ICA – Musée d’art contemporain de Boston & Bord de mer

The Institute of Contemporary Art / Boston

C’est l’heure de découvrir une partie de la ville laissée pour l’instant à l’abandon de nos visites, le Seaport District de South Boston. On y trouve notamment le musée d’art contemporain, ainsi qu’une chouette promenade en bord de mer, promenade qui se prolonge en fait tout autour de la ville, mais qui assure un taux de congélation maximale si on la fait en entier. On a tendance à l’oublier, mais oui, on vit au bord de la mer !

First of all, petite plainte : pas si simple de se déplacer dans cette ville, le système de bus et de métro ne quadrille pas strictement la ville, pour la plus grande satisfaction de mon esprit rationnel. Ce qui veut dire que le vélo va s’imposer (et tout l’attirail en polaire qui va avec). Nos déplacements ne répondent pas au principe selon lequel « la plus courte distance entre deux points est la droite ». Et puis il faut dire que parfois, on ne planifie pas trop ce qu’on va faire, ou alors de façon chaotique. Brunch à Cambridge + puis visite du musée dans le sud = ce qui donne la trajectoire suivante : bus, métro, détour à pied, métro à nouveau, et on finit à pied.

Route chaotique pour parvenir à South Boston

Il fait heureusement encore jour quand on arrive dans ce quartier portuaire d’anciennes usines, aujourd’hui réhabilitées. Immenses avenues, énormes bâtiments en briquettes rouges, vue sur les buildings, vieux ponts : c’est grandiose. C’est aussi très calme, le dimanche, la ville est assez tranquille. Parait-il qu’autrefois le quartier n’était pas très fréquentable (source : Manu ce matin au petit déj, mais il sait plus où il a lu ça).

Summer street, Boston

Je n’expérimente pas au quotidien la vie au bord de la mer, du coup je suis super contente de venir près de l’eau. Pas de plage dans cette zone (elle est soit plus au nord, soit plus au sud). La promenade du Waterfront est bien aménagée.  Il y a plein de tables pour des pique-niques, de grandes allées pour des promenades en vélo. Vivement que le temps s’adoucisse. Tout le long, des panneaux racontent les 350 ans d’histoire de la ville, autant dire que c’est énorme pour les Etats-Unis (pour les connaisseurs de l’émission de France Inter − et fans du générique, ça tape tout de même un peu moins ‘350 ans d’histoire’).

Waterfront Boston

Le bâtiment du musée fait un peu riquiqui au milieu de tous ces gros immeubles imposants. La forme cubique, l’avancée vers la mer, ça me rappelle l’opéra de Copenhague. Au fond d’un parking cabossé, le musée ne paie pas de mine d’extérieur. Illusion… car à l’intérieur, c’est volumineux et super bien foutu. L’une des salles en particulier donne un effet vertigineux : la médiathèque, située dans une salle qui, littéralement, surplombe la mer, on a l’impression qu’on va plonger dedans.

Je n’ai hélas pas pu prendre de photos des œuvres exposées. Dommage car on en a vu des surprenantes, intéressantes (j’ai noté entre autres Josiah Mc Elheny, Ivan Navarro, Cornelia Parker ‘Hanging Fire’). Dommage que le musée soit si petit, c’est assez frustrant, d’autant plus qu’une aile est fermée en ce moment. Finalement, c’est la boutique du musée qui offre le plus de choses à voir (triste).

Point positif : avec le même ticket, on pourra revenir une deuxième fois pour la prochaine exposition temporaire !

Rédactrice, grande organisatrice et réseau socialite du Blog de Mathilde. Quand je ne suis pas devant un écran, j'organise des visites guidées de Boston, là où j'ai fondé ma petite entreprise "Boston le nez en l'air". Je suis aussi auteure freelance pour un éditeur de guides de voyage et diverses maisons d'édition qui me confient la lourde tâche de divertir le public via des textes sur le yoga ou des jeux de société.

Poster un commentaire sur Facebook

2 Commentaires

  • Répondre 4 Feb 2012

    Rémi

    ah deux milles ans d’histoire (ou 350 ans …:( !!)
    bises ma caille 😉

    • Répondre 5 Feb 2012

      Mathilde

      Je savais que tu apprécierais ce petit rappel d’émission culte ! Ai récemment écouté la nouvelle version, sur le thème de la paresse…
      bisettes !

Laissez une réponse