Autour du Colorado en Arizona // Horseshoe Bend et le lac Powell

Horseshoe Bend Arizona 3

Quand on a visité Antelope Canyon, ça a été vite plié, le tour guidé ne durant qu’une heure et demi. On était près de Page, en Arizona, une ville sans grand intérêt, si ce n’est la curieuse rue principale remplie d’églises à la queue leu leu, avec chacune un libellé prometteur personnalisé. On avait hâte de rentrer se baigner dans la piscine de l’hôtel, mais tant qu’on était dans les parages, on en a profité pour aller voir trois beaux points de vue sur le fleuve Colorado, entre autres. C’est ça qui est fou avec l’Ouest américain, la moindre route – en l’occurence ici la 89 – regorge de trucs sympas à voir sur le bas-côté, même pas besoin de marcher – ou presque pas. Car le hic en Arizona en plein mois d’août, c’est la chaleur, et marcher sous un cagnard d’enfer, c’est le risque non seulement d’avoir des auréoles sous les bras et de gâcher toutes les photos de groupe, ou plus probablement de mourir de désydratation. Voilà les quelques photos de ces mini-excursions…

Horseshoe Bend : “mais qu’est-ce que ça veut dire ?” On est arrivés deux heures avant notre rendez-vous avec le guide d’Antelope Canyon (la faute à l’éternelle peur d’arriver en retard + un changement d’heure facétieux entre l’Utah et l’Arizona). Plutôt que d’aller zoner au Starbucks local, on nous a conseillé d’aller voir le “Horseshoe Bend”. Sur la carte, j’avais l’impression que c’était juste au bord de la route. Hélas, en réalité, il faut marcher un peu.
En sortant de la voiture, je ne tiens pas compte d’un panneau qui suggérait fortement de marcher en chaussures de randonnée. Je reste en tongs, à la cool : 800 mètres dans le sable, je peux tout à fait gérer. Sauf que dans le sable, le pied est crispé pour maintenir la tong, qui s’enfonce inéxorablement, et qui, en émergeant péniblement, fait office de catapulte de sable sur l’arrière des cuisses. J’ai pensé à marcher pieds nus, mais le sable est bien trop brûlant. En se rapprochant du bord, apparaît une belle roche striée rouge. Je ne m’approche pas trop car j’ai le vertige : ça me rend super chochote d’être à moins de trois mètres du rebord, surtout près d’un précipice aussi impressionnant. Appuyée sur Manu, j’observe la vue, gigantesque : on voit en contrebas la rivière d’un vert sombre qui forme un coude au beau milieu des hautes falaises rouges. Ca ressemble à une sorte de sabot dans la roche – d’où le nom de cet endroit. C’est écrit partout que c’est dangereux de s’approcher, car la roche peut être creuse et s’écrouler…
Le sentier est très fréquenté, et on entend parler français de tous les côtés. J’entends un gamin demander à sa mère ce que veut dire “Horseshoe bend” – Réponse :  “Horse c’est le cheval, et shoe la chaussure. Ca veut dire le cheval en chaussure. »

Horseshoe Bend Arizona 2 Horseshoe Bend Arizona 1 Horseshoe Bend Arizona

Lake Powell et Glen Canyon Dam

Lake Powell et Glen Canyon Dam

Pont en face du barrage de Glen Canyon

Immense pont en face du barrage. Avant sa construction, en 1959, il fallait faire un détour de 320 km pour contourner le canyon.

Le barrage de Glen Canyon Après la visite de Antelope Canyon, en route pour la piscine de l’hôtel ! Au préalable, arrêt au bord de la route pour regarder le grand barrage de Glen Canyon. En rentrant à Boston, c’est d’ailleurs étonnament ce qu’on m’a demandé en premier : “Tu as vu le barrage en Arizona ?” (sans doute un fan d’émission de constructions de l’extrême). On ne pouvait pas s’approcher de très près, pour des raisons de sécurité, on l’a regardé de loin, derrière un grillage. Dur de bien se rendre compte que ce truc est juste gigantesque : large de 10 mètres en haut et haut de 216 mètres. D’un côté le lac Powell d’un bleu intense, de l’autre un mince filet d’eau et un canyon tout rouge. C’est classe.

Lake Powell

Le lac Powell et la centrale électrique au fond

En haut du lac Powell A partir du barrage, on remonte le long de l’eau pour être un peu en hauteur et avoir un bel apercu du Lake Powell, ce gigantissime lac artificiel créé dans les années 60, suite à la construction du barrage. Au loin, on distingue une usine, en plein milieu du désert : c’est en fait une centrale électrique sur la réserve Navajo voisine.
Le lac Powell est l’une des destinations touristiques les plus prisées des Américains : avec ses 3 136 km de rivage, il y a moyen de trouver une place pour étaler sa serviette. Néanmois, la chaleur est presque insupportable et l’ombre est un concept obscur – si je puis dire : dur de s’imaginer qu’on puisse avoir envie de passer ses vacances ici. Mais on lira dans le guide que certains endroits sont sublimes : arches naturelles, grottes, etc. Pour la petite histoire, le nom du lac vient du Major Powell qui a descendu le fleuve Colorado  pour le cartographier, en 1869. Expédition périlleuse, car arrivée à l’embouchure du Pacifique, la moitié de l’équipage y a laissé sa peau. Heureusement pour nous, l’heure est plus paisible et on peut maintenant aller barboter dans la piscine…

Musique qui fait road trip : Dire Straits, The Walk of Life  

Prochain article sur le road trip : une dernière étape dans le Far West, avec Zyon Canyon et Kanab, en Utah. Et puis après, on repart pour la Californie…  Et si vous avez raté le début, tout le récit du voyage est ici.

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

8 Commentaires

  • Répondre 12 Oct 2012

    Emilie

    Vraiment magnifique, et les jours précédents aussi. Les photos rendent bien, mais en vrai ça doit être encore plus impressionnant…J’avoue que j’ai envie d’y aller parce que ma fibre de géologue est bien chatouillée par tout ça 😉 Subime donc..

  • Yeah! Ca avait l’air rudement chouette ! Et Walk Of Life, c’est toujours un bonheur…
    (quand on entend parler francais lors de nos vadrouilles, on se tait et on se taille en courant. Pas bien mais pfff! pas toujours facile de faire comprendre a certains que meme si on parle la meme langue et qu’on est dans un pays etranger, on n’a pas forcement besoin de devenir les meilleurs amis du monde en deux coups de cuiller a pot. Groumpf!) (c’etait la minute ralerie ^^)

  • La première photo est splendide, j’ai scotché dessus ! :)

  • Répondre 5 Aug 2015

    Laura

    Hello! J’ai une petite question , si je comprends bien il est possible de faire Antelope Canyon, Horseshoe Bend et le Lake Powell dans la même journée?
    Je pars trois semaines en septembre et je ne sais pas comment répartir les visites entre le Grand Canyon, Antelope Canyon, Monument Valley, Lake Powell, Bryce Canyon et Zion… Si tu pouvais m’éclairre ça serait vraiment top :)

    • Répondre 5 Aug 2015

      Mathilde

      Antelope Canyon comprend 2 canyons, je n’avais réservé que pour un seul – la promenade dure moins d’une heure, 2 heures avec le transport depuis Page. Ensuite Horse shoe bend c’est une mini-balade de 20 minutes, et après tu restes autant que tu veux pour la vue :) pour le lake Powell, on n’a fait que rouler à côté, sans aucun arrêt. Les 3 « attractions » sont très proches en tout cas !

      • Répondre 6 Aug 2015

        Laura

        Super, merci pour ta réponse :)

  • Page à été un gros coup de cœur pour moi dans l’ouest américain. Avec antelope canyon, glenn canyon et le lac powell y a vraiment de quoi faire. Horseshoe bend est vraiment cool aussi. Par contre Horseshoe Bend, jcrois c’est plutôt « fer à cheval » 😉

    • Répondre 7 Apr 2016

      Mathilde

      Héhé, obviously, I know what it means 😉 je répétais ce que j’avais entendu de la part d’une famille française, j’avais trouvé ça mignon

Laissez une réponse