Le Frogmore à Jamaica Plain, Boston & l’angoisse de l’été qui passe trop vite

Stew - Frogmore Jamaica Plain Boston-4

No way. C’est déjà presque la fin juillet, et la liste des envies d’été est encore longue – liste purement mentale motivée par un seul objectif : YOLO (you only live once, un carpe diem américain à tendance « je crois que j’ai encore 20 ans »). Viiiiite c’est l’été, terrasses, vélo, jupes, shorts, on en profite. D’ailleurs ce soir, mardi, en pleine semaine, on a décidé d’aller camper avec des copains, à Boston. Je vous raconte ça bientôt.

Je crois que cette angoisse de l’été qui passe trop vite,  c’est un symptôme qui se développe avec les années qui passent aux Etats-Unis, et plus spécifiquement à Boston. Même si je me cache la vérité, et que je crois que puisqu’il fait chaud maintenant il fera chaud tout le temps, au fond, je sais que l’hiver va revenir un jour, que les journées vont raccourcir drastiquement, que prendre le vélo pour faire 3 miles ne sera plus une option viable. Et comme l’hiver est long, par conséquent l’été est court : on veut en profiter, on a le FOMO, the Fear of Missing Out, la peur de passer à côté de quelque chose, il faut sortir à tout prix ! Etre dehors. L’angoisse de l’été m’amène à dire oui à tous les barbecues et à toute sortie qui se passe dehors de préférence.

Résultat positif dans cette tempête sous un crâne : je vous propose une nouvelle adresse de resto d’un quartier que j’aime bien, mais que j’ignore complètement dès que l’hiver est là, parce que ça devient trop compliqué d’y aller : Jamaica Plain, au sud de Boston.

Soupe au crabe - Frogmore  Jamaica Plain Boston-2

On partage une soupe de crabe crémeuse en entrée

L’endroit s’appelle Frogmore, on y sert de la cuisine du Sud, en anglais la low country cuisine – ça correspond à la région de Charleston et Savannah, ça nous a permis de nous rappeler les premiers jours de l’été en vacances du côté de Savannah et Charleston.

C’est presque comme là-bas, on retrouve des éléments clés de la cuisine du Sud : les fruits de mer -crevettes, crabe, poisson – le maïs, les cacahuètes bouillies… C’est une cuisine riche et roborative.

Le décor à l’intérieur du restaurant avait l’air bien fichu – tapisseries et vieux tableaux façon Chez Ma Vieille Tante Riche du Sud, mais on était installé à une table en terrasse.

Les portions étaient petites – certains diraient raisonnables, mais ça surprend par ici !  La carte propose même des desserts, on a partagé un sundae parsemés de bretzels et un crumble aux mûres.

De quoi mieux faire passer l’angoisse de l’été qui file.

Frogmore, 1704 Beacon Street, Boston

A voir à Jamaica Plain : la brasserie Sam Adams (et sortir au Milky Way juste après), se promener en vélo autour des Jamaica Pond, ou flâner dans l’arboretum (ici en automne)

Plus d’adresses de resto à Boston et aux alentours par ici

 

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

4 Commentaires

  • Ohlala comme je te rejoins totalemet sur l’angoisse de l’été qui passe trop vite ! Et je me suis tout a fait bien adapté à la tendance « je crois que j’ai encore 20 ans ». Vivement quand meme l’hiver, on pourra enfin se reposer un peu 😉 Profitez bien, des bises !

    • Répondre 22 Jul 2015

      Mathilde

      Hello Jeanne,
      J’aime le YOLO (même si j’ai honte de le dire à des américains)
      vivement l’hiver, grave, on pourra se mater des séries à fond.
      Bisettes,

  • Répondre 21 Jul 2015

    Catherine

    Merci Mathilde ! De passage à Boston dans peu de temps, cela te dirait un café ?

  • Même si l’hiver à Portland, n’est pas aussi rude que celui de Boston, je compatis à ta peur de l’été qui passe trop vite. On est le 10 août, et bien que j’ai fait beaucoup de choses depuis l’arrivée des beaux jours, je ne suis pas encore prête à voir la grisaille s’installer dans quelques semaines (ok, peut être qu’on aura un bel octobre… mais bon on se comprend!). Remarque d’ici là, on aura bébé to « keep busy »… on ne saura même pas quel temps il faut dehors lol!! Bisous

Laissez une réponse