J’ai testé le dernier resto à la mode. Par définition, il est hautement instagrammable

ByChloe restaurant Boston

Cet article fait partie de la série des Monday Morning, une rubrique publiée le lundi matin et qui comprend la plupart du temps un édito, des liens vers d’autres sites et blogs, des choses vues, lues et entendues sur la culture américaine, ou complètement autre chose.

Sans même le savoir, j’ai cédé aux sirènes de la mode, à l’attrait du dernier resto en vogue. Je pensais juste manger dans un nouveau resto : j’ai fini par vivre une expérience anthropologique d’observation digne d’un épisode de Black Mirror du groupe sociologique dont je fais partie : le trentenaire urbain prêt à dépenser 18$ pour une salade. My people ! Les miens ! Récit de cette séquence émotion.

Je me suis retrouvée un midi dans le Seaport District de Boston, aussi appelé Fort Point, en vrai un endroit de Boston qu’on désigne plutôt sous l’appellation : « tu sais, là où il y a le musée d’art contemporain et des travaux permanents près du port ».
Un nouveau resto a ouvert dans le quartier, et ma conscience professionnelle m’encourage à aller le tester. C’est un resto vegan (végétalien), qui porte le nom de la marque ByChloé, qui n’évoque pour moi qu’une fille en prépa belle, mince et intelligente et dont émanait un parfum élégant : ByChloé était sa marque préférée,  à l’époque où moi je me demandais encore si un jour je pourrais m’acheter un truc chez Kookai. Bref, en allant chez ByChloé, je prenais une sorte de revanche sur mon moi de 18 ans. Mais est-ce que les deux marques/noms sont liés ? 

ByChloe Fort Point Boston

En arrivant dans ce tout nouveau resto, c’est déjà la cohue. Il est pourtant à peine 11h15, horaire acceptable aux Etats-Unis pour déjeuner, si je tente une justification, la vraie raison de cette horaire early bird étant : j’avais faim. Dans ce quartier d’ordinaire déserté, a surgi tout un tas de gens bien habillés, business casual, assez rare à Boston qui n’est pas la capitale de la fash’. Tout dans ce restaurant (ou faut-il dire boutique ?) criait « fais une photo de moi et poste-la sur Instagram », d’ailleurs beaucoup de monde avait son téléphone à la main, avançant comme des robots téléguidés.

Je fixe d’un regard vide le menu écrit sur un grand tableau accroché au mur, face à tous les choix, je suis dubitative, et quand arrive mon tour, je commande une salade grecque, un whoopie Boston cream pie et de l’eau gazeuse parfumée. Bilan : 18,90$, je ne cille pas : on est à Boston/lieu nouveau/je repense à la fille de prépa et ses jeans et je me dis ça y est, moi aussi j’ai du ByChloé maintenant ! Du périssable certes. La serveuse me demande mon numéro de téléphone : « We are gonna text you ». Ils vont m’envoyer un texto quand la commande sera prête. D’ordinaire les gens crient le prénom ou le numéro de la commande, mais c’est so 2016 de faire ça.

Je me trouve une petite table ronde, parfaite pour une seule personne, probablement inconfortable pour 2, et ingérable au-delà de 3. Elle est recouverte d’une mosaïque blanche, avec une petite fleur en pot so cute. Je dépose sur la table une carte postale souvenir prise à la caisse : l’ensemble est parfait pour LA photo. Mais je suis bloquée : tout me pousse à le faire, mais dans un sursaut de conscience WTF am I doing?, je m’y refuse.

So Fresh and so clean ByChloe

Même les serviettes sont sympas

Tout le décor est très chouette ; de la même façon que tous les coffee shops américains maintenant se ressemblent et font croire qu’on est chez soi, qu’on soit à Austin, Brooklyn ou Allston, la plupart des restos concepts se ressemblent aussi (Dig Inn, Sweet Green, n’importe quoi de sain). J’imagine le brief des décorateurs : éclectique urbain boho chic, mais propre ! pas brocante ! On met des chaises et tables dépareillées, mais pas bancales. Il faut créer des « espaces », mettre des couleurs, mais pas trop non plus, on ajoute des touches de noir et blanc pour tempérer, et ça fait coloring l’adulte à tendance régressive aime : d’ailleurs on met des pots de Crayola et des menus à colorier ; les matières sont brutes, what else – bois, céramique, miroirs vieillis, brique peinte. Et puis des typos, allez-y sur les typos dans tous les sens. Bold. Les menus sont beaux, même les serviettes sont customisées, les pailles sont en papier, rayées blanc et noir. On ajoute des nacelles en vitrine, où on peut nonchalamment siroter un jus, et tout est parfait.

crayola ByChloe

Détails

Le résultat est sublime, un mélange de Martha’s vineyard en version citadine, moderne mais avec une touche presque authentique du « c’est vraiment chez nous ».

Mais comment pourrais-je penser autrement et ne pas aimer cet endroit ? Tout est pensé pour que moi, la cible, aime ce genre d’endroits standardisés : trentenaire, sensible à l’esthétique « dans l’air du temps », soucieux de manger sainement, besoin compulsif de partager des photos sur Instagram. On est dans Black Mirror, l’épisode sur les réseaux sociaux où tout le monde est beau, gentil, aimable, se note. Supra flippant. Et amusant en même temps, si on est d’humeur sarcastique.

« Nosedive » Images Netflix

Et alors, c’était bon ? Si j’avais mangé cette salade grecque (pois chiches, concombre, olives, câpres, tomates cerises, tofu, laitue) dans un autre contexte, je l’aurais probablement oubliée très vite. La vinaigrette était tout à fait banale, alors que c’est la clé pour relever une salade lambda. Le dessert était très bon par contre, une whoopie pie (deux biscuits collés avec de la crème au milieu), et l’eau gazeuse parfumée au sureau était… vite bue. Très bien, fraîche. C’est de l’eau.

Au fil des 15 minutes de masticage de salade, la file d’attente s’allongeait à vue d’œil et s’étendait même dehors. Je réfléchissais à comment faire la photo la plus sympa possible, mais j’étais découragée par les possibilités infinies de cet endroit, et aussi le ridicule de se mettre dans des positions étranges pour prendre des photos à l’apparence authentique.

Whoopie Pie ByChloe

Catastrophe : la crème de la whoopie pie s’est collée au sachet…

Après avoir débarrassée ma table, je suis allée aux toilettes, peut-être avais-je une chance de faire un bathroom selfie ?

Bathroom Selfie

 

☞ ByChloe Boston, 107 Seaport Blvd

☞ D’autres restos recommandés dans mon ebook Boston le nez en l’air pour visiter Boston

Lu, vu, entendu cette semaine…

  • Pod Save America : un nouveau podcast sur la politique par 3 ex-collaborateurs de Obama, qui est d’ailleurs leur premier invité, pour sa dernière interview en tant que président
  • Je lis régulièrement le blog de Virginie de Un Joli Bonheur, le contenu qu’elle propose est original, frais et coloré, et elle fait face aux affres du blogging, mais pourquoi je fais ça ? 
  • Dans le New Yorker cette semaine, j’ai adoré cet article sur Melina Matsoukas, la réalisatrice de nombreux clips de Rihanna et Beyoncé, et de la très bonne série Insecure avec Issa Rae
  • The Confession Game : il a l’air plutôt marrant ce jeu ; typiquement le genre de jeux qui est vendu dans les bookstores à Boston, je les contemple longuement, me demande si je dois les acheter, et les repose sur leur étagère.
  • Qui fait les chemins de randonnée dans la nature ? Behind the scenery, the subtle art of crafting public wilderness trails
New Hampshire ski-6

A lire sur le blog cette semaine : de la neige dans le New Hampshire

☞ Un article vous fait réagir ?

☞ Vous aussi vous aimer/détester les lieux hautement instagrammables ?

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

17 Commentaires

  • Répondre 6 Mar 2017

    Constance

    Presque à chaque fois que je prends une photo Instagram je ressens cette petite once de ridicule. Plus encore quand je suis avec mon copain ou quelqu’un qui n’est pas du tout friand des réseaux sociaux (c’est à dire la plupart de mes amies).

    • Répondre 6 Mar 2017

      Mathilde

      héhé, ouais mes amis s’en foutent des réseaux sociaux, mais certaines jouent le jeu du mannequin de main 😉
      dans ce resto, c’était la folie des photos semi-authentiques 😀

  • Répondre 6 Mar 2017

    Isa

    Argh, je comprends l’attrait, mais c’est vraiment le genre d’endroits que je fuis ! J’aime trop (bien) manger, pour ça 😀

    • Répondre 6 Mar 2017

      Mathilde

      Plein de ces endroits sont pourtant bons, même s’ils sont du côté lights/salades de la force ! Ca me faisait envie un resto vegan et j’avais lu dans un article de Boston Eater qu’ils proposaient un Lobster Roll vegan… mais ça n’était pas encore à la carte apparemment.

      • Répondre 7 Mar 2017

        Isa

        Non non non, je paye pas une salade, même si elle est bonne, ce prix-là !
        A ce jour, dans ma ville en tout cas (Lyon), je n’ai jamais trouvé un lieu de ce genre où on payait pas plus le décor que ce qu’il y avait dans l’assiette :(

      • Répondre 7 Mar 2017

        Monsieur Win

        J’ai vécu la même expérience dans ma province rémoise ce dimanche, avec exactement cette même sensastion, celle d’être dans un univers faussement authentique, accompagné de sa carte vegan, bio et homemade friendly que tout pousse à prendre en photo pour partager…
        Coté assiette c’était certes bon, mais comme toi Mathilde, prix proposé en face fait tout de même tiquer un peu.
        Et quand on regarde l’organisation du resto, ce qui est authentique c’est aussi l’organisation optimisée au maximum pour faire du chiffre… Et ça c’est tout de suite beaucoup plus terre-à-terre !

        Mais l’inverse est possible, un endroit nouveau, déco chaleureuse et cosy avec le soin du détail… mais une cuisine très traditionnelle, qui fait plaisir à l’estomac et qui ne laisse pas sur sa faim (en plus orienté fromage… Isa d’ailleurs, si tu passes dans le coin un jour :)

  • Répondre 6 Mar 2017

    Sophany

    Haha, c’est très drôle car bien que je me donne du mal à trouver des nouvelles adresses sur Londres, je ne peux résister à l’appel de ces spots Instagram-friendly ! Black Mirror devrait s’en inspirer !

  • Je ne suis pas du tout fan des endroits « hipsters » comme ça, et encore moins si c’est vegan ! Par contre, je plaide coupable, je suis une instagram addict, et moi aussi, parfois, je me sens ridicule à scanner ce qui m’entoure pour spotter la bonne photo :/ Je me soigne par contre, et j’essaie (parfois), comme toi, de résister à des photos trop clichés d’instagrammeuse ^^

    • Répondre 6 Mar 2017

      Mathilde

      Il y a deux choses, un endroit vegan (ce que je trouve top, et on a besoin de + d’endroits comme ça) et après des endroits super formatés prêts à être photographiés.
      Certains diront que le vegan fait partie de ce formatage, moi je trouve ces restos essentiels !

  • Répondre 6 Mar 2017

    Pernelle

    Pour la version « francophone » de « the confession game », il y a brin de jasette, très fun entre amis.
    Si jamais tu as envie de te mettre aux jeux de société, fais moi signe, il y en a plein qui sont très bons pour s’amuser entre amis (sans forcément faire de la masturbation intellectuelle!)

    • Répondre 6 Mar 2017

      Mathilde

      Brin de jasette… c’est un truc qu’on trouve au Québec ?
      On fait souvent des jeux avec des copains ! on kif (mais en anglais, car sinon en français, on perd tout le monde)
      Je suis toujours preneuse de nouvelles idées !

  • Répondre 8 Mar 2017

    Meryl

    Ah ah ! Excellent, moi aussi j’ai tout de suite pensé à cet épisode de Black Miror. Je suis ton blog depuis pas mal de temps et j’aime beaucoup. Moi je vis à San Francisco et côté clichés hipster on n’est pas déçus 😉
    Merci pour tes articles du lundi toujours pleins d’infos sympas

  • Répondre 8 Mar 2017

    Magouille

    Hihi ! J’aime beaucoup la chute de ce billet plein d’auto-dérision ^^ Je n’ai pas vu l’épisode en question de Black Mirror, mais dans un autre style ça me fait aussi penser à l’épisode de Girls où Shoshanna veut aider Ray à « remarketer » son café complètement déserté à cause du café « in » d’en face qui, lui, ne désemplit pas… « Helvetica » :)

  • Tu m’as fait hurler de rire. Merci pour ce post tellement bien vu. Très Nosedive, oui !

  • Sympa cet article ! Moi je dois avouer que j’adooore la déco (et Instagram) alors dès qu’un nouveau lieu ouvre, s’il est beau, j’y file ! Et après, je râle que ça n’est pas très bon, que c’est basique, plutôt cher… Je ne suis pas à une contradiction près ! Rennes n’est pas une ville très branchée mais il y a beaucoup de restos comme ça (beau mais bof côté assiette) beaucoup ! :(

    • Répondre 17 Mar 2017

      Mathilde

      Ah mais j’ai été tellement déçue à Paris de la plupart des restos… on te vend du rêve avec la cuisine française mais à moins d’aller dans un vrai resto haut de gamme, c’est moyen. Mais bon, je m’égare.

Laissez une réponse