un peu mal à la gorge…. Mais tout comme toi ca sert pas à grand chose car le chef de mon post-doc de mari pense que c’est mieux si on travaille aussi les week-ends…

    • Répondre 1 May 2012

      Mathilde

      Oui, c’est vrai que la fac est aussi fermée quelques jours à Noël. Ca laisse un petit répit supplémentaire.
      Si ton mec bosse trop le week-end, viens faire un tour à Boston !

      • Boston fait partie de ma (longue) liste des villes à visiter! Ce n’est donc pas dit que je vienne pas faire un coucou un de ces 4!

  • Répondre 2 May 2012

    Julie

    Hmm, par 7 semaines de vacances, tu veux dire 9 en fait? Comment vivre sans ça, je me le demande. Je ne vais jamais pouvoir changer de boulot, à cause de ces malheureuses 9 semaines de vacances. Et en même temps, les vacances, c’est la vie!

    Génial pour ton presque permis de travail!

    • Répondre 2 May 2012

      Mathilde

      Ah oui 9 en fait :) je t’ai toujours fait confiance pour les maths. Les vacances, c’est la vie, I totally agree. C’est quand que tu te raboules ici ?!

      • Répondre 4 May 2012

        Julie

        Bientôt j’espère! Mais pour l’instant, mon banquier (l’infâme) n’est pas trop d’accord…

  • Répondre 4 May 2012

    Paula

    C’est super pour ton permis de travail !!!!
    Par contre, effectivement, les 2 semaines à l’année c’est un peu fort de café…
    Tout le monde admire le système allemand, le système américain…
    Mais on oublie de dire que le système français pour les salariés est le plus humain.
    Des congés payés, du temps pour les loisirs. Il faut garder ce système pour qu’on ne se convertisse pas en esclaves 2.0 du capitalisme néo-libéral.
    La vie ce n’est pas que le travail…
    Bon – je dis ça mais je suis indépendante (et j’essaie d’avoir au moins 4 semaines off dans l’année). Ceci dit, mes congés ne sont pas payés. Mais j’ai besoin de ce bol d’air !
    Baci

  • Répondre 12 Nov 2015

    DANS LES PAPIERS

    Hello!!

    Je suis exactement dans la même situation, à côté de San Francisco et j’ai quelques difficultés à remplir mon dossier pour l’EAD.
    Ils demandent de mettre mes revenus et mes dépenses et ce qu’il me reste par mois sauf que du coup si je demande l’autorisation c’est bien que je ne travaille pas et donc que je n’ai aucune revenu. Dois-je mettre le revenu de mon mari?

    Merci d’avance pour les éclaircissements!!

    Sophie

    • Répondre 13 Nov 2015

      Mathilde

      oui c’est ça, tu dois mettre les revenus de ton foyer.

  • Répondre 5 Feb 2016

    Delphine Gendre

    Bonjour Mathilde, merci pour toutes ces informations que tu partages !

    J’ai également un visa J-2 et ai fait une demande d’autorisation de travailler reçu le 17 Décembre dernier par le service de l’immigration.

    J’ai bien reçu la petite notice comme quoi ils l’avaient reçu vers fin Décembre, mais depuis plus rien, pas de convoc pour aller faire les empreintes et mon Case Status est bloqué à « nous avons bien reçu votre dossier »…

    J’ai donc contacté le service client qui a accès à la même chose que moi « My Case Status » et qui va relancer le service compétent !
    .Ma question est donc : as tu été faire des empreintes toi aussi ? Car j’ai vu que ce n’était pas systématique apparemment ! (espérons que je dois pas recommencer tout depuis le départ….)

    Merci d’avance

    Signé jeune diplômée en stress !

    • Répondre 7 Feb 2016

      Mathilde

      Bonjour Delphine, oui, j’ai été convoquée pour qu’on prenne mes empreintes. Mais répondre à cette question ne t’aidera pas vraiment : il faut juste patienter avec l’EAD, et les cas de figure sont très variés.

  • Répondre 18 Jul 2016

    Aude

    Bonjour Mathilde,
    Est-ce qu’on a le droit de postuler quand on attend l’EAD (en précisant bien sûr ta disponibilité) ou bien est-ce illégal ? Question fierté personnelle, je me vois mal vivre aux crochets de mon J-1 pendant plus de trois mois (ce qui me semble déjà énorme…) et j’aspire donc à décrocher un boulot au plus vite.

    • Répondre 18 Jul 2016

      Mathilde

      Hello !
      Tu as lu mon dernier message à ta précédente question ?
      Pour l’EAD, le sujet sensible pour les dépendants de visa principal – il faut relire les instructions sur le site de l’EAD. Dans mon cas, j’ai préféré attendre d’avoir le sésame pour chercher, même si j’ai refait mon CV et prospecté à l’avance, car l’embauche peut aller vite, et le jour où tu te fais embaucher, c’est le jour où tu fais tous tes papiers, et aucun employeur sérieux ne te prendra sans la carte, donc il y a un risque si jamais l’EAD prend du temps.
      Pour le côté fierté, je crois que tout +1 est passé par là… on revoit sa façon de voir avec le temps 😀 J’ai fait du bénévolat en ce qui me concerne pour mieux vivre l’oisiveté, un blog, prendre le temps… On survit même sans travailler, et en vivant en communauté grâce à son chéri (c’est mieux que de dire au crochet :)

Laissez une réponse